VÉGANES, UNE REVUE CONTRECULTURELLE ENGAGÉE

*

*

Hey, bonjour tout le monde !

J’espère que vous allez bien et que vous ne vous laissez pas trop happer par l’actualité ! Enfin, je dis ça, mais moi, c’est fini, je suis officiellement accro aux infos et je respirerai à nouveau le 7 mai à 20h01 (ou pas ! argh). Si vous me suivez sur mon profil Facebook, vous devez savoir que le spectre Le Pen me fait toujours aussi peur, même quinze ans après mon baptême manifestationnaire et, même si je ne prends pas la rue cette fois, je vous engloutis sous une avalanche d’articles pour vous appeler à faire barrage contre le FN depuis lundi. Je sais, je ne convaincrai pas les convaincu·e·s à se bouger les fesses le 7, mais peut-être les indécis·e·s, non ?  Et ce, d’autant plus que ma procuration a échoué au premier tour et que je n’ai même pas pu voter (je me console en me disant que ma petite voix n’aurait vraiment pas changé grand chose). Bref. Go and vote on Sunday, please.

Passons maintenant au sujet du jour ! Un article que j’ai dans mes réserves depuis un bon mois déjà… eh oui, cela fait déjà un mois qu’est sortie Véganes, revue contreculturelle !

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas encore, Véganes, c’est l’ancien magazine québecois Versus qui a changé de nom et qui est maintenant distribué en France par les éditions La Plage. Un magazine que je suis et apprécie depuis longtemps, et avec lequel je collabore même régulièrement. J’avais écrit dans le numéro 3 un article sur le véganisme et l’anarchisme et, pour ce nouveau numéro, j’ai écrit un article sur la grossesse végane et ai fait semblant de superviser un peu le dossier central « Génération végane » (je dis « semblant » parce qu’en vrai, je n’ai pas fait grand chose, hum).

(pour les plus pressé·e·s, une surprise se cache en fin d’article !)

*

*

Véganes, qu’est-ce que c’est alors ? Une bonne grosse revue, à mi-chemin entre un magazine et un bouquin (en langage hipster, on dit un mook), qui nous offre 178 pages de réflexions, reportages, interviews, revues de livres ou films, astuces et recettes de cuisine. Bref, un bisannuel ultra-complet sur le véganisme, comme il n’en existait pas encore jusque là.

Dans ce dernier numéro, on prend notamment plaisir à lire les éditos engagés écrits par des personnalités du mouvement, telles que Brigitte Gothière ou Elise Desaulniers. On découvre aussi des articles passionnants sur l’éthique animale, le mode de vie végane, la gastronomie végétale, l’histoire, la philo, l’écoféminisme ou les arts, le tout accompagné d’une entrevue avec Aymeric Caron, d’un article d’Ina Mihalache (Solange te Parle) sur sa transition vers le véganisme, ainsi que de super recettes signées notamment Marie Laforêt.

Et puis, bien sûr, on y découvre le dossier « Génération végane », qui donne à voir des portraits de famille végane et aborde quantité de sujets centraux liés au sujet : nutrition, lectures pour enfant, question d’éducation… sans oublier un petit guide de survie pour ados véganes !

*

*

Le plus de ce mag ? Au-delà des magnifiques photographies et illustrations, de la richesse et de la diversité des thèmes, du parfait équilibre entre articles théoriques et pratiques, ainsi que de la perspective volontairement féministe et intersectionnelle, c’est bien sûr ses plumes. On y retrouve presque toutes les célébrités de la pensée végane et animaliste : Sue Donaldson (Zoopolis), Elise Desaulniers, Christiane Bailey, Pierre Sigler, Frédéric Côté-Boudreau, Renan Larue, Martin Page, Clémence Laot, Camille Brunel, Thomas Lepeltier et bien d’autres !.. Et ce n’est pas si étonnant de retrouver cette jolie sélection, quand on sait que le rédacteur en chef n’est autre que Martin Gibert, auteur de Voir son steak comme un animal mort.

Bref, c’est une revue qui plaira à un grand nombre, sans qu’il soit nécessaire d’être végane ou spécialiste de l’antispécisme pour en apprécier le contenu ! La variété des sujets abordés nous permet tou·te·s d’y trouver notre compte et de nous dire qu’il n’était que justice, étant donné la popularité du véganisme, que celui-ci soit enfin représenté par un magazine de cette qualité. 

*

Véganes, revue contreculturelle

La Plage, 19,50€

(site web de la revue)

*

*

{ Jeu-Concours }
*

A l’occasion de la sortie de Véganes en France, je vous fais une petite surprise en vous faisant gagner un exemplaire de la revue ! 

Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de laisser un commentaire sous cet article (pas sur Fb ou les réseaux sociaux, mais sur le blog, merci !) en finissant la phrase suivante : « Pour moi, véganisme rime avec… » 

Le concours est ouvert à toute l’Europe jusqu’au 5 mai à minuit. Soyez créatif·ve·s dans vos participations !

*

(un mini-aparté pour celles et ceux qui se poseraient la question : « véganes », ce n’est pas la version féminisée du mot, comme j’ai pu malheureusement le lire à plusieurs reprises ailleurs. « Végane » est un mot épicène, qui s’écrit de la même manière au masculin et au féminin – plus d’infos ici)

*

Véganes… pour un monde meilleur !

*

  

LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <