QUELLE ÉDUCATION POUR NOS ENFANTS ? Alphabet, le film

*

Alphabet le film - Antigone21.com

*

Le film Alphabet, du réalisateur Erwin Wagenhofer, sort aujourd’hui en salle. Entamée par We feed the World, consacré à la crise alimentaire, et poursuivie par Let’s Make Money, sur la crise financière, la « trilogie de l’épuisement » s’achève ici avec une dernière crise – celle de l’éducation. Le réalisateur dresse un portrait peu flatteur du système éducatif conventionnel et se penche sur des voies alternatives, axées sur la créativité et l’enthousiasme. Retour sur l’un des meilleurs documentaires de l’année.

*

*

J’ai toujours aimé apprendre, mais je n’ai jamais aimé l’école.

Je me souviens du jour où, petite, j’ai arrêté de poser des questions. J’étais plus jeune que les autres, je savais déjà lire et j’étais très enthousiaste. Trop pour l’une de mes maîtresses, qui m’a vite fait comprendre que, entre elle et ma curiosité insatiable, ce n’était certainement pas la seconde qui gagnerait. J’ai donc cessé de poser des questions et je me suis enfoncée dans ma chaise en attendant que l’heure passe. Toute ma scolarité s’est déroulée ainsi : les lèvres fermées, les yeux à demi-clos ou rêveurs par la fenêtre, en attendant que la cloche sonne et que je puisse rentrer chez moi pour pouvoir enfin faire ce qui me plaisait : lire, dessiner, jouer.

Si je n’ai presque aucun souvenir à présent de ce que nous avons abordé durant ces longues heures de classe, j’ai encore en tête tout ce que j’ai appris hors de l’école : je connais presque par cœur Charlie et la chocolaterie ou Les enfants de Timpelbach, je me souviens de chaque vignette de La vie privée des hommes au temps des Grecs, j’ai souvent des phrases entières en italien qui me reviennent de mes moments de jeu avec mes amis milanais, je sais reconnaître les différentes espèces de chouettes, je peux réciter sans trop hésiter des poèmes de Nerval ou Rimbaud, je connais presque tout le vocabulaire de la magie extrait de Harry Potter en anglais, bulgare ou russe, et je sais plutôt bien monter aux arbres. En revanche, je serais bien incapable de vous parler du programme de biologie (hormis qu’il fallait disséquer des animaux et que cela me répugnait), je n’ai aucun souvenir de ce que nous avons abordé en histoire-géographie au collège et, pour ce qui est de la longue liste des noms et numéros de départements que nous devions apprendre par cœur en Education Civique, disons qu’elle a fondu comme neige au soleil.

Je suis donc bien obligée de faire ce constat : si j’ai, en grande partie, oublié ce que j’ai appris à l’école, je me souviens de tout ce que j’ai appris à côté par moi-même. Et je suis prête à parier qu’il est en de même pour vous. Savez-vous pourquoi ? Parce que, tandis que le premier apprentissage était imposé, noté, jugé, classé, le second avait simplement pour but de satisfaire notre propre curiosité et notre soif du monde. Et nous nous en souvenons, car nous l’avons appris avec enthousiasme.

*

Alphabet le film - Antigone21.com

*

L’enthousiasme, la créativité, la passion et la confiance en soi, c’est le sujet du dernier film d’Erwin Wagenhofer, Alphabet.

Beaucoup pourraient vous dire que ce documentaire est un film sur l’école, qui plus est, contre l’école. Il est vrai que son réalisateur nous mène de Chine en Allemagne, en passant par la France et les Etats-Unis, à la découverte des systèmes éducatifs dominants, basés sur les résultats quantitatifs et le mode compétitif. Nous y découvrons de jeunes Chinois, hissés d’Olympiades en Olympiades dès le plus jeune âge, accumulant des diplômes fièrement exhibés par leurs parents et semblant surtout s’être éteints sous les monticules de livres qui entourent leurs bureaux. Nous ne pouvons nous empêcher d’éprouver un certain malaise quand un chargé de programme à l’OCDE se réjouit des résultats épatants de la Chine au classement PISA et paraît oublier au passage que cet élitisme forcé se traduit par l’un des taux de suicides adolescents les plus élevés du monde. Nous frémissons lorsque de futurs cadres de McKinsey s’enorgueillissent de placer la productivité au-dessus de tout et « à n’importe quel prix ». Et nous ravalons un hoquet lorsque l’une d’eux calcule qu’en ayant un ou deux enfants, elle devra dire adieu à son rêve de devenir PDG à 40 ans.

