O COMME OKARA (2) – et lasagnes crues !

 

La cuisine végétale peut parfois passer pour une lubie de hippies bizarres que les croyances populaires placeraient bien dans un coin retiré du Larzac au milieu de chèvres et de fumerolles de chanvre.

Pourtant, manger vert et, qui plus est, manger cru, ne signifie pas se nourrir de ronces moulues et de racines séchées. Du moins, pas toujours. Cela peut aussi désigner des mets raffinés et délicieux.

*

 

Tenez, pour faire tomber un peu les clichés sur la cuisine végétalienne et pour inaugurer la seconde partie de notre petit tour des recettes à l’okara, ici version salée, je vous propose de revisiter un classique de l’alimentation vivante – lui-même un classique de la cuisine tout court !

J’ai nommé, les lasagnes.

Pour ceux qui ne sont pas habitués à la c[r]uisine, les lasagnes, ou mille-feuilles, sont l’exemple même de recettes simples à réaliser, surprenantes de fraîcheur et pleines de saveurs. Je n’innove pas ici, Laura et Sébastien en avaient précédemment proposé une version particulièrement alléchante, à base de noix de cajou et non d’okara. Pourtant, l’okara d’oléagineux trouve lui-même parfaitement sa place dans cette préparation qui permet de ne pas en dénaturer les bienfaits nutritionnels, et où il remplace ou s’ajoute aisément aux noix utilisées habituellement.

A défaut d’okara, bien sûr, vous pouvez utiliser des oléagineux ! Je vous explique comment faire un peu plus bas… 🙂

Ne vous laissez pas décourager par le nombre d’ingrédients et d’étapes, c’est aussi rapide à faire qu’à monter ! Peu de matériel est également nécessaire ici, hormis un petit mixeur (à pied par exemple).

 

 

Mille-feuilles d’okara

– Raw lasagna style –

 

 

Pour 4 lasagnes

 

Ingrédients :

Sauce tomate 

  • 10 g. [2 Tbsp] de tomates séchées coupées en menus morceaux
  • 1 tomate moyenne
  • 1/4 de poivron rouge
  • 5 ml. [1 tsp] d’huile d’olive
  • 3 ml. [1/2 tsp] de vinaigre balsamique
  • 1 datte
  • 1 bonne pincée d’origan
  • 1 pincée de sel

Pesto :

  • 1/3 de l’okara d’une tournée de lait d’oléagineux
  • 1 gousse d’ail
  • une belle poignée de feuilles de basilic
  • 10 ml. [2 tsp] d’huile d’olive
  • 10 g. [1 Tbsp] de gomasio
  • 5 ml. [1 tsp] de miso blanc
  • 5 g. [1 Tbsp] de levure maltée
  • eau, pour fluidifier le pesto

Ricotta végétale :

  • 2/3 d’okara
  • 15 ml. [1 Tbsp] de miso blanc
  • 15 g. [1 Tbsp] de purée de noix de cajou
  • 5 g. [1 Tbsp] de levure maltée
  • 5 ml. [1 tsp] de jus de citron
  • 1 pincée de poudre d’ail
  • 1 pincée de poudre d’oignon
  • eau, pour fluidifier la crème
+ 2 petites courgettes

 

✏ L’okara d’une tournée de lait pèse entre 100 et 120 g. [2/3 cup]. Vous pouvez ici le remplacer par 100 g. de noix trempées puis essorées et mixées.

