NO MILK TODAY


Après avoir publié ma recette de lait de noisette maison, un message un peu long m’a été adressé. En gros, si je traduis en résumant, cela voulait dire : ‘Bon, c’est bien joli de se décarcasser la tête à faire ton lait de noix maison mais, après tout, pourquoi ne pas boire de lait de vache ? Ce serait quand même ‘vachement’ plus simple… hu hu…’

Cette question m’a interpellée et je me suis rendue compte que, si, pour moi, la réponse est parfaitement naturelle et va totalement de soi, et bien, il n’en est pas de même pour tout le monde. Parce que c’est bien beau de se remplir la panse, mais l’un des buts de ce blog est aussi le partage d’informations. C’est pourquoi je me suis dit que, plutôt que répondre personnellement à l’intéressé, il serait plus judicieux d’écrire un article sur le sujet – amis vg, veuillez m’excuser, pour vous nihil novi sub sole !

*

Alors, pourquoi ne pas boire de lait de vache ?

*

Je ne reviendrai pas ici sur les arguments éthiques, humains et environnementaux de ce choix, car j’estime les avoir déjà traités assez amplement, mais je traiterai ici avant tout des questions de santé. J’avais déjà abordé celles-ci partiellement dans le cas plus général de consommation de produits animaux, mais, à en juger la question qui m’a été adressée, un développement plus ample est nécessaire.

Vers la fin de l’adolescence et pendant de nombreuses années ensuite, j’ai eu des problèmes digestifs. Cela m’a pris longtemps avant de mettre le doigt sur leur principale cause. Je continuais de siroter mon petit café crème et, comme par hasard, j’étais prise de crampes d’estomac dans le quart d’heure qui suivait… mais je n’accusais pas mon noisette pour autant. Attendez, depuis ma petite enfance je buvais du lait de vache sans aucun souci, et maintenant, celui-ci pourrait être la cause de mes maux ? Mais bien sûr ! Bref… cela m’a pris un certain temps avant de me rendre à l’évidence : je ne digère pas le lait de vache. Et par là-même, un grand nombre de produits laitiers : beurre, crème, etc. A ma grande surprise, quand j’ai commencé à pointer du doigt le coupable et à faire mes petites recherches sur le sujet, je n’étais pas la seule ! Et apparemment, le phénomène semble même être relativement courant – comme c’est étrange…

Depuis notre plus tendre enfance, nous entendons autour de nous que le lait, ‘c’est bon pour la santé’, que le lait, c’est ‘indispensable pour des os solides’, ou encore qu’il est nécessaire de consommer ‘au moins trois produits laitiers par jour’… qui ne se souvient pas de ces publicités ciblées pour public adolescent qui nous montraient de beaux jeunes gens s’embrassant goulûment à travers champs et montagnes avec le fameux slogan : ‘les poduits laitiers, des sensations pures’ …?

… Alors, les produits laitiers, si purs que ça ?

Dans quelle mesure est-il naturel de boire le lait d’une autre espèce que la sienne ?

Ça vous dirait, vous, de boire du lait de chienne ou du lait de truie ? Non ? Pourquoi ?..

Nous, les humains, sommes les seuls mammifères, d’une part, à boire le lait d’une autre espèce que la nôtre et, d’autre part, à continuer à boire du lait une fois parvenus à l’âge adulte.

*

  • Un aliment inadapté pour l’homme

Boire le lait d’une autre espèce que la sienne signifie que l’on consomme un produit au code génétique inadapté pour la nôtre. En effet, les hormones contenues dans le lait sont des véhicules d’informations et elles transmettent à l’hypophyse du bébé (humain ou non) des informations spécifiques pour cette espèce particulière. La question est donc : les informations de croissance d’un veau d’une demi-tonne sont-elles les mêmes que celles d’un nourrisson de 3-4 kilos ? Pas vraiment… C’est cette même perturbation du mécanisme sensible du système hormonal qui est la cause de troubles de l’organisme qui peuvent se manifester sous la forme d’intolérances ou d’allergies. Plus grave encore, ces troubles peuvent participer au développement de maladies auto-immunes, elles-mêmes révélatrices de dysfonctionnements du système immunitaire. La responsabilité des produits laitiers dans le diabète de type 1 a été particulièrement bien étudiée et nous permet d’y voir plus clair.

Selon le Dr. Campbell, ce type de diabète peut se former de la façon suivante :

  1. On nourrit un bébé de protéines de lait de vache contenues, par exemple, dans un lait infantile.
  2. Ce lait est digéré par l’intestin grêle mais, dans un certain nombre de cas, la digestion n’est pas complète : un petit nombre de chaînes d’acides aminés ou des fragments de la protéine originale restent dans l’intestin.
  3. Ces fragments peuvent ensuite être absorbés par le sang.
  4. Le système immunitaire identifie ensuite ces fragments comme des intrus et tente de les détruire.
  5. Malheureusement, certains de ces fragments ont une composition très proche des cellules du pancréas, responsables de la production d’insuline.
  6. Le système immunitaire n’est plus capable de différencier les fragments des protéines de lait animal des cellules du pancréas et détruit les deux.
  7. L’enfant ne peut ainsi plus produire de l’insuline et devient diabétique de type 1 pour le reste de sa vie.


Boire le lait d’une autre espèce que la sienne présente un autre aspect problématique. Tandis que le lait maternel humain est constitué en grande partie de graisses poly-insaturées, le lait de vache contient essentiellement des acides gras saturés à grosses molécules lipidiques – que le foie humain a du mal à digérer. Le système biliaire va donc s’activer pour tenter de dissoudre ces graisses difficilement compatibles avec le système digestif humain et qui engendrent des putréfactions intestinales : on aboutit ici à une fatigue prématurée de ces organes. Ajoutons à cela une propension naturelle au lait de vache à fixer les toxines déjà présentes dans le corps, et principalement celles issues de l’alimentation : nous avons donc ici un double effet toxique, direct et indirect, du lait de vache pour notre organisme.

*

  • Un aliment inadapté pour l’adulte

D’autre part, continuer de boire du lait à l’âge adulte est également problématique. Tous les animaux cessent, tôt ou tard, de boire du lait : pourquoi pas nous ? Cette question rejoint en réalité celle que je me suis posée lorsque j’ai mis le doigt sur la cause de mes maux de ventre : une fois adulte, nous perdons la quasi-totalité des enzymes indispensables à la digestion du lait, les lactases. Le risque est donc de ne pouvoir digérer cet aliment, mais également de créer un état de sur-activation d’acide lactique. Présent en trop grande quantité dans l’organisme, celui-ci engendre une prolifération de cellules qui ne sont pas en mesure d’atteindre leur maturité, de capter l’oxygène et d’éliminer les déchets – ce qui, à terme, se révèle toxique pour l’organisme.

*

  • Et le calcium dans tout ça ?..

Petite, j’avais un livre illustré par Quentin Blake qui racontait l’histoire d’un petit garçon qui décidait de ne plus boire de lait de vache… et tous ses os se cassaient ! Je me demande maintenant dans quelle mesure un certain lobbyisme de la part des industries de produits laitiers étaient derrière tout ça, mais passons… Voilà, ce n’est pas nouveau et il n’y a certainement aucune chance pour que vous ayez échappé à ce type de discours : le lait de vache est riche en calcium et ne pas en consommer serait un désastre pour notre organisme – zouuu, en partance pour l’ostéoporose sans passer par la case Départ ni toucher les 20.000 francs… Pourtant, est-ce le cas ?

Les produits laitiers, il est vrai, sont riches en calcium. Pourtant, comment expliquer que c’est dans les pays où l’on en consomme le plus qu’on a les taux les plus élevés de fracture des os ? Le grand paradoxe se situe là… Les protéines animales – contenues, par exemple, dans le lait de vache – sont très acidifiantes pour l’organisme. L’augmentation du taux d’acidité corporelle touche d’abord le sang et les tissus sanguins, ce qui provoque alors une réaction du corps pour faire baisser cette acidité anormale. Le calcium est alors l’élément utilisé pour neutraliser cette acidité et revenir à un équilibre basique. Mais où le corps tire-t-il son calcium ? Des os !… Les os, parce qu’ils doivent donc fournir le calcium nécessaire pour rétablir l’équilibre acido-basique de l’organisme, sont donc affaiblis, d’où leur risque accru de fracture.

Répondre aux besoins en calcium de notre organisme en buvant du lait ou en consommant des produits laitiers est donc un mythe. Sachez d’ailleurs que bon nombre de laits végétaux contiennent naturellement du calcium, quand ils ne sont pas par ailleurs enrichis en calcium. D’autre part, vous trouverez de bonnes sources de calcium dans les légumineuses (soja et produits dérivés, haricots…), les crucifères (brocolis, chou vert, chou chinois, chou frisé…), les noix et graines (sésame, amandes, noisettes…), mais aussi dans les algues, la mélasse, les graines germées, etc. N’ayez donc aucune crainte à vous passer de produits laitiers : cela ne pourra faire que du bien à vos os !

Et puis, dites-vous que, face aux processus de fabrication et de mise en boîte des produits laitiers, les laits végétaux, notamment maison, présentent l’avantage de la simplicité de composition – pas de mauvaise surprise dans ce qui vient nourrir votre organisme !

Tant de choses encore pourraient être dites sur la nocivité des produits laitiers sur notre santé… mais il est difficile de tout résumer en un article ! J’espère que celui-ci vous aura intéressé, et je vous donne rendez-vous très bientôt pour continuer à recycler notre okara ! 😉

*

Pour aller plus loin :
Le rapport Campbell, de T. C. Campbell et T. M. Campbell
Santé, mensonges et propagande. Arrêtons d’avaler n’importe quoi, de T. Souccar et I. Robard
Advertisements

94 réflexions sur “NO MILK TODAY

  1. Merci beaucoup pour cet article. J’abonde dans ton sens. Je suis justement en train de lire « Santé, mensonges et propagande. Arrêtons d’avaler n’importe quoi ». C’est édifiant !

    • Ah, ça tombe plutôt bien alors ! 🙂
      C’est fou, je trouve… le marketing des produits de consommation nous ferait avaler des éponges en caoutchouc sous prétexte qu’elle aident à la digestion 🙂

  2. Ce que je trouve étonnant, c’est comment on est arrivé à croire qu’il fallait boire du lait (de vache). Mystère.
    Faut voir mes enfants réagir aux gens qui les menacent des pires maux parce qu’ils n’en boivent pas (mais on consomme encore un peu de fromage). Ça m’étonne toujours.

    • N’est-ce pas ? Ce serait rigolo de trouver la raison dans les textes d’un obscur médecin-fermier du XVIè siècle qui essayait de commercialiser le lait de ses vaches 😉
      Sérieusement, il y a de quoi trouver choquant la persistance d’une telle campagne de désinformation quand on s’informe un peu et qu’on ‘passe de l’autre côté’… mais je me souviens plus jeune d’avoir toujours essayé d’avoir mes ‘3 produits laitiers’ par jour… et encore récemment, j’ai entendu des pubs ciblées pour les enfants financées par l’UE où on recommandait à un grand méchant loup de consommer ses 3 doses journalières pour être en meilleure forme !

    • Merci beaucoup.
      Ce n’est vraiment pas très difficile et ça vaut vraiment le coup ! Où pourrais-tu sinon acheter un lait de graines de citrouille / sarrasin / châtaigne ? 😉

    • merci !
      Ce n’est pas facile comme exercice, mais je tenais à le faire – le plus difficile est de faire court, il y a beaucoup de choses à dire à ce sujet 🙂

  3. Merci pour cet article vers lequel je n’hésiterai pas à renvoyer quand le sujet paraît dans un débat! Tu as bien détaillé les raisons de santé, reste aussi les raisons éthiques et écologiques pour ne pas boire de lait de vache, bref il y a assez d’arguments! Et vive le lait végétal maison 🙂

    • Merci beaucoup !
      Oui, tu as raison, cet article n’expose QUE les raisons de santé, et encore, une petite partie de celles-ci… il y aurait tant à développer encore sur les liens entre consommation de produits laitiers et maladies (cancers…), et, évidemment, sur les questions éthiques et environnementales… cela fera peut-être l’objet de prochains articles ? (mais j’ai un peu peur d’embêter le monde avec ce genre de posts… 🙂 )

      • Comme tu veux, moi je trouve ça intéressant! Mais même si tu ne le fais pas, il y a déjà beaucoup de sites et d’infos sur les problèmes causés par le lait de vache donc ne t’en fais pas, ceux qui veulent s’informer peuvent trouver! Connais-tu le site Lait Vache Info sur l’aspect éthique par exemple?

        • Ah non, tiens, je ne connaissais pas, je vais aller y jeter un coup d’oeil de plus près, merci beaucoup !
          Ce qui m’avait manqué quand je suis devenue végane, ce sont surtout des infos regroupées, j’avais dû pas mal regarder à gauche à droite pour réunir l’information, et puis il y a d’excellents livres (comme The China Study) dont on ne trouve pas toutes les analyses en ligne- faut bien que je leur fasse un peu de pub ! 😉

  4. idem…je partage cette idée, nous ne somme pas des veaux ..mais malheureusement l’industrie laitière nous fait croire que si !
    Et vu le nbre de personnes qui consomme encore ce genre d’aliment (inadéquat et nocif pour l’organisme humain), c’est qu’elle a un bon pouvoir de persuasion…
    A nous donc de propager cette info : les laits animaux ne sont pas du tout appropriés à l’organisme humain.
    Ouvrez les yeux les gens, pensez à votre santé (nous sommes ce que nous mangeons…), et substituez le lait de vache par des laits végétaux (noisette, avoine, épeautre, quinoa, amande…), tous + délicieux les uns que les autres…
    Encore une fois, bravo encore pour cet article 😉

    • Merci beaucoup; c’est gentil 🙂
      Ca me rassure d’avoir autant de commentaires qui abondent en ce sens… même si je connais beaucoup de gens qui refusent de boire du lait de vache, je passe encore souvent pour une folle dans mon entourage – et au début, on niait même complètement la possibilité d’une intolérance !
      Apparemment, c’est vraiment au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale que le lait de vache est devenu un ‘passage obligé’ pour nos alimentations européennes… avec le Plan Marshall et des débuts de l’agriculture intensive, et cette idée du verre de lait à l’écol, introduite par Mendès France pour soutenir nos éleveurs, le ‘débouché naturel’ à la consommation de lait de vache à grande ampleur a été créé… et maintenant, combien d’aliments tout préparés sont-ils exempts de caséine, de protéines ou de poudre de lait ?.. 😦

      • Et oui je sais bien, ça ne date pas d’hier cette histoire 😦
        On en avait discuté longuement avec une amie naturopathe, et j’avai lu le fameux bouquin « lait, mensonges et propagande… » lorsque j’ai commencé à m’intéresser de très près à la naturo.
        Et oui, cet aliment est partout…et tellement ancré (à tort) dans les habitudes alimentaires qu’il est très difficile de changer les mentalités…
        Tu as raison au sujet de tes éponges en caoutchouc, l’industrie alimentaire et son marketing ont tellement de poids et d’influence sur notre comportement alimentaire, qu’elle nous en ferait manger les yeux fermés !!!
        Et comme tu dit, on passe vite pour un taré lorsque l’on ose pointer du doigt ce genre d’aliment…(mais peu importe, on sait qui a raison ;))
        Tiens, j’y pense, sais-tu qu’une étude a été réalisé sur les QI des enfants et il a été prouvé que ceux qui ont été élevés au lait maternel (vs lait de vache en pdre) en ont un + élevé…

        • Tiens, non, je ne connaissais pas du tout cette étude… c’est intéressant comme donnée. J’avais juste entendu parler d’études qui disent que les végétariens ont un QI plus élevé – mais comment distinguer la cause de l’effet ? Sympa pour l’égo en tout cas ! 😉

          • Oui c’est sûr…!
            Toujours est-il que concernant l’étude « allaitement maternel Vs allaitement artificiel », les différences de QI s’expliquent simplement par le fait que le lait maternel favorise le dvlpmt cognitif et cérébral de façon incomparable.
            Tu trouveras + d’infos dans les articles suivants si tu veux :
            Lucas A., “Breast Milk and Subsequent Intelligence Quotient in Children Born Preterm”. 1992
            Anderson JW et al (1999) “Breastfeeding and cognitive development: a meta-analysis”
            A bientôt et bravo encore pour ce super article !

              • Triste aussi : l’introduction du lait de vache chez des populations qui traditionnellement n’en consommaient pas (en Asie notamment).

                J’élève ma Têtarde dans l’idée que le lait n’est rien de plus qu’un aliment, tâche ô combien difficile quand toutes les collectivités s’acharnent à enseigner le contraire.

                J’ai beau mené mon p’tit « combat » discrètement en ne respectant pas les doses indiquées sur les boîtes de lait en poudre, ou en proposant des substituts riches en calcium (algues, etc.), il se trouve toujours quelqu’un pour m’énoncer comme une vérité -que dis-je, comme LA vérité- , que le lait de vache est in-dis-pen-sa-ble.
                Fort heureusement, je m’en fous 🙂

                [L’idée de la glace au lait maternel me serait à la limite plus tolérable si les lactariums ne rencontraient pas tant de difficultés à le collecter auprès des mamans. ]

                Dans ce contexte, comment s’étonner que de plus en plus de mamans donnent le sein jusqu’à l’entrée en maternelle ?

                Deux minutes de silence pour les vaches qui y perdent leurs veaux dans toute cette histoire.

                • Oui, tu as raison, d’ailleurs l’étude du Dr. Campbell porte sur la Chine et montre bien la différence entre les populations plus rurales qui consomment relativement peu de lait de vache et celles urbaines qui ont vu leur consommation de produits laitiers décupler ces dernières décennies… avec des résultats on ne peut plus significatifs. D’ailleurs, à la base, bon nombre de populations originaires d’Asie (et d’Afrique également) sont intolérants au lait de vache. Ce n’est qu’avec le temps que nos estomacs se sont habitués à consommer ce produit – hélas pour nous…
                  Le plus drôle, c’est l’argument ‘psychologisant’ pour expliquer que qq’un n’aime pas ou est intolérant au lait de vache : c’est simple, il fait un rejet profond de sa propre mère… ben tiens ! 😉

  5. Merci pour ton article !
    J’ai posté presque le même sur mon blog il y a quelques temps ! Ravie de voir que toi aussi tu as arrêté les produits laitiers pour les mêmes raisons…
    Le lobby laitier est malheureusement très puissant, et c’est lui qui, à grand renfort de publicité, a réussi à faire entrer dans l’imaginaire collectif le fait qu’on ne pouvait pas se passer de lait ! Simplement pour gagner de l’argent !
    C’est pourtant tellement néfaste pour la santé (pour l’avoir vécu…). Et pour souligner l’incohérence, j’entends parler de plus en plus d’études qui mettent en évidence le lien entre consommation de produits laitiers et ostéoporose !

    • Merci pour ton commentaire 🙂
      Je viens justement d’aller lire ton article, que je ne connaissais pas et, effectivement, nous sommes sur la même longueur d’onde ! Je ne connaissais pas le livre que tu cites et qui a l’air bien au niveau du format pour tous ceux qui voudraient s’informer sans se plonger dans mille et une études… Et ton article m’a fait penser que je n’avais même pas mentionné les hormones… comme quoi, difficile de tout dire sur la relation lait/santé car le sujet est infini !
      Le lien entre produits laitiers / ostéoporose est de plus en plus étudié maintenant… je ne sais pas si tu l’as lu, mais Le rapport Campbell (extrêmement riche en infos protéines animales /santé par ailleurs) est plutôt bien informé à ce sujet – à mettre entre toutes les mains ! 🙂

        • Et oui, comme le mentionne si bien Antigone XXI, l’ostéoporose est la (triste) conséquence majeure de l’acidification de l’organisme :((( C’est pq il faut éviter tout les aliments acidifiants tel que les lais animaux, mais aussi les fruits peu murs, les tomates, les agrumes… (on pourrait aussi écrire tt un article sur les méfaits d’un jus d’orange pressé le matin…)

  6. Pour les glaces au lait maternel, un problème est que les lactariums, qui recoivent des dons de lait maternel par des mères qui en produisent trop, le fournissent aux bébés prématurés dont la mère ne peux pas allaiter. Et visiblement ils en manquent en permanence, donc j’imagine qu’il soit choquant d’utiliser du lait maternel dans un produit non nécessaire alors qu’il pourrait aider des bébés à mieux démarrer dans la vie.

    • Oh, tu es la seule qui ait répondu à ma question – attentive jusqu’au bout ! merci beaucoup ! 😉
      Tu as parfaitement raison sur cette question de l’utilisation et le gaspillage de lait maternel dans des produits non destinés spécifiquement à ceux qui en auraient justement le plus besoin – surtout à des fins commerciales.
      En posant cette question, je pensais surtout en termes plus absolus, car bon nombre de gens sont complètement horrifiés à l’idée de boire du lait maternel… et trouvent tout à fait naturel d’être nourris comme des petits veaux… De même qu’on a tendance à vilipender très vite toutes les mères qui sont en faveur de l’allaitement prolongé. C’est peut-être davantage sur ce renversement des valeurs que je voulais susciter l’interrogation, car je trouve que les questions (et les réponses qui y sont traditionnellement apportées) sont complètement détournées, mais je trouve ton avis très intéressant : merci de proposer cette perspective également !

  7. Il y a toujours une chose qui m’est venue à l’esprit en lisant « l’homme est le seul animal à boire le lait d’un autre animal », et d’emblée je me dis « et le chat qui est bien connu pour boire du lait de vache lui aussi ». Forcément, c’est dans le cas où domestiqué on lui en donne, mais si on me pose la question un jour, je me retrouve kouak à ne pas savoir quoi dire je crois.
    Tu as bien résumé tout ça en tous cas. Pour ma part, c’est un des premiers sujets que j’ai voulu connaître au tout début de mon véganisme, j’avais lu « Lait, Mensonge et Propagande »

    • Et bien à propos du chat, c’est amusant car on dit souvent, certes, que le chat aime le lait de vache… mais qu’il ne le digère pas !
      Combien de fois quand j’étais petite ma mère m’a dit qu’il ne faut pas donner de lait à un chat, même s’il le réclame… d’ailleurs, pour la petite histoire : on trouve maintenant des laits de vache spécialement conçus pour les animaux de compagnie – sans lactose. C’est dire !

      • Ah bah bien, c’est comme le lait Lactel ou je ne sais quoi sans lactose pour que machine se réveille sans être ballonnée – ils ont pas pensé tout simplement à arrêter la commercialisation de ces produits non … pourtant le nombre de personnes qui tolère mal ce produit est grand.
        Je ne savais pas que les chats s’était pareil question digestion tiens !

        • Oui, on ferait subir mille manipulations à un produit juste pour être sûr de trouver encore des consommateurs derrière…
          D’ailleurs, j’ai failli me faire avoir l’autre jour: j’avais vu un chocolat au lait que je pensais ‘sans lait’ car marqué ‘sans lactose’ et rangé avec les tablettes aux laits de riz et de soja, mais non, c’était bien du chocolat au lait de vache – lactose en moins !
          J’ai même vu en pharmacie des médocs pour digérer le lactose, à prendre après sa petite raclette au vin blanc ! 😉

          • Non mais franchement, nonmerci le lobby du lait, putain, on invente des médicaments pour les intolérants au lactose … Histoire de financer le lait ET la pharmacie. Allo quoi !

            (Et oui ça peut être fourbe cette histoire de chocolat 😦 )

  8. Je pense que le but de la compagnie anglaise était justement de faire scandale pour qu’on parle d’elle, donc mission réussie mais si les femmes arrêtent de produire du lait à un certain moment, je pense que le message est clair! Nous ne somme pas fait pour en boire toute notre vie!!! Je suis intolérante au lactose et allergique à la protéine de lait et ton article va enfin m’aider à faire comprendre à mes proches et amis, pourquoi je ne bois plus de lait animal et pourquoi j’essaie de les convaincre que c’est un poison insidieux et tout de même dangereux! (sans vouloir être alarmiste!). Je partage ça sur facebook… 😉
    Gros bisous!

    • Merci de ton commentaire et du partage ! Effectivement, de mon côté aussi, j’ai déjà eu du mal à ce que mes proches acceptent de me croire quand je leur disais que les produits laitiers me détraquent l’organisme, alors les convaincre de leur méfaits pour la santé en général (sans pour autant être alarmiste, mais objectif) ce n’est pas chose aisé !
      A bientôt ✿

  9. Merci pour cet article très bien renseigné. Je commence à changer mes habitudes suites à des problèmes de santé et ton article me confirme encore davantage comment orienter mes choix alimentaires…
    Pas évident de tout changer d’un coup, certaines saveurs données par les produits laitiers ne sont pas évidentes à compenser, mais petit à petit, l’oiseau fait son nid !
    Et avec 3 enfants habitués aux produits laitiers, pas évident de les convertir quand ils sont réfractaires… Mais je les aurai… à force !
    Bises
    Cath

    • D’après le nom de ton blog, tu as déjà fait le choix du dessert plutôt que du fromage… c’est dans la bonne voie ! 😉
      Effectivement, au début, on est toujours un peu perdu, mais les produits laitiers sont tout de même parmi les produits animaux les plus faciles à substituer, surtout en pâtisserie. Les laits et crèmes végétales du commerce sont très variés, et il y a quantité de préparation maison à découvrir : les faux-mages, les crèmes de noix, les yaourts végétaux, le kéfir d’amande, etc. C’est un univers si vaste que je suis sûre que même tes enfants seront bluffés !
      A bientôt !

  10. Ayant eue les memes problèmes de digestion que vous avez cités après avoir bu mon café au lait (ventre gonflé, lourdeur) j’ai aussi mis du temps à trouver le coupable car bizarrement j’ai toujours consommée énormément de produits laitiers (yaourts, fromages etc…) et je n’avais jusqu’ici jamais eue de problème!!Je suis tombée par hasard dans une boutique sur le livre « Ceci n’est pas un régime » qui parle de ré-apprendre à manger correctement tout simplement avec de produits simples bio et on apprend pleins de choses sur tous les aliments industriels et quelle surprise!! depuis ma lecture je consomme toujours du lait de vache en plus petites quantités dans mes recettes de patisserie mais j’ai également intégrée le lait d’amande et de soja (entres autres) que j’ai fais découvrir à une partie de ma famille ainsi qu’à mes amies et j’ai été convaincue du bienfait des laits végétaux très rapidement!!votre article me donne envie de continuer dans cette bonne voie!merci à toutes et tous pour les conseils et astuces que je retrouve ici et là sur les différents blogs!!!bonne continuation!!

    • Merci de votre commentaire ! Je ne connais pas ce livre en particulier, mais comme je suis par nature anti-régime, tout ce qui a trait au ‘non-régime’ selon une approche qui promeut plutôt un retour à une alimentation équilibrée, simple, raisonnée et bio, comme ici le titre le suggère, me plaît !
      L’intolérance au lactose ou à la caséine, ainsi que la mauvaise digestibilité des produits laitiers, sont souvent d’autant plus mal acceptées qu’elles surviennent relativement ‘tardivement’. Les bébés nourris au biberon ou avec des poudres de lait sont habitués aux produits laitiers et les phénomènes d’allergie se manifestent de manière beaucoup plus insidieuse, si bien que ce n’est souvent que beaucoup plus tard qu’on détecte l’intolérance ou l’allergie – qui, souvent d’ailleurs, n’apparaît clairement qu’après la vingtaine…
      Merci encore et à bientôt !

  11. C’est un article très intéressant en effet !
    J’ai failli passer l’arme à gauche avant mes 1 mois suite à une intolérance au lait infantile (maman qui travaille pas le temps d’allaiter) qui n’a pas été découverte de suite. Ma mère a du se débrouiller pour faire commander par la pharmacie des laits infantiles au lait de soja puis au lait de chèvre (à ce qu’elle m’a raconté ^^). Le pédiatre qui avait trouvé mon problème avait rassuré mes parents en leur disant que cela pouvait arriver et que non je n’aurais pas de problème de croissance.
    Je crois qu’il avait fait après son doctorat de médecine et sa spé en pédiatrie une formation de naturopathe (par conviction personnelle, il était toujours en birkenstock et mangeait des pignons de pins, mon père le trouvait bizarre hihihi )…ceci explique son discours très atypique pour les années 80.
    Je n’ai pu consommer du lait de vache non transformé (le fromage un peu avant, les yaourts aussi) qu’au primaire et donc j’ai subi les foudres des institutrices pour qui j’étais une enfant en perdition refusant son verre de lait à la récréation. J’étais une « chieuse » car je ne buvais pas de lait, ne mangeais pas d’œufs, ni de pâte d’arachide (produit très consommé à l’ile de la Réunion en tartine au goûter), de fraises, et devait consommer avec modération un tas d’autres aliments. En bref les instits devenaient vertes quand ma mère leur donnait le papier de l’allergologue avec la liste des interdits et des limitations en raison de mes allergies dont asthme/intolérances.
    Je n’ai compris que bien tard (à la fac) que même si j’avais cru que je n’étais plu intolérante au lait de vache je l’étais sans doute encore un peu, Je n’avais jamais vraiment fait le rapprochement entre les douleurs abdominales et la consommation de verres de lait or j’avais tenté de « rattraper » à haute dose ma consommation en lait dès qu’il s’était avéré que techniquement je ne vomissais plus après ingestion. J’ai donc bousillé mon estomac et mes intestins comme une andouille, sous couvert des encouragements des médecins généralistes trèèèès heureux qu’enfin je puisse compenser la perte de calcium due à la cortisone.
    Depuis j’ai du mal avec le corps médical, je suis entre méfiance et agressivité latente quand on me tape dessus sur ma consommation de « lait de vache » (plusieurs fois fractures des os du pieds soi-disant par manque de calcium du lait) car j’allais très bien avant qu’on m’intoxique avec des discours tels que « bois du lait tu grandiras mieux ». J’ai eu une croissance très correcte et aucun problèmes osseux jusqu’à la prise de cortisone et de lait de vache !
    J’essaie de m’en passer le plus possible, mais je suis addicted aux fromages/beurre/crème/yaourts. Je « sais », mais je continue. Je suis une junky !

    J’ai une question concernant le lait de soja suite à des lectures récentes sur la présence de phyto œstrogènes/isoflavones qui pourraient perturber le développement des enfants et surtout des petits garçons , mais là je ne retrouve plus l’article. J’ai cependant retrouvé ce document de l’afssaps : http://www.grio.org/documents/rcd-5-1263309895.pdf

    « En résumé, la consommation de produits dérivés du soja, contenant des phyto-estrogènes est déconseillée de la naissance jusqu’à l’âge de 3 ans. »

    vrai ou faux selon toi ?

    • Et un commentaire très, très intéressant… et tout à fait révélateur de l’oeuvre ‘réussie’ de lobbying des industriels des produits laitiers sur la société moderne !

      Il y aurait beaucoup à dire sur la question des fractures osseuses mais, ce qui est sûr, c’est que, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, plus on boit de lait, plus on risque l’ostéoporose ! Les fractures peuvent, bien sûr, être liées à un manque de calcium mais aussi à un manque de vitamine D qui aide, justement, à l’absorption de ce calcium. Et, en raison des problèmes d’acidification, tu pourras même avoir d’autant moins de calcium que tu en consommes dans les produits laitiers ! C’est assez malheureux, mais c’est un cercle vicieux…

      Attention cependant car si tu es intolérante au lait de vache, ton organisme réagira également mal à la consommation de produits dérivés, type crème ou fromage. Tout dépend, bien sûr, si c’est la caséine ou le lactose que tu ne supportes pas, mais comme tu me disais par ailleurs avoir des problèmes de santé, fais attention… Car ces produits ont le même effet et même pire, parce qu’ils sont concentrés et insidieux (en raison de la fermentation, tu les digères mieux, mais ils sont pareillement nuisibles à ton corps). Maintenant que les produits végétaux comme les crèmes végétales, les faux-mages ou les yaourts sont bien développés, pourquoi ne pas essayer de te tourner petit à petit vers eux ? Je suis sûre que, bientôt, ton addiction sera diminuée et que ta santé sera bien meilleure ! 😉

      Pour ce qui est, enfin, du soja… je prévois d’écrire prochainement un article là-dessus car c’est un immmmmmmense débat et beaucoup, beaucoup de choses sont dites là-dessus. Pour faire très, très bref, disons qu’effectivement, je ne recommande pas le lait de soja, tel que nous le consommons, aux nourrissons (il existe de très bonnes alternatives au lait infantile d’ailleurs, comme Modilac riz) d’autant que c’est un allergène. Ensuite, je pense que la consommation modérée de soja a tout à fait sa place dans une alimentation équilibrée, mais qu’il faut faire attention à ne pas y voir notre unique source de protéines végétales et donc en manger avec modération, et qu’il faut enfin privilégier les formes de soja les moins transformées possibles – et toujours bio, évidemment, pour éviter l’avalanche d’OGM ! 😉

  12. Je dois écouter les voies de la raison et vraiment arrêter les bêtises : ne plus consommer de produits laitiers de vache ! Mais c’est dur, j’ai l’impression d’être en désintox et dès que je suis invitée chez une copine j’en viens presque à prier pour que le dessert soit au fromage blanc ou une crème dessert, je suis pitoyable hein ? …je n’ai plus tout à fait le choix cependant vu le désastre osseux qui se prépare selon l’adorable harpie de radiologue truc machin qui m’a fait echo doppler, radio, scanner et irm (j’ai eu droit à tout après 3 fractures des métatarses en 3 ans).
    J’ai bien envie de tester les laits végétaux à faire soi-même, dont ta recette de lait de noisette mais n’ayant qu’un petit blender de marque carrefour je me demande si son moteur sera assez puissant (350w) Mais je devrais plutôt poser ce type de question sous l’article du lait de noisette 😀
    En attendant d’être sûre de ne pas faire cramer mon mini blender je vais dès demain prospecter sur le prix des laits végétaux en briques car cela fait bientôt 5 ans que je n’en ai pas vraiment consommé autrement que de façon occasionnelle (toute fière que j’étais de pouvoir me baffrer de « lait de meuh »).

    C’est super si tu as le temps un de ces jours de faire un article sur le lait de soja, car j’ai un peu de mal à m’y retrouver dans les infos données sur le sujet et ce n’est pas toujours très compréhensible. Je trouve bizarre par ailleurs que ma mère me soutienne que j’ai été biberonnée au lait de soja et au lait de chèvre car moi aussi j’ai lu des articles indiquant que le lait de soja n’était pas bon pour les nourrissons et que même le lait de chèvre n’était pas la meilleure alternative. Je me dis que peut être à l’époque on ne savait pas tout ça. C’est ça d’être une vieille !
    (mais vieille étudiante ha ha ! ).

    • Ha ha, tu m’as fait rire avec le coup des desserts chez des amies ! 😉 Mais il faut que tu te prépares des crèmes végétales à base de noix de cajou, tu verras, ça remplace très, très bien le fromage blanc et la crème traditionnelle. C’est très doux, onctueux, et tu peux également les faire fermenter comme des yaourts ou des fromages. Tu peux aussi te faire des yaourts maison à base de lait de soja : je les trouve toujours bien meilleurs que ceux du commerce !

      Effectivement, ton blender ne me paraît pas très puissant mais il est déjà plus puissant que bon nombre de petits robot… Je t’encourage à essayer, j’ai moi-même une amie qui a réussi avec un mixer plongeant, qui ne tente rien n’a rien ! En revanche, suis peut-être les indications données à Myniu dans les commentaires au lait de noisette et commence peut-être par des noix de cajou (trempées) qui sont plus tendres.

      A bientôt !

  13. Encore un très bon article ! 😉
    Et bien, j’ai moi aussi fait partie des grandes consommatrices de lait… Je pouvais vite arriver à 4-5 portions de laitages par jour !
    C’est quand j’ai appris que le lait de vache pouvait être une cause de l’acné (via les hormones) que j’ai décidé d’arrêter. Et effectivement, quelques semaines après avoir complètement stoppé tout produit laitier, j’ai vu le changement sur ma peau. Elle n’était pas parfaite mais tout de même, ça n’avait plus rien à voir.
    Aujourd’hui, je ne consomme plus aucun produit à base de lait animal. Et je m’en porte bien mieux.
    Il ne me reste plus qu’à savoir maitriser le lait végétal. J’avance doucement mais sûrement… 🙂

    • Merci beaucoup de ton message Cerisah !
      L’arrêt des produits laitiers produit en effet de grands changements, et pas seulement au niveau de l’acné. De mon côté, ce s’est soldé par une bien meilleure digestion et, depuis que je suis végane, une santé de fer ! Je croise le doigts…
      En attendant, je te souhaite bonne chance dans ton périple au pays des laits végétaux ! 😉

  14. Bonsoir!
    J’ai découvert ton blog il y a quelques jours et je ne me lasse pas de lire tous tes articles. Je me permet de laisser ce commentaire car il m’est arrivé la même chose qu’à toi Ophélie, à l’adolescence je me suis rendu compte que le « bol de chocolat au lait » me rendait malade. Je me suis mise au thé, sans pour autant supprimer les yaourt (petit gervais aux fruits si chers à mon coeur :-p) et le fromage (miam le munster!). Et puis un jour je devais avoir 19 ans (25 aujourd’hui), je décide de faire un test et de stopper tout produit contenant du lait de vache. Miracle! plus de ventre de femme enceinte, plus de boutons, et une perte de poids. Aujourd’hui j’avoue qu’il m’arrive encore de craquer sur un bon morceaux de fromage, pour le regretter ensuite car mon estomac n’est pas d’accord… mais je suis décidé aujourd’hui à sauter le pas et à ne plus en manger du tout, et ton blog y est pour grand chose 🙂

    Tout ça pour dire UN GRAND MERCI A TOI!!!