*

Alphabet le film - Antigone21.com

*

Donc oui, certainement, Alphabet est un film qui nous place devant la faillite de notre système éducatif conventionnel, sa violence immanente et son aptitude à détruire chez l’enfant toute pensée divergente pour pouvoir rentrer dans un moule où l’erreur devient une faute, la différence face à l’apprentissage un motif d’exclusion et la créativité une qualité devenue accessoire, voire gênante. Et pourtant, Alphabet n’est pas un film à charge, un documentaire simpliste et manichéen, dont la seule défense serait l’attaque de l’école. Non, Alphabet est un film qui nous met face à nos contradictions, face à notre enthousiasme de découvrir le monde et notre inquiétude de ne pas y parvenir sans un moule qui nous enserre. Ce n’est pas pour rien que ce documentaire a pour titre complet Alphabet, la peur ou l’amour, car c’est bien d’amour dont il est essentiellement question tout au long de ce film : amour de l’apprentissage, amour de l’enfant en chacun de nous, amour du monde et de la vie.

*

Alphabet le film - Antigone21.com

*

Interpellés par les propos de Sir Ken Robinson sur la créativité et l’imagination, nous partons à la découverte de parcours différents. Celui du célèbre pédagogue Arno Stern, dont les ateliers de peinture offrent aux enfants et aux adultes la possibilité de s’exprimer en toute liberté, loin des conventions sociales et du jugement d’autrui. Celui d’André Stern, son fils, dont la particularité est de n’être jamais allé à l’école et qui, à quarante-quatre ans et une fois devenu luthier, compositeur, auteur et conférencier internationalement reconnu, n’a rien perdu de son enthousiasme premier. Celui, enfin, de Pablo Pineda, qui, à l’aide de sa formidable volonté et d’une joie de vivre communicative, est devenu la première personne atteinte de trisomie 21 en Europe à obtenir un diplôme universitaire et qui a publié récemment un livre intitulé Le défi de l’apprentissage.

Nous découvrons ces chemins de vie éloignés de la grande route de l’éducation conventionnelle et nous nous appuyons sur les paroles du neurobiologiste Gerald Hüther, selon lesquelles tout enfant naît « surdoué » et doté d’une capacité innée à la solidarité, mais qui la perd à rester trop longtemps dans un cadre concurrentiel et étriqué. Nous voguons au travers de ce kaléidoscope de voix détournées, de ces merveilleuses possibilités qui s’ouvrent à nous, et nous nous rappelons soudain qu’apprendre, c’est aimer ce que l’on apprend, faute de quoi, rien ne subsistera, si ce n’est la perte de notre créativité.

*
Alphabet le film - Antigone21.com

*

Alphabet n’est donc pas un film sur l’école ; c’est un film sur le pouvoir de l’imagination, sur la confiance en l’enfant et sur son enthousiasme de vie. C’est un film qui n’émet pas plus de jugement réducteur qu’il ne propose de solutions toutes faites, et c’est aussi cela qui fait sa force et sa beauté, car tous les chemins sont possibles. Le monde s’ouvre à nous et c’est à nous seulement que revient le pouvoir de le saisir et l’embrasser dans tout ce qu’il a de plus joyeux, coloré et passionné. Nous pensons vouloir voir  les enfants comme des cerfs-volants, de jolis rubans qui s’envolent haut, mais que nous retenons toujours par un fil. Le grand message de ce film, c’est qu’il faut couper ce fil et laisser les enfants voler haut, très haut, avec leur propre voix et leur enthousiasme à jamais préservé.

*

Alphabet le film - Antigone21.com

*

Pour en savoir plus :

A regarder ou écouter :

*

Et, petite surprise…  Je présenterai le film lundi prochain à Paris ! 

*

Alphabet le film - Antigone21.com

Cliquez pour agrandir l’image

*

Je suis un peu toute stressée, mais très heureuse de participer à cette rencontre et je croise fort, fort les doigts pour que vous veniez nombreux ! Allez, promis, c’est vraiment un super film !

*

Bon film !

*

LAISSEZ UN COMMENTAIRE <