 


 

Préparation :

  1. Sauce tomate : coupez votre tomate en deux, hachez-en la moitié et mélangez-la aux tomates séchées. Mixez le reste des ingrédients brièvement, afin d’obtenir un mélange onctueux mais légèrement irrégulier. Mélangez vos deux préparations et réservez.
  2. Pesto : mixez l’ensemble des ingrédients, en rajoutant un peu d’eau au besoin pour obtenir une crème homogène.
  3. Ricotta : mixez ou mélangez intimement l’ensemble des ingrédients, en rajoutant de l’eau au besoin pour obtenir une crème épaisse.
  4. Montage : à l’aide d’une mandoline, découpez les courgettes en lamelles fines. Excluez le coeur plein de graines et la couche de peau. Comptez 9 lamelles par lasagne, d’environ 8-10 cm de longueur. Disposez de 3 lamelles de courgette dans une assiette. Déposez et étalez délicatement 2 càc de ricotta, puis 2 cuillères à café de sauce tomate, et enfin 1 càc de pesto. Déposez à nouveau 3 lamelles de courgette et recommencez la manoeuvre. Ajoutez pour finir 3 lamelles de courgette. Pour la décoration, ajouter 1 cuillère à café de pesto et 1 ou 2 feuilles de basilic fraîches.
  5. Vous pouvez ensuite procéder de même avec les lasagnes suivantes et servir.

*

*

Servez ces lasagnes en entrée, si le plat suivant est léger, ou bien comme plat principal, accompagnées d’une salade de roquette et de graines germées.

*

Si cela ne vous tente pas et ne savez que faire de votre okara, il vous reste mon premier article : Okara, version sucrée ! Voici sinon plein d’idées de recettes à base d’okara version salée : 

 

✿ Cru :

– L’okara en tartinade : reprenez la recette de ricotta présentée ici pour vous faire un savoureux faux-mage à tartiner, que vous pourrez faire fermenter ou non. Si vous aimez les faux-mages, alors pourquoi ne pas tenter une petite recette de féta maison ou une version amande/aneth ? Vous pouvez aussi opter pour des tartinades plus classiques mais non moins goûtues, versions aux olives ou au miso, mais aussi pour un étonnant pâté végétal, ou bien encore pour une version revisitée du fameux hummus.

– L’okara dans des crackers ou des pains crus : si vous avez un déshydrateur ou que vous vivez au Sahara, c’est le moment d’en profiter. Pourquoi ne pas pencher pour de délicieux pains crus, des pains aux oignons, ou encore, tout simplement, des crackers gourmands ?

Vous en avez un peu votre claque du tout cru ?..

*

✿ Cuit :

– L’okara dans des pains : le pain à l’okara façon cuisson traditionnelle au four ou en MAP, ça marche aussi et c’est par ici ou par là.

– L’okara comme farce : à la place d’une traditionnelle farce ou pour donner un peu plus de corps à une purée ou une crème, l’okara s’avère un substitut parfait aux oeufs ou au fromage. Vous pouvez essayer les courgettes farcies de Nunuch, la purée de pomme de terre de Virginie, de petits nems croustillants ou encore des somptueuses lasagnes – cuites cette fois ! N’ayant pas de recettes disponibles sur le web ni de photo à vous offrir, j’ajouterai que l’okara fait merveille avec de la purée d’amande et des petits flocons d’avoine en guise de croûte sur un crumble salé (ou même sucré !) ou, à peine accompagné d’un peu de levure maltée et de sésame sur un gratin de légumes

– L’okara dans des croquettes ou galettes : c’est peut-être finalement là la façon la plus habituelle de préparer l’okara – et ça ne rate jamais ! Version toute simple aux flocons de céréales, ou plus originale à la polenta, mais aussi dans des falafels… ou, additionné de gluten façon seitan revisité ou gnocchis au blé complet ! Allez, moi, je vous l’avoue, ma recette préférée, c’est celle des ‘crab cakes’ de Susan V., adaptée à nos contrées et traduite par Virginie ici : à tomber !

Vous l’avez compris, ceci n’est qu’un échantillon de tout ce que l’on peut faire avec de l’okara… inspirez-vous de ces recettes et, surtout, soyez originaux et créatifs !

Et pour ceux qui n’ont pas d’okara ?… Disons… quand vous déciderez-vous à faire vos propres laits végétaux ?… 😉


J’espère que cet article vous a plu !

A vous maintenant de partager ici vos meilleures recettes à l’okara !

*

>LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <