MA REVUE DU MONDE {NOVEMBRE}

*

Ma revue du monde {novembre} - Antigone21.com

*

Bonjour vous tous,

J’avais d’abord envie de vous adresser un grand merci de l’accueil que vous avez fait à mon précédent post. Je l’ai écrit vite, sans trop y penser, sans vouloir rationaliser les choses, en vous livrant simplement mes émotions, à vif, au lendemain de ce vendredi 13. Jamais je n’aurais imaginé que vous seriez si nombreux à en être touchés. Ce petit bout de texte a été lu près de 90.000 fois et j’en ai été très émue. Après ce qui s’est passé, je crois que nous avons tous besoin d’amour, de liens qui nous unissent, d’espoir qui nous tienne.

Certains m’ont reproché aussi d’avoir écrit ce texte. Il n’aurait, selon eux, pas sa place ici. Il me semble pourtant que, si je n’avais pas pris la parole, on me l’aurait tout autant reproché (ce qui est advenu notamment à Natasha d’Echos Verts, qui a préféré ne pas s’exprimer publiquement sur ces événements, ce que je comprends très bien). D’autre part, la figure sous laquelle s’inscrit ce blog, c’est Antigone, petit bout de femme opposée à l’injustice, l’absurdité et l’inhumanité de ce monde, combattante de l’amour et de la paix, et il me semble qu’exprimer ma tristesse face à l’actualité fait partie de ce combat. J’ai toujours choisi d’avoir une parole libre ici : j’y parle du monde tel que j’aimerais qu’il soit (végane, écolo, engagé), mais je souhaite aussi y parler du monde tel que je n’aime pas qu’il soit, avec mes mots et ma sensibilité. Je ne segmente pas les causes que je défends : aussi, je m’attacherai toujours à combattre la violence, qu’elle se produise à l’encontre des humains comme des non-humains, à promouvoir l’empathie et défendre la justice partout où cela est possible.

D’où mon silence, ces quelques jours derniers. J’avais besoin de prendre mon temps, de digérer les choses et de me tenir un petit peu écartée des sources d’information, de critiques, d’angoisse. J’éprouve aujourd’hui le besoin de partager avec vous cette Revue du monde. J’ai choisi de revenir sur quelques articles ou faits relatifs à l’actualité qui ont attiré mon attention, mais j’y parle aussi d’autres sujets, d’autres notes d’espoir, car c’est cela aussi le monde de demain : un monde pas toujours joli, mais pour lequel il ne faut jamais baisser les bras. Toujours y croire, se battre, avancer, car c’est seulement ainsi qu’on pourra le faire changer.

*

Syrie-les-frappes-russes-ne-visent-pas-forcement-l-EI

Photo : AFP
*

« Daesh craint plus notre unité que nos frappes aériennes »

Un article très intéressant, écrit par le journaliste Nicolas Hénin, ancien otage de Daesh, pour le journal britannique The Guardian. Il y souligne que les frappes occidentales en Syrie ne sont pas une solution pour lutter contre le terrorisme de l’Etat Islamique : parce qu’un grand nombre de Syriens sont eux-mêmes pris au piège entre l’EI, Bachar el-Assad et les bombardements de la Coalition et des Russes, il est important d’assurer la sécurité de ces civils. Si Daesh s’effondre, ce sera avant tout par une entreprise politique (et économique), qui engagera la communauté arabe sunnite.

*

Ma revue du monde {novembre} - Antigone21.com

Les manifestations de la société civile pour la COP21 annulées

En raison du risque d’attentat, toutes les manifestations sur la voie publique sont interdites à Paris. Cela inclut la Marche pour le Climat, qui aurait dû avoir lieu ce dimanche 29 novembre, de même que les événements consécutifs à la clôture de la conférence, le 12 décembre. Notons au passage que le Marché de Noël, lui, est maintenu… Capitalisme : 1 point. Planète : 0. On peut craindre que la menace terroriste passe ainsi devant la menace climatique aux yeux du grand public et ceci est problématique, dans la mesure où les catastrophes climatiques ont fait plus de 600.000 morts en 20 ans selon l’ONU. Je vous invite à lire à ce sujet l’entretien de François Gemenne sur l’Obs / Rue89 : « L’urgence climatique et l’urgence terroriste posent la même question ».

*

arton8497-812ad

*

Le Brésil frappé par la pire catastrophe écologique de son histoire

Une triste nouvelle passée malheureusement assez inaperçue cette semaine : la rupture de deux barrages miniers dans l’État du Minas Gerais, le 5 novembre dernier, qui a libéré des dizaines de millions de mètres cubes de boue polluée dans le Rio Doce, le cinquième plus grand fleuve du Brésil. Sept personnes sont mortes, 15 autres sont pour le moment portées disparues, une localité a été rayée de la carte et des millions de poissons sont morts d’asphyxie. Plus de 500.000 personnes sont actuellement privées d’eau et il faudra des siècles pour reconstituer des sols fertiles, détruits par cette vague de boue toxique. De graves contaminations des nappes phréatiques sont à craindre et on ne peut encore mesurer le poids de cette catastrophe sur l’écosystème terrestre et marin. Le pire dans tout cela ? Il ne s’agirait pas d’un accident, mais d’une négligence de la part de l’entreprise responsable du barrage.

*

Sans titre*

Le rapport scientifique Elevage / Climat de l’AVF

Quand je travaillais à l’Association Végétarienne de France, j’étais en charge de la rédaction d’un rapport sur le lien entre l’élevage et le changement climatique. Ce rapport, retravaillé dans les mois qui ont suivi, est aujourd’hui en ligne. Vous y retrouverez un bilan des données scientifiques sur le sujet, qui concourent dans leur ensemble à reconnaître le poids majeur de l’élevage dans les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Plusieurs études révèlent que manger moins de produits animaux pourrait avoir un effet bien plus bénéfique sur le réchauffement climatique que le fait de manger bio ou local. Ainsi, les émissions induites par une alimentation de type omnivore et locale sont 7 fois supérieures à celles induites par un régime végétalien non local. D’autre part, si passer d’une alimentation conventionnelle à une alimentation biologique permet à un omnivore de réduire de 8 % ses émissions de GES, celles-ci sont réduites de 87% s’il passe à une alimentation non-biologique, mais végétalienne. Bref, mangez végé !

*

1.18817

*

Les chimpanzés ne seront plus des cobayes aux Etats-Unis

Une bonne nouvelle (enfin !) passée inaperçue cette semaine : les Instituts Américains de la Santé (NIH) cesseront toutes leurs recherches sur les chimpanzés. Les cinquante derniers représentants de l’espèce encore captifs vont être mis à la retraite dans le sanctuaire de Chimp Haven. L’une des raisons qui a poussé le gouvernement américain à faire ce choix est la récente décision du Service de la Pêche et de la Vie Sauvage américain (FWS) d’octroyer aux chimpanzés en captivité le statut d’espèce menacée. Rappelons au passage que ces animaux ont plus de 98% gènes communs avec l’homme…

*

Pour aller plus loin : 

  • Versus : l’excellent magazine Versus vient de sortir son deuxième numéro que vous pouvez acheter ici en numérique pour 6$ canadiens (environ 4€) ou en format papier ici. Au programme : un magnifique éditorial de Martin Gibert, un gros dossier sur la mode sans cruauté, des articles passionnants signés Carol J. Adams, Elise Desaulniers, Thomas Lepeltier et bien d’autres, ainsi que de délicieuses recettes véganes. Vous hésitez encore ? Lisez-en d’abord des extraits ici.
  • La rue, la rage, la révolution : passionnant article écrit par l’une de mes meilleures amies, Lila Lakehal, pour la revue Urbanités. Elle y explore la société urbaine contemporaine au prisme des textes de la chanteuse de rap contestataire et militante altermondialiste, Keny Arkana, dont les chansons dessinent le chemin d’une émancipation urbaine et citoyenne totale. Si vous voulez comprendre ce que sont la géographie radicale et la justice spatiale (aka. ma thèse de doctorat), vous êtes au bon endroit.
  • Que lire quand on n’a jamais lu de classique ? Si vous me suivez sur Facebook, vous savez certainement que je suis une fan invétérée du blog de Céline, Les mots ailés. Céline y mêle poésie des mots et des images pour nous faire glisser dans son univers onirique, doux et gourmand. Ses conseils de grande lectrice et de prof de Lettres pour aborder les classiques de la littérature sont pleins de bon sens et de justesse. Le plus ? Avec ses ‘A lire si…’, elle nous donne véritablement envie de se plonger (ou se replonger !) dans les plus belles œuvres de la littérature française…
  • Le monde selon H&M : un documentaire très intéressant sur la multinationale qui vend en masse des vêtements à bas prix. Conditions de travail inhumaines, mise en danger des ouvriers, salaires de misère, évasion fiscale… De quoi faire froid dans le dos, quand on sait que l’entreprise a un chiffre d’affaire de près de 20 milliards d’euros.
  • 10 things feminist moms do differently than any other parents : un petit article amusant et bien fait sur ce que font les mamans féministes avec leurs enfants. De quoi rappeler à tous les parents qu’il n’y a aucun problème à ce que leurs garçons désirent des costumes de princesse, qu’il ne faut jamais obliger les enfants à embrasser leur tata s’ils n’en ont pas envie et que la plupart des media et bouquins pour enfant sont, malheureusement encore, terriblement genrés.
  • Masculin, féminin, des rôles préfabriqués : dans la même lignée, un article de Sciences et Avenir sur la construction sociale et politique des différences de sexe. Parce que la biologie ne justifie pas les inégalités.
  • Our vegan diet nearly killed us – No, really : un petit article qui m’a beaucoup fait rire et que je vous enjoins à lire jusqu’au bout pour mesurer les risques – très réels – du véganisme…

*

0cccc35c379f34a166fcad892b42aac8

*

Et sinon, je lis…

  • Je viens de lire : La petite communiste qui ne souriait jamais, de Lola Lafon. Un livre qui retrace le destin de Nadia Comaneci, gymnaste prodigieuse découverte par le monde entier à l’âge de 14 ans, lors des JO de Montréal de 1976. Par des allées et venues entre la Roumanie communiste des années 70 et 80, le témoignage de la gymnaste devenue grande et ses propres interrogations, la romancière nous offre une réflexion sur le corps féminin et les heurts de la guerre froide, sur fond de mythe d’Icare. Un livre sensible, intelligent et délicat, qui m’a beaucoup plu.
  • Je suis en train de lire : Cristallisation Secrète, de Yoko Ogawa. Une île où les choses et les êtres disparaissent mystérieusement, oubliés des souvenirs et des émotions de chacun, la traque des chasseurs de mémoire et leurs inquiétantes rafles, un style léger, poétique et doux pour cette réalité kafkaïenne, métaphore subtile des régimes totalitaires. Un livre que j’aime déjà beaucoup.
  • Je vais lire : The Professor of Desire, de Philip Roth. ‘Studieux le jour, licencieux la nuit’, David Kepesh est un jeune professeur de littérature comparée en même temps qu’un étudiant (très) passionné du désir amoureux. En vrai, j’ai déjà commencé ce livre, puis, avec l’actualité, je l’ai un peu perdu de vue et l’ai mis de côté. Je vais donc essayer de m’y replonger…

Source des images : Pinterest

*

Et une chanson que j’aime… 

*

*

Bonne fin de novembre !

*

LAISSEZ UN COMMENTAIRE <