    • Oh, et merci à toi pour ton commentaire, ça me fait super plaisir !
      Difficile, effectivement, de renoncer au départ à nos ‘petits plaisirs’ et remettre en question tout ce qui constitue nos bases (‘mais comment ? le lait, c’est bon pour la santé !’ – keuf) et pourtant, pour beaucoup de choses, cela en vaut vraiment la peine ! Je me demande parfois comment j’ai fait pour lutter si longtemps avec ces maux de ventre sans me rendre compte que le problème était là sous mon nez…
      Bravo en tout cas et tous mes encouragements ! Tu vas voir, d’ailleurs, on s’y fait très bien… je n’ai plus du tout, du tout envie de laitages, et ce qui tombe bien, c’est que la gamme végétale pour les remplacer est immense !

  15. J’ai été extrêmement choquée quand j’ai découvert la « vérité » sur le lait, c’est à dire les dizaines d’études, pas très nouvelles en plus, qui concluent à son inutilité pour lutter contre l’ostéoporose et compagnie. Tout au long de la scolarité, on a pas mal de petites, euh sensibilisations on va dire, à propos de la nutrition, qui disent à peu près toutes la même chose : dans un repas il faut manger des sucres lents qui se trouvent dans les féculents pour avoir de l’énergie, des protéines qui se trouvent dans la viande et les œufs, un produit laitier pour l’apport en calcium, et des fruits et légumes pour les vitamines. (Ça exclus déjà un certains nombres d’aliments.) Alors oui j’avais remarqué qu’on ne faisait pas tellement attention à la santé des enfants quand on voit ce qu’on leur sert dans les cantines, mais il y a une différence entre ça et inculquer de fausses informations ! J’étais très fière à l’époque de consommer mes 4 produits laitiers par jours pour avoir des os solides plus tard, et de bien connaître les recommandations à suivre. D’où le gros choc.
    D’ailleurs, dans mon entretient avec mon médecin traitant suite au dosage de mon cholestérol (quand même un problème de santé majeur dans nos contrées), notons bien qu’après avoir discuté des principaux coupables (le beurre et le chocolat), il m’a demandé si je mangeais beaucoup de produits laitiers et d’œufs.
    (Je ne parle même pas des autres arguments anti-lait, je n’ai rien de nouveau à dire.)
    Cela dit, à part une allergie jusqu’à mes deux ans, j’adore le lait de vache et je le digère encore très bien (ça c’est susceptible de changer dans les années à venir). Enfin j’adorais, je n’en bois quasiment plus. Ce que j’aimais bien faire, c’est boire un très grand verre les soirs où je n’arrive pas à dormir. Je trouve le lait de riz très addictif (trop même !) et le lait de soja infiniment pratique et amusant en cuisine, mais je ne trouve rien qui donne la sensation de ventre plein du lait de vache. C’est probablement du à la dose de graisses, j’imagine. Après je n’ai pas essayé les laits d’oléagineux maison super dosés ! Je crois que cette nouvelle sensibilité est l’occasion de laisser s’exprimer ma folle passion de toujours pour les noix divers et variées…

    • Rassure-toi, tu n’étais pas la seule : plus jeune, je veillais à consommer mes sacro-saintes portions de produits laitiers scrupuleusement… et j’aimais beaucoup ça (le bon lait frais !)
      Il m’a fallu un certain moment pour me rendre compte – et surtout accepter ! – qu’après chaque gorgée, j’avais le droit aux plus belles crampes de l’estomac qui soit… 😦
      A mon avis, si tu cherches quelque chose de satisfaisant au point de vue des papilles (et du bidon !), oui, n’hésite plus et fais-toi un bon lait de cajou ou de noisette, bien crémeux… honnêtement, le lait de vache ne me fait plus du tout de l’oeil après ça ! 😉

    • Bonjour bonjour ^_^
      J’espère ne pas être trop tatillonne mais je mets mon grain d’sel là-dessus : « Cela dit, à part une allergie jusqu’à mes deux ans, j’adore le lait de vache et je le digère encore très bien « , je ne suis pas médecin mais je pense que tu voulais dire ton [intolérance] au lait de vache et non [allergie]. Si tu étais allergique au lait de vache tu ne pourrais pas du tout en consommer alors qu’en ayant fait une intolérance infantile, voui voui !
      Ceci étant dit, nos bilans de santé seraient sans doute meilleurs si nous étions allergiques au lait de vache => on en boirait plus une goutte héhé !

  16. Ping : VERRINES ANTI-OSTÉOPOROSE | Antigone XXI

  17. Ping : Lait d’amandes maison [vegan !] | Sharedwanderlust's Blog

  18. Bonjour,

    Je me permet juste un petit commentaire pour attirer ton attention sur certains points bien précis.

    Mais avant toute chose merci à toi pour l’article et tout les intervenants pour leurs commentaire pertinents et enrichissants. Pour ma part mon histoire est tristement et banalement identique à la plupart hormis que je n’ai jamais eu de suite vraiment « handicapante » suite à ma consommation de lait durant mon enfance (En tant que fils d’agriculteur laitier, difficile d’y échapper hein ? ^^ haha). Juste une mauvaise digestion, nécessairement perturbé par la consommation quotidienne de ce bon vieux chocolat chaud du matin. J’ai vite compris à mes 19 ans que mes ballonnements matinaux étaient dû au lait une fois leurs consommation stoppés à l’âge de 19 ans (aujour’dhui 25).

    Mais bref, revenons à nos moutons. Je voulais attirer ton attention sur ce passage de ton billet :
     » Les protéines animales – contenues, par exemple, dans le lait de vache – sont très acidifiantes pour l’organisme. L’augmentation du taux d’acidité corporelle touche d’abord le sang et les tissus sanguins, ce qui provoque alors une réaction du corps pour faire baisser cette acidité anormale. »

    ==> Jusque là d’accord. Toutes les sources que j’ai jusqu’à maintenant s’accordent sur ce point. 🙂

    « Le calcium est alors l’élément utilisé pour neutraliser cette acidité et revenir à un équilibre basique. »

    ==> Là par contre j’ai cru comprendre que ce n’était pas le calcium qui était « pompé » pour restaurer l’équilibre mais le phosphate. Alors après ça ne change strictement rien à la suite logique de la démonstration argumentaire puisqu’apparement le phosphate ce trouve … dans la moelle osseuse. Et donc entraine les problèmes sus-cités (c’est fou ce que ce terme, « sus-cité », réussis à apporter instantanément un aspect ronflant à une phrase ! héhé =] )

    Je tient mon info de l’excellent discours de Garry Yourovski (à 0:35:40) : le corps pompe le phosphate et le calcium des os. Utilise le phosphate pour réequilibrer l’acidité. Et le calcium est expulsé en urinant.

    Bon alors, je n’ai absolument pas la prétention de trancher entre toi et Garry, après tout je ne suis qu’un huuuuuumble graphiste pas du tout expert en la matière mais j’étaie curieux d’avoir ton retour là dessus. 🙂
    Haha, rigueur scientifique quand tu nous tient ;p

    Ces sujets sont toujours aussi passionnants et complexe je trouve. Un jour j’achèterai un bouquin de médecine pour savoir avec précision comment tout ça fonctionne ! è_é ^^’

    Au plaisir de continuer à te lire !

    Bonne continuation

    • Je suis désolée, je ne peux en ce moment pas répondre à ton commentaire très intéressant car je suis en déplacement, mais j’essaierai de le faire prochainement. Merci beaucoup !

    • Je me permets de te répondre, pour l’histoire phosphate/calcium oui tu as raison. Par contre le phosphate ne se trouve pas dans la moelle osseuse (qui est un tissu conjonctif contenu au centre de l’os entres autres) mais dans le tissus osseux en lui même. En effet les tissus osseux étant constitués de minéraux tels que le phosphore et le calcium. C’est donc l’os en lui même qui est dégradé pour mobiliser le phosphore nécessaire à la régulation de l’acidité…

  19. Bonjour,
    suite à des études d’acupuncture/médecine chinoise il y a déjà 10 ans j’ai été convaincue d’arrêter le lait de vache… Inutile de revenir sur les effets bénéfiques, ils furent au rendez-vous pour moi aussi !
    Je voudrai apporter ma pierre: enceinte 2 ans après avoir arrêté, j’ai demandé à mon toubib d’ajouter à ma prise de sang mensuelle le dosage du calcium dans mon sang … pour avoir la preuve, être sûre que mon enfant n’en manquerait pas au cours de son développement. Grosse mangeuse de légumes bios et tout le reste bio, je précise ! bilan: pas un mois en dessous de la fourchette. Preuve « scientifique » tant prisée !
    Voilà, pour ceux et celles qui ont envie d’y croire, mais doutent encore un peu que la vache, la chèvre, le buffle et l’éléphant qui n’ont pas l’idée de boire du lait de vache, ont tous de très bons os !!! Sans parler de tous les peuples primitifs privés de vaches naturellement, qui ne se baladent pas dans le plâtre, en gencives !
    Bien à vous,
    continuons à ne pas gober … le lait et le reste !!!

    • Merci pour votre témoignage très intéressant, Sarasvatimaya.
      Les hommes sont vraiment les seuls d’êtres bizarres à boire le lait d’autres mammifères… et de les choisir, en plus ! Qui ne serait pas dégoûté à l’idée de boire du lait de chienne ? ou de truie ? Et pourtant, la vache, c’est 3 fois par jour, sinon, patatrac !

  20. Bonjour,

    Moi c’est plutôt le côté éthique de boire du lait de vache qui m’interpelle, mais je ne peux pas me passer de mon yaourt et de mon fromage. Tu as des conseils?

    • Oui, moi aussi, c’est en premier lieu le côté éthique, bien sûr.
      On s’habitue très vite au yaourt de soja (attention, choisir des marques de mag bio plutôt que supermarché : elles sont bien meilleures !) et je dois dire que le yaourt de soja maison (très facile à faire) est délicieux.
      Pour le fromage, il existe mille et une recettes de fromages vg, mais bien sûr, il ne faut pas s’attendre exactement à retrouver son roquefort ou son Bleu des Causses… J’ai publié qqs recettes ici (pas beaucoup encore), d’autres suivront ! Sinon, tu peux trouver du fromage végétal en magasin bio ou en ligne : les Végusto sont délicieux (certains rappellent le comté, d’autres le gouda, ou encore un fromage de chèvre fondant), les Teese sont fondants et ressemblent à de la Mozarella, je raffole des Sojami qui me font penser à des fromages aux fines herbes, et puis il y a encore les Toffuti… Ça laisse un peu de choix, non ? 😉

  21. salut !
    Je suis d’accord par le fait que l’Homme n’est pas fait pour digérer le lait de vache, après certains le digère, d’autres non c’est une chose. Je suis diététicienne et lors de l’étude du diabète les médecins nous affirment que les causes de diabète de type 1 chez un enfant n’est aucunement dû à la prise du lait de vache ou autre constituants d’origine alimentaire. L’apparition de ce diabète provient d’une anomalie auto-immune génétiquement présente à la naissance. C’est à dire que l’enfant est pré disposé à avoir un diabète c’est écrit dans ses gènes. (ici visiblement manquant…). Les éléments déclencheurs de la maladie seraient plutôt d’origine virale comme les oreillons par exemple.

    • Bonjour Perrine,
      Les recherches du Dr. Campbell sont relativement récentes au regard de ce que l’on enseigne en faculté de médecine : il est donc assez normal que ces études n’aient pas encore été prises en compte dans ces programmes. Sans compter le nombre d’heures totales que constitue l’enseignement en nutrition sur tout le programme de médecine… j’ai beaucoup d’estime pour les médecins, mais je ne peux pas en dire autant de leur formation en nutrition !

  22. La vérité commence a se faire savoir, dans mon entourage trop de bébés sont « intolérants » au lactose. heureusement il existe maintenant en pharmacie du lait de riz (et même pas plus cher que le lait classique
    en poudre pour bébé). j’ai découvert ça avec mon deuxième qui va faire 5 mois bientôt et que je n’ai pas pu allaiter longtemps et pour rien au monde je lui donnerai autre chose, plus de renvois, sauf si monsieur mange un peu trop 🙂 plus de coliques du nourrisson le top. Et en réfléchissant un peu avec une amie osthéo qui manipule les bébés en fait les coliques c’est juste que 90% des bébés ne tolère pas le lactose rares sont ceux qui n’en souffre pas. les choses bougent doucement mais surement!
    Continu a nous faire des articles aussi intéressants, j’adore ta façon d’écrire.

    • Mais oui, et aussi du lait infantile de soja et du lait infantile d’amande (à partir de 6 mois!). J’en ai parlé dans mon dernier article, et j’ai donné quelques liens vers le blog d’Enfant Végé ou Sophie en parle de manière très détaillée.
      Le nombre de ‘coliques du nourrisson’ qu’on pourrait éviter si l’on ouvrait les yeux !

      • Oui j’ai vu le lien pas encore eu le temps d’aller voir. pour les coliques quand on voit de quelle manière ils se tordent de douleur, ça nous désespèrent …mais on reste positives!

  23. C’est bizarre quand même que les populations « européennes », cad ni asiatiques ni africaines soient habituées aux produits laitiers alors même que leur consommation excessive ne remonterait pas à plus de 100 ans. Comment expliquer cette rapidité par rapport à son caractère plus que néfaste ?

  24. Ping : Vous digérez le lait, vous ?

  25. Je connaissais un peu toutes ces informations mais je me posais des questions par rapport à l’ostéoporose et aux apports en calcium justement ! Donc merci pour ces réponses, et comme d’habitude, ta vulgarisation est extrêmement compréhensible et agréable à lire ! Ca ça fait de vrais arguments à balancer en soirée pour alimenter le « débat »! 🙂
    Ce soir je teste la recette de fromage à tartiner végétale (les noix de cajou sont entrain de tremper dans l’eau 🙂 ) ainsi que le cheesecake à la tomate et au basilic que tu avais mis en lien, j’ai hâte :p
    Et aussi, la pizza était GÉNIALE, je la teste sur mon copain-qui-ne-conçoit-pas-un-repas-sans-viande ce week end. (le week end dernier, il m’a quand même appeler à moitié en pleurant parce qu’il était en week end escalade et que dans la bande, y’avait trois végétariens, du coup, pas de viande au menu ^^) Affaire à suivre !

  26. J’ai cherché des informations sur le lait de vache, mais on trouve vraiment tout et son contraire. Les végétaliens prônent les laits végétaux, la plupart des docteurs/diététiciens disent que le lait de vache est le seul à fournir du calcium si bien métabolisé, que le calcium végétal n’est pas du tout aussi bien assimilié… Et les histoires de complots, j’aime pas…
    Je ne sais pas du tout quoi en penser!

  27. Ping : La première vraie indignation de ta vie, celle qui prend aux tripes | Au-delà du Sanctuaire

  28. J’ai eu des migraines atroces (vomissement & co) pendant plus d’un an. L’homéopathe a réussi à les « transformer » en « simples » maux de tête qui survenaient quasiment tous les jours. Puis un jour il m’a dit, tu devrais diminuer les produits laitiers, tu en prends beaucoup trop (lait au petit déjeuner, et à 16H, yaourt midi et soir sans compter le beurre, la crème..). J’ai ensuite vu par hasard une vidéo sur youtube de « Parigina BiotéSanté » sur les produits laitiers. J’ai décidé d’arrêter d’en consommer, pour voir … Mes maux de tête ont disparus totalement !! J’ai essayé de reprendre et PAF les maux de têtes revenaient aussi. Ça fait maintenant 1 an que je ne bois plus de lait, ne mange plus ni yaourt ni crème. Seul le beurre a encore sa place dans mon frigo parce que je n’arrive pas à le remplacer … Arrêter les produits laitiers, pour supprimer toute trace de migraine, si j’avais su plus tôt …
    Merci pour cet article en tout cas, il faut le crier haut et fort, les produits laitiers sont la cause de bien des problèmes.

