COMMENT SE FAIRE DU BIEN SANS SE FAIRE DU MAL ? ZOOM SUR L’ÉCO-ORGASME !

*

Générations Cobayes - antigonexxi.com

*

Des jeunes qui s’engagent pour la planète et pour notre santé ? C’est la raison d’être de Générations Cobayes, un collectif qui se bat depuis 2008 pour un monde plus sain, plus vert et plus heureux. Après le succès de leur précédente campagne sur les produits d’hygiène et de beauté, c’est au tour des produits du quotidien de passer au crible du collectif ! Avec ‘Qu’est-ce que tu glandes ?’, Générations Cobayes fait la chasse aux perturbateurs endocriniens à grand coup de défis, de tours de France et, surtout, d’éco-orgasmes…

Cette semaine, j’ai donc rencontré Damien, délégué général de l’association, qui a accepté de répondre à mes questions.

*Générations Cobayes

*

Peux-tu me présenter Générations Cobayes ?

Générations Cobayes, c’est le mouvement des jeunes engagé-es pour le bien-être de toutes et tous. En fait, notre idée est simple : diffuser l’information, notamment sur les produits de consommation, pour que nous ne soyons plus des cobayes, et que nous puissions choisir ce que nous voulons en connaissance de cause.

*

À qui vous adressez-vous en particulier et pourquoi ?

Nous avons tous moins de 30 ans, disons entre 20 et 30 ans, et nous parlons à nos ami-es, donc notre génération, que l’on soit étudiant-e ou en train de rentrer dans la vie professionnelle.

*

*

Pourquoi cette place majeure du sexe dans vos campagnes ?

Pour nous, le meilleur moyen de prendre soin de notre santé, de celles des autres (et de la planète au passage), c’est de le faire avec plaisir. C’est donc tout naturellement que nous avons fait le rapprochement avec le sexe, d’où l’éco-orgasme !

*

C’est quoi un éco-orgasme ?

L’éco-orgasme est le meilleur moyen de prendre du plaisir sans se faire de mal.
Pourquoi ? parce qu’avant d’atteindre l’éco-orgasme, il y a tout plein d’étapes que nous connaissons toutes et tous : le célibat, la première date, les sextos et j’en passe. À chacune de ces étapes, on donne des solutions pour protéger sa santé tout en se faisant du bien !

*

Donc, en gros, vous faites le tour de France en minibus en parlant lubrifiant au vinaigre blanc et capotes recyclées pour sauver le monde, c’est ça ?

Ha, ha ! C’est ce que nos parents auraient pu faire dans les années 70 ! Mais vu qu’on est en 2015, on parle plutôt de couette sans phtalates, de crème chantilly bio ou encore de lubrifiant sans perturbateurs endocriniens. On organise des apéros écolo, on fait des conférences dans des campus et on forme les jeunes à relayer le message !

*

Générations Cobayes - antigonexxi.com

Pour connaître les dates précises du Tour de France, cliquez sur l’image ! 

*

Votre nouvelle campagne s’appelle ‘Qu’est-ce que tu glandes ?’ — peux-tu m’en dire plus ?

On lance cette campagne pour montrer que comme lorsqu’on drague, on peut prendre soin de soi en glandant ! L’idée est simple : à chaque moment de la glande, que l’on connaît toutes et tous, on peut faire des choix qui ne détraquent pas notre système hormonal (nos glandes endocrines). On souhaite passer le message grâce à notre questionnaire sur generationscobayes.org puis avec des conseils envoyés par mail, que nos bénévoles ont rédigés pour vous avec amour !

*

C’est quoi le défi « 10 jours de glande » ?

C’est un défi ouvert à tout le monde, pour permettre de prendre conscience de l’impact de nos choix de consommation. On veut montrer que changer 2/3 réflexes dans la vie de tous les jours peut avoir un grand impact, et réduire les maladies chroniques comme les cancers par exemple. Mais le mieux ça reste de le tester :

*

Générations Cobayes - antigonexxi.com

*

C’est quoi des perturbateurs endocriniens et pourquoi ça pose problème ?

