3 CHOSES GÉNIALES A MONTRÉAL

*

3 choses géniales à Montréal - Antigone21.com

*

Début novembre, je suis partie passer une petite semaine à Montréal. Invitée par le Festival Végane de Montréal pour donner une conférence et une démonstration culinaire (l’avantage de ma double étiquette chercheuse / grande gourmande !), j’ai passé six jours dans cette ville – six jours bien trop courts à mon goût et qui ne m’ont donné qu’une envie : y retourner !

C’était mon premier voyage au Québec – et mon premier voyage, plus généralement, au Canada. Inutile de vous le cacher : j’ai adoré. Je me suis donc dit que j’en profiterais bien pour vous faire un petit retour sur ce séjour ! Avant de revenir sur le Festival et vous faire découvrir mes petits cafés, restaurants ou marques véganes préféré·es (dans un prochain article !), je voulais vous parler de mon impression sur la ville. Bien sûr, je n’ai absolument pas l’ambition de prétendre à l’exhaustivité et je me contenterai ici de parler de mon sentiment personnel sur le peu que j’ai vu (mais qui m’a plu !). Si vous êtes québécois·e, n’hésitez donc pas à venir compléter cet article de votre propre point de vue ! J’ajouterai que, sur mes six jours là-bas, j’en ai passé la moitié terrée  en appartement à préparer ma conf et deux entiers au Festival. Faites le calcul des jours de tourisme restants.

En attendant, soyons honnêtes, cet article à vocation non-touristique et non-informative est surtout un prétexte pour publier mes photos d’arbres et de feuilles d’arbre. Si vous aimez l’automne, vous allez être servi·es ! Sans plus attendre, voici 3 choses que je trouve particulièrement géniales à Montréal !

 Cliquez sur les photos pour les voir en plus grand.

*Source : Aldo Crusher

Source dessin : Aldo Crusher

perdre

D’abord, ce qui est très chouette, c’est que Montréal, comme ses voisines américaines, est organisée en damier. Il est donc très simple de s’y repérer. Même si je suis géographe, mon sens de l’orientation se révèle parfois très défaillant. Je me repère très bien sur une carte, mais si vous m’en privez, je suis quasi incapable de distinguer le nord du sud et je peux très bien partir fièrement quelque part en me rendant compte, quelques centaines de mètres plus tard, qu’il aurait fallu marcher exactement dans la direction inverse.

A Montréal, ce qui est chouette, c’est qu’on ne peut pas vraiment se perdre : on se donne rendez-vous à l’intersection entre deux rues, on précise si les numéros des maisons montent ou descendent (enfin, pour les touristes comme moi), on ne prend pas des culs-de-sac ou des petites ruelles labyrinthesques qui tournent sur elles-mêmes (vous avez dit Louvain-la-Neuve ?). Bref, cette propension au non-égarement urbain est assez chouette quand on visite la ville pour la première fois.

*

nature

Deuxième chose très chouette à Montréal : espace et nature sont partout ! Je vous avoue, j’ai un peu peur des grosses villes. Le bruit, la pollution, le béton… ce n’est pas pour moi. Quand j’avais lu que Montréal était la seconde plus grande ville canadienne en terme de population et la plus dense des villes du pays, j’étais un peu effrayée. Je vous rassure tout de suite : on n’est pas ici dans une densité à la française… Montréal, c’est environ 5 500 habitant·es au kilomètre carré : par comparaison, Paris, c’en est 21 000 !..

Sur le Plateau, les immeubles sont souvent hauts de deux étages seulement et séparés de la chaussée par de petits espaces verts, les rues sont assez larges et on compte pas mal de ruelles quasi-piétonnes, les appartements sont grands (exit la chambre de bonne à 800€ !) et ont souvent de grandes terrasses ou des balcons. Bref, de ce que j’ai vu du centre de Montréal, il y a de l’espace.

Surprise également : la ville est étonnamment calme. Pour une grande ville, je m’attendais à des chaussées couvertes de voitures et de bruits de klaxons, de passants qui se bousculent dans le métro et sur les trottoirs, bref du bruit, de l’agitation et des gaz d’échappement qui vous étouffent. Eh bien non : même en pleine semaine sur l’une des principales artères de la ville, l’avenue du Mont-Royal, tout près de là où je logeais, le trafic est fluide et les piétons peuvent parler sans avoir à crier pour couvrir le son des voitures (Paris, je pense à toi…).