    Je viens de découvrir ton blog, et j’adhère complètement !! Continue surtout 😀

    • Tu es tellement chanceuse…
      J’ai 16 ans et ça doit faire 4 ans que j’ai des maux de têtes quotidiennement.. Je ne consomme presque plus de produits laitiers depuis 2 mois (il y a un an j’avais arrêté un peu mais j’ai repris) et pourtant j’ai encore des maux de têtes, mais j’ai réalisé que je prennais moins de médicaments contre.
      Alors peut-être que ne plus consommer de produits laitier m’aide à diminuer l’intensité/fréquence de mes maux de têtes (sauf quand j’ai mes règles).

  29. Ping : Atelier Fromages et Yaourts végétaux… | "Vie ta Mine Crue"

  30. Est-ce la même chose pour les fromages à pâtes dures ? Puisque ils ne contiennent pas de lactose…Je suis intolérance au lactose depuis ma naissance, mais je digère bien tout les fromages à pâte dure.

    Blog super intéressant en tout cas !!

  31. Si les gens se posaient la question, ils comprendraient très vite que consommer du lait de vache n’est pas vraiment censée … Par contre ce n’est pas le calcium qui est utilisé pour neutraliser l’acidité, mais le phosphore, contenu lui aussi dans les os, et donc qui pour être mobilisé entraine la destruction de tissus osseux, ce qui se traduit par une perte de calcium. Le résultat est le même cela dit 😉

  32. Ping : Pourquoi je ne mange presque plus de produits laitiers | Échos verts

  33. Coucou Ophélie, merci pour cet article !! j’ai essayé de lire tous les commentaires mais j’ai en peut être zappés : qu’en est-il des produits à base de lait de chèvre/brebis bio, niveau santé & conditions de production? Merci beaucoup !

  34. Super article pile ce que je cherchais ! Oui, j’arrive un peu après la bataille, mais les blogs sont fait pour perdurer non ?! 🙂
    C’est difficile pour moi de réduire / arrêter les laitages. Mais je m’accroche / me soigne !
    Je pense citer cet article au passage sur mon blog au détour d’un article sur les produits laitiers !
    A bientôt!

  35. Ping : Comment faire son lait végétal maison | Jujube en cuisine

  36. C’est un article intéressant 🙂

    Alors moi j’ai 16 ans, je suis Québécoise et jusqu’à l’âge de 5 ans, j’ai grandis sur une ferme laitière.
    Après le divorce de mes parents, on n’a plus eu de ferme laitière mais mon père a encore les terres et fait de la culture comme  » second emploi « .
    Étant jeune, on ne se pose pas de question, pour moi les vaches produisaient du lait et j’en buvais, point.
    Dans mes souvenirs, les petits veaux n’étaient pas trop loin des vaches.
    J’allais proche de leur enclos et leur donnait à manger avec ma main 🙂
    Je n’est jamais eu l’impression que les vaches/veaux souffraient.

    Maintenant c’est différent.
    J’ai des problèmes de maux de têtes quotidien depuis environ 4 ans, je cherche encore l’origine du problème (j’ai passer des prises de sang y’a 1 an, aucune carence, thyroïde légèrement plus basse que la normale sans avoir de problèmes).
    J’ai mal au dos/cou et parfois je vais me faire masser pour me  » faire replacer « , y’a plus d’un an, la femme m’a dit de couper les produits laitiers pour mes maux de têtes.
    Je les fait et je buvais du lait de soja bio Natur-a ( c’est Québécois).
    Ne voyant pas ou peu de changement, j’ai repris les produits laitiers, mais depuis un ou deux mois, j’ai arrêté à 75 % (je consomme du fromage à l’occasion) donc je bois du lait de soja ou d’amandes.
    Je ne sais pas si ça l’a un impact sur mes maux de têtes, mais je suis conscience que ça les pour ma santé en général (par contre je consomme de la viande).
    Je buvais tellement de lait avant et je consommais beaucoup de produits laitiers, et là presque plus.
    À 16 ans, je prend conscience que le lait de vache est destiné aux veaux, pas à nous, que c’est pas normale de continuer à boire du lait, en plus celui d’un autre espèce.
    En fait, ce qui me déplaît, c’est qu’on  » viole  » une vache pour boire du lait. Qu’on l’exploite toute sa vie et qu’on lui enlève son enfant.
    Un jour, j’ai vue cette vidéo et j’ai eu les larmes au yeux : https://m.youtube.com/watch?v=gUnwj6T3I0A

    Bref 😉

  37. Ping : Mieux manger en 6 étapes | Laura Ingalls 2.0

  38. À partir d’aujourd’hui je ne bois plus de lait de vache.

    À quel point se fait-on embobiner part la « société » au juste ? Durant toute mon enfance j’ai entendu auprès de ma famille, à l’école… que le lait était bon pour nous, mais ça n’a jamais été le cas bordel de merde. Comment c’est possible ? Je ne sais même pas si ma famille est au courant de ça. C’est du grand délire. Je ne sais plus quoi croire dans ce monde de merde, vraiment. On nous dit n’importe quoi, tout ça parce que ça rapporte de l’argent. C’est horrible…

    Thomas, 19 ans.

  39. oui, enfin…..
    on peut être intolérant au lactose et aimer le goût du lait et encore plus le beurre et le fromage sans aucun soucis de santé (et quel que soit le lait qui ait permis la production de ce fromage….)
    le soja c’est pas top non plus… et question culture encore plus sujet à polémique (et ne parlez pas du bio…. M……o est super fort), quant au lait de coco autant j’adore l’eau de coco (sortie tout droit de la noix) autant le lait….. ça n’existe pas naturellement, le « lait » d’amande j’ai goûté et franchement j’ai trouvé que ça n’avait pas d’intérêt gustatif….

    pourquoi l’intolérance? c’est juste normal… mais aussi parceque le lait est pasteurisé et que les bactéries sensées protéger notre estomac sont détruite (je ne me souviens plus de ce reportage passé en seconde partie de soirée sur l’autisme qui avait fait une aparté là-dessus)…. ça m’a enfin expliqué pourquoi je pouvais boire le lait au sortir du pis de la vache chez ma tante et pas dans la brique de lait chez moi (petite je revomissais tout 15-20 min plus tard – et j’ai pu reboire du lait vers 20 ans… pas avant)

    je me repose cette question des année après. près avoir passé ma grande au lait sans lactose pendant des années (son bib c’était sacré mais les douleurs aussi), elle est repassé au lait normal dernièrement et étrangement, plus de soucis…. j’ai cherché, creusé…. et je me demande toujours pourquoi elle ne supporte pas le lait de grande marque commerciale et qu’elle accepte sans aucun soucis et avec plaisir pour elle (et mon porte monnaie, mais ça c’est accessoire, elle me dit surtout qu’il est bon) ce lait de petit producteur (où les vaches mangent de la luzerne et autres herbes).
    Bref, j’ai surtout l’impression qu’il faut garder raison et biensûr savoir ce que nous mangeons…. Le manger avec raison et profiter du goût.

    PS : moi les migraines c’était les sulfates associé à une atmosphère iodée… pas faite pour vivre en bord de mer.

  40. Merci Ophélie, cet article est très très intéressant.
    C’est vrai que la question/réponse est données dès le début de ton article : pourquoi boire le lait d’une autre espèce mammifère ?
    Dans cette phrase tout est dit….

  41. Ping : Fabriquez vous-même vos fromages | michmich32

  42. Merci pour cette documentation très enrichissante et qui apporte un jour nouveau sur toute notre alimentation au plaisir de vous relire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s