Ce sont des molécules que l’on trouve dans le plastique, la nourriture ou les cosmétiques. Les plus connus sont les parabènes, le bisphénol A ou encore les phtalates dans le PVC, mais il faut savoir que les pesticides sont aussi des perturbateurs endocriniens ! Cette perturbation peut provoquer à long terme des cancers, mais aussi des troubles de la reproduction (baisse de la qualité du sperme par exemple) ou des malformations génitales chez les nouveaux nés.

*

Quelles sont selon toi les règles de base à appliquer au quotidien pour une vie moins chimique et plus naturelle ?

Si on devait faire simple, le mieux est de choisir des produits labellisés bio (AB) ou Cosmébio pour la cosmétique car leur charte sont plus exigeantes. Sinon, pour la maison, il faut éviter les plastiques et préférer des matières plus durables et saines comme le bois, le verre ou encore l’inox.

*

Générations Cobayes - antigonexxi.com

Pour tout savoir sur le Défi, cliquez sur l’image ! 

*

Mais le bio, c’est un truc de riches… il n’y a que les bobos qui peuvent s’y mettre, pas vrai ?

La question, c’est plutôt celle du court terme ou du moyen terme. Prenons un exemple : 1083 est une marque de jeans biologiques et équitables, produits en France sans produits toxiques. Le modèle de base se vend un peu plus de 100€. Ok, tu t’en payes pas un par mois, mais ce sont des jeans qui tiennent 10 ans facile. Alors qu’en 10 ans, combien de jeans H&M ou Zara que tu auras achetés auront perdu leur couleur, seront déchirés ou plus à la mode ? Sans compter que pour atteindre des coûts pareils, ces jeans sont produits dans des conditions scandaleuses, tuent leurs fabricants, et mettent en danger notre santé avec des polluants toxiques. Bref, la question n’est pas d’être bobo ou pas, mais plutôt de remettre en question nos habitudes de tous les jours.

*

Ça vous a plu ? Vous voulez soutenir Générations Cobayes ? Abonnez-vous !

Leur page Facebook
Leur compte Twitter

Leur compte Instagram

*

Alors, tentés par les éco-orgasmes ? 😉

*

LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <

Advertisements

12 réflexions sur “COMMENT SE FAIRE DU BIEN SANS SE FAIRE DU MAL ? ZOOM SUR L’ÉCO-ORGASME !

  1. Ah, si tous les jeunes autour de moi pouvaient avoir cette mentalité ! Dans ma classe, ils ne pensent qu’à manger au mcdo, avoir le dernier jean Zara ou Mango, et le dernier bâton de rouge de chez Dior… Je vais envoyer l’article à ma cousine, ça la fera peut-être bouger !
    Merci !!

  2. Mais c’est génial ! J’en parle à mon fils de 17 ans ce soir. Mais déjà, il aère sa chambre, va au resto bio (ses copines adorent, je crois que c’est un bon plan drague), mange bio (grâce à moi) et comme il prépare un BAC en biotechnologie, il a supprimé de lui même certains additifs. Il a ainsi convaincu sa sœur de ne plus manger de bonbons industriels. Bravo, belle journée. Carole

  3. Ah merci pour cet article, j’ai tellement l’impression d’être une extra-terrestre avec ma façon d’agir que je me réjouis toujours face aux initiatives respectueuses de notre être et de la planète. Si en plus ce sont des jeunes qui font cela, donc les nouvelles générations, je dis oui oui oui !

  4. Ca me dérangerais pas qu’on soit moins d’ici quelques années..en tant que bonne vegan je me soucis pas trop de savoir si on aura tous 3 enfants/ foyers moi :p

    Allez, ne me frapper pas hein !

  5. J’aurais aimé une autre approche du sexe de la part de « Génération Cobaye ». J’aime le message général mais il y a un hic à mes yeux et je souhaiterais entendre d’autres avis, sans anicroche, ce serait bien.
    Pour la partie sexe, je suis choquée qu’ils soient si prompts à recommander (encourager tout à fait au vu des termes utilisés en tout cas) la pratique de la sodomie : http://site.generationscobayes.org/moi-un-cobaye/sexe. Je sais très bien que le sujet est lié à l’homosexualité et que se méfier de l’un revient à se méfier de l’autre, ce qui rend le sujet délicat de nos jours, bien que ça ne soit pas automatiquement le cas (ce n’est pas le mien, par exemple).
    Cependant, quand on se rapproche de la nature, du naturel et du fonctionnement réaliste de notre corps, on se rend bien compte que la zone du colon est celle des bactéries et des déchets rejetés par le corps. Que le sens voulu par une alimentation correspondante à l’humain, et donc riche en fibres, est bel et bien vers la sortie au maximum et non l’intérieur de l’organisme.
    On ne devrait pas être autant fasciné par la zone anale et faire passer la sodomie comme quelque chose de tout à fait naturel, en disant qu’on est « chanceux » si on pratique les deux. Avant, j’étais assez pour parce que c’était une affaire de couple et d’entente mutuelle, rien de dégradant. Cependant quand on voit les proportions que ça prend en société et qu’on incite au plaisir sexuel à tout va, je suis inquiète. Ce n’est pas une zone où devrait s’attarder les muqueuses et le sexe de l’homme lorsqu’on a le choix de faire autrement. Pourquoi, dans la pratique du naturel et respectueux de son corps, on recommande de ne pas utiliser de tampon pour ne pas abimer les muqueuses (et aussi parce que l’urine risque d’y remonter via le cordon), ou encore de s’essuyer après aller aux toilettes d’avant en arrière pour limiter les infections, si c’est pour de l’autre côté, admirer à ce point le « trou de balle », pour reprendre le terme usé par Génération Cobaye.
    C’est justement là où se pose le paradoxe de ce groupe : est-ce qu’il incite à être un cobaye, ou critique cette exploitation de la jeunesse via le manque d’information et qui nous rend cobaye? Est-on si sûr que c’est « un bien » sans « mal »?

    • Bonjour. Je suis bénévole au sein de Générations Cobayes, et je peux vous rassurer : nous ne faisons la promotion d’aucune pratique sexuelle. Nous nous adressons à un public très large et la seule chose que nous encourageons est la pratique sexuelle faite dans le consentement du ou des partenaires engagés, dans le respect de chacun-e. Nous n’avons pas comme rôle d’être « pour » ou « contre » certaines pratiques. Ce que vous pensez être de la promotion n’est qu’une manière de toucher le public déjà intéressé par la pratique de la sodomie, avec à coeur de permettre aux concerné-e-s de pratiquer de manière sécurisée pour la santé. Ce n’est pas en ne parlant pas d’un sujet qu’il va soudainement disparaître (puisque la sodomie vous inquiète), mais de toute façon, comme nous ne nous permettrons jamais de juger des pratiques, qu’elles soient sexuelles ou pas, des autres, nous n’avons pas à éviter certains sujets et préférons les aborder de manière neutre et bienveillante. Nous ne demandons à personne ne pratiquer la sodomie si cela ne les intéresse pas ! Par contre, nous encourageons celles et ceux qui veulent la pratiquer à le faire dans le respect de la santé de tous les partenaires engagés. 🙂

      Quant à l’aspect naturel de cette pratique, je serais curieuse de savoir ce que vous entendez par ça. La sodomie est pratiquée depuis la nuit des temps, ne vous en déplaise 😉 alors, que veut dire « naturelle » ? Il existe pourtant bien la glande de la prostate, accessible uniquement par l’anus, qui est un point fortement érogène pour les hommes : ça aussi, c’est naturel. De plus, nous ne sommes plus des êtres « naturels » et il nous sera impossible de revenir à cet état de « nature », même si c’était souhaitable. (n’oublions pas qu’à l’état le plus « naturel » qui soit, l’espérance de vie des hommes ne dépassait pas la trentaine) Nous n’avons pas pour vocation d’encourager les gens à revenir vers « la nature », quoi que cela veuille dire. Se préoccuper de la santé de notre génération et des suivantes, et de celle de la planète, ne veut pas dire que nous rejetons l’époque dans laquelle nous vivons. Vous vous doutez peut-être que l’ordinateur ou le téléphone depuis lequel vous avez laissé votre commentaire n’a absolument rien de naturel. 🙂

      Ne vous méprenez pas : nous n’avons aucune fascination pour l’anus ou pour la sodomie. Nous savons, en revanche, que c’est une pratique qui existe, qui n’est pas sale en soi (oui, il est possible de pratiquer la sodomie en respectant les règles basiques de l’hygiène. De même que le corps humain est recouvert de bactéries, partout, sur chaque millimètre carré du corps – surtout à l’état « naturel »), et qui ne doit pas être considérée avec inquiétude ou dégoût. Au contraire, elle doit être adressée pour permettre à quiconque souhaite l’expérimenter de le faire de manière respectueuse de soi, de l’autre et de l’environnement.

      • Merci pour cette réponse.
        Ce serait un peu triste de se passer complétement d’ordinateur (et d’Internet), je suis bien d’accord avec tout le paragraphe qui en parle. Dommage qu’on ne sache pas encore comment en recycler tous les composants.
        Un retour au naturel pour moi signifie plutôt une écoute de son organisme tel qu’il fonctionne de manière naturelle et qui ne devrait lui être néfaste en rien. Que ce soit pour l’entretien des cheveux, de la peau, pour l’alimentation ou pour le comportement humain en général, la pollution, la santé, etc.
        Oui, la sodomie est pratiquée depuis l’aube des temps, quand on suppose que l’aube des temps remonte aux premières grandes civilisations humaines connues, car au-delà, nous ne sommes pas (encore?) en mesure de le prouver. Toutefois, fumer, faire la guerre et violer aussi font partie des activités humaines anciennes : toutes ne sont pas gage de bonté. C’est un argument qui revient souvent pour défendre la cause animale.
        Ce que je décrie, c’est que de plus en plus de personnes, et de plus en plus jeunes, cherchent les limites là où l’humanité a déjà failli et je me posais des questions sur cette pratique sexuelle – parce qu’elle en est un des exemples, ici pour la sexualité, au moins – davantage de manière physiologique que morale, puisqu’un de nos articles en parlait. Le plus important pour moi c’est l’entente et le respect mutuels, comme vous l’avez bien souligné, et je comprends mieux la démarche de Génération Cobaye, mais votre réponse (<>) confirme ce qui m’inquiète, donc : se tromper de direction pour la recherche du plaisir exclusivement. Par ailleurs, a-t-on vérifié si au sein des cultures reculées de ce monde, la pénétration anale est pratiquée? S’il s’agit d’un acte si commun que ça? N’est-ce pas surtout un phénomène de mode bien étrange et plus destiné à faire dire à ce qui l’ont fait « je l’ai fait », plutôt que de chercher à les épanouir? Car si bien même il y a une zone érogène au niveau de la prostate chez les hommes (ce que je trouve mystérieux), qu’en est-il de la femme, qui est la première dans le couple hétéro à qui on demande de s’y plier? Et dans ce cas précis, je m’inquiète sur ce qui est moral ou non, en effet.
        De plus, avoir des bactéries partout ailleurs sur le corps ne rend pas moins bactérienne la zone autour de l’anus ou encore des aisselles. Les odeurs nous dirigent.

        Ce n’est pas vraiment le thème de cet article de blog, je suis désolée de m’y être autant attardé, d’autant plus que tout le reste dont parle Génération Cobaye a un but bien défini et louable, et pour lequel je milite, à petite échelle dans mon coin.

        Autrement, je crois aussi que nous sommes bel et bien des êtres naturels et le resteront jusqu’au jour où notre organisme sera fait de câbles électriques, de moteurs et de circuits imprimés. Même si nous utilisons des voitures, des avions et des téléphones, nous ne fonctionnons pas à l’essence :).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s