*Montréal - Antigone21.comSONY DSCMontréal - Antigone21.com

*

Enfin, ce qui est chouette à propos d’espace : Montréal dispose de très jolis parcs. On est loin ici de l’aménagement à la française (et tant mieux !) : les arbres poussent sans taille carrée ou hexagonale, il y a de l’herbe et pas seulement des graviers, et vous pouvez marcher sur les pelouses sans risque d’être foudroyé·e par la foudre ou par un agent municipal. (Vous allez croire que je déteste Paris, mais non,  je sais bien que tous les espaces verts n’y ressemblent pas au parc du Luxembourg et puis, moi aussi j’aime bien les Buttes Chaumont).

Enfin, en plein milieu de la ville se trouve le parc du Mont-Royal, sorte d’énorme poumon vert au cœur de Montréal, aménagé par Frederic Law Olmsted, paysagiste du très célèbre Central Park de New York (j’ai bien appris ma leçon, hein, Elise ?). Véritable petite montagne dans la ville, on y accède à pied ou en voiture, on s’y balade, on y pique-nique en été, et on y pratique ski de fond, luge et raquette en hiver. Récompense si vous êtes assez courageux·se pour y monter à pied : la vue magnifique sur tout Montréal une fois arrivé·e au sommet (j’ai triché, on est monté en auto – mais elle était électrique, ça compte quand même ?).

*

Merci à Marie pour la pose ! 

froid

Vous ne le savez sûrement maintenant, le froid et moi, on n’est pas très amis. Je suis même une grande frileuse devant l’éternel et, si l’hiver pouvait ne durer qu’un petit mois, on deviendrait sûrement plus copains, lui et moi. Pour moi, Montréal, c’était donc avant tout ça : le froid. Avant mon séjour, j’étais celle qui posais toujours les mêmes questions à mes ami·es montréalais·es : ‘Mais alors, tu arrives à résister en hiver ?’, ‘Tu sors parfois de chez toi ?’, ‘Vous vous habillez tous les jours en combinaison de ski, c’est ça ?’, voire ‘Vous allez au travail en luge, n’est-ce pas ?’.

Bref, dans ma petite tête, le Québec se résumait surtout à une étendue glacée et neigeuse de novembre à mai, où les fréquents ‘moins quelque chose celsius’ et ‘moins beaucoup beaucoup celsius’ me faisaient frissonner rien que d’y penser. J’imaginais une région où les habitant·es vivent en mode bonhomme Michelin tout l’hiver, avec des cagoules intégrales et des gants gros comme des mitaines de cuisine, et où le moindre morceau de bijou, boucle d’oreille ou collier était proscrit par risque de se voir rester collé à la peau… Bref, ami·es des clichés, bonjour.

Eh bien j’ai un scoop : à Montréal, on n’a pas vraiment froid. Bien sûr, vous allez dire, j’y suis allée en novembre, il ne neigeait pas, le ciel était d’un bleu pur et les températures plus douces qu’en France au même moment. Pourtant, mes ami·es montréalais·es ont confirmé mon impression : d’une, l’air est assez sec et, au contraire de Paris, le froid humide ne s’insinue pas dans vos habits, vicieux coquin prêt à vous glacer sur place ; de deux, les appartements sont très (trop ?) bien chauffés (en québécois politiquement correct, on dit qu’ils sont très bien isolés), ce qui fait qu’on a rarement froid en intérieur – combien de fois ai-je eu froid en appartement / café / bibliothèque / bureau à Paris et même ici, en Belgique ? Bref, ajoutez à cela la propension des Québecois·es à savoir s’habiller en hiver (non, désolé, les ballerines et les manteaux en coton ne sont pas des vêtements d’hiver) et à préparer des petits plats qui tiennent bien au corps, vous avez le remède idéal pour résister au grand froid. Et même moi me verrais bien vivre là-bas, malgré les moins beaucoup beaucoup – c’est dire.

*

SONY DSCMontréal - Antigone21.com

*

Vous vous en doutez, il y a une quatrième chose que je trouve absolument géniale à Montréal : c’est une ville hyper vegan-friendly ! Mais ça, je vous en parlerai la semaine prochaine !

J’espère que ce premier article sur Montréal vous a plu. N’hésitez pas à réagir à mes propos (aka. à corriger toutes les bêtises que je dis) et, si vous connaissez ou habitez à Montréal, à me donner votre point de vue !

*

Et vous, vous aimez Montréal ?

*

  

LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <