THE [INCREDIBLE] CHOCONUT BROWNIE BARS

 

Mise en garde

 

Si vous êtes une personne fragile, isolée ou vulnérable, une femme enceinte ou sujette à des pulsions alimentaires obsessionnelles, un individu à tendance chocolato-dépressive ou maniaco-cacaoteuse, une créature marquée par le manque de sommeil et l’irrépressible attraction envers tout ce qui se présente sous forme de tablette, carrés, crème, breuvage de couleur brune et de parfum envoûtant, passez votre chemin.

Si malgré cela, vous souhaiteriez vous aventurer ci-après, vous êtes entièrement responsable de ce qui peut survenir. Antigone XXI se dédouane de toute responsabilité en cas d’incident de quelque gravité que ce soit, et ne peut en aucun cas se montrer comptable des addictions et dépendances que cet article est susceptible de susciter.

{ Au-delà de cette ligne, vous vous engagez à vos propres risques et périls. }

*   *   *

 

 

Je me suis rendue compte récemment que j’avais un problème d’addiction au chocolat.

Addict /a.dikt/ n. m. : (Néologisme) De l’anglais addict, lui-même du latin addictus (« esclave, assujetti »). Qui est drogué, accro, sous dépendance.

  • Un addict à la drogue abandonne ses jeunes enfants.
  • Un addict au chocolat tue pour se procurer ses tablettes.

 

 

(Une petite salle sombre, quelques chaises, 5-6 personnes)

 

 » Bonjour, je m’appelle Antigone et je suis addict au chocolat.

– Bonjour Antigone, bienvenue !

– Euh… je suis un peu intimidée, c’est ma première fois aux Chocoholics Anonymes et je ne sais pas si j’ai vraiment ma place ici…

– Nous sommes tous différents, Antigone, c’est ceci qui fait notre force et c’est par la parole commune que chacun de nous parvient à en sortir, mais il faut d’abord reconnaître son addiction.

– Bah, en fait, ce n’est pas comme si je devais manger du chocolat à longueur de journée, ou bien que je ne me contrôle plus en face d’une tablette… Non, en fait, je peux même passer des semaines et des mois sans en manger. Enfin, presque, parce que, là, je parle de chocolat, mais il me faut ma dose de cacao toutes les semaines. Mais c’est juste que, lorsque ça me prend, ça devient comme une drogue, je ne peux plus m’arrêter, il me faut ma dose : après le déjeuner, avec mon thé, au goûter, et même parfois au petit-déjeuner !

(Antigone s’interrompt, passe sa langue sur ses lèvres quelques secondes, l’esprit ailleurs)

 

 

– Allez-y, n’ayez pas peur…

– Et bien, j’essaie de m’en sortir et je n’en ai pas mangé depuis deux semaines… mais je suis tombée hier sur une tablette au praliné !.. C’est affreux, je n’y pense même pas, mais pam !, comme par hasard, la tablette se retrouve sous mon nez, et zouuuu, je replonge !.. J’ai dû obliger mon chéri à emmener la tablette avec lui au travail pour que je ne succombe pas pendant la journée. C’est terrible d’être si dépendante, pas vrai ?

– Mais c’est déjà un grand pas que d’avoir accepté de vivre une journée loin de la tablette ! Vous souvenez-vous quand ou comment votre addiction a commencé ?

– Je pense, oui… le chocolat et moi, au début, c’était sans plus… mais il y a eu le très fameux Exquis aux Trois Chocolats : ça a été le début de la fin. Je suis ensuite tombée sur l’incroyable chocolat cru : impossible d’y résister. Et puis, après, tout y est passé : truffes, rochers, tartelettes, smoothies, cookies crus ou cuits, et les pâtes à tartiner, bien sûr, choco-noisette, choco-coco : du chocolat sous toutes ses formes, noir comme blanc !…

– Oui, c’est sûr… C’est la spirale infernale…

 

 

– Et même les légumes y sont passés, vous imaginez ? Même des choux-fleurs au chocolat, vous vous rendez compte ?!..

– … au chocolat, vous dites ?

– Mais oui, et même dans mes plats salés, je glisse du cacao !… et c’est sans compter aussi les produits de beauté : là aussi, il m’a fallu des crèmes au chocolat !

– … cho-co-lat…

– Oui, mais ce n’est pas tout… Il y a aussi ces carrés choco-noisettes : vous savez, les fameux ‘incredible choconut brownie bars’

–  … je… glob glub !.. 

– Monsieur ? Ça va, Monsieur ?!.. Vite ! Il s’est évanoui, c’est une crise !.. C’est le sevrage !.. Appelez un médecin !.. Ou non, allez cherchez les incredible choconut brownie bars ! Il en suffira d’un tout petit peu… Vite !!! « 

(Le rideau tombe, fin du spectacle)

 

 

Nous sommes partis avec Tistou en vacances au mois de septembre. Comme je savais qu’il s’agirait de vacances sportives et qu’il nous faudrait en conséquence de bons snacks pour nous requinquer, j’avais décidé de préparer quelques petits en-cas avant notre départ. Les jours qui ont précédé le voyage m’ont vue bien affairée aux fourneaux à enchaîner mélanges étudiants, granolas et barres en tout genre – de quoi nous donner de l’énergie et des bons nutriments pour affronter l’air marin !

Malheureusement, et comme il était à prévoir, la moitié des réserves que j’avais constituées était déjà partie quand nous sommes arrivés au bord de l’eau. Parmi ce qui avait disparu en premier… il y avait de jolies barres découpées en carrés, bourrées de noisettes croquantes et recouvertes de chocolat. Je crois que je vous ai déjà fait part de mon petit penchant, non ?..

Heureusement pour nous, loin de leurs équivalents commerciaux, ces barres étaient extrêmement saines, en même temps que terriblement gourmandes (elles ne seraient pas parties si vite sinon, n’est-ce pas ?)

 

 

Je voulais un en-cas facile à emporter et à la fois nourrissant et reconstituant, et comme (je dois être un brin maudite), les barres de céréales que je fais au four se délitent toujours et qu’il est alors très risqué de les glisser dans son sac-à-main pour retrouver à l’heure du goûter une montagne d’innombrables miettes qui se font une joie de quitter le petit papier qui était censé les entourer, je préfère opter pour des versions crues ou sans cuisson.

✿ Je souhaitais des barres un peu ‘santé’ : exit donc le sucre raffiné des barres achetées, le sirop de glucose et autres joyeusetés. Les dattes sont ici le seul élément sucrant et ces barres sont d’ailleurs bien plus chocolatées que sucrées.

❀ La matière grasse principale sont les noisettes, dont je raffole littéralement et qui sont particulièrement riches en acides gras monoinsaturés, ainsi qu’en vitamine E (contre le vieillissement cellulaire), en manganèse (qui aide l’organisme à bien utiliser glucides et lipides) et en cuivre (indispensable à la formation de l’hémoglobine et du collagène). Vous pouvez utiliser ici des noisettes crues ou toastées : une légère cuisson permettra aux noisettes d’éliminer certains inhibiteurs et donc de permettre une meilleure assimilation des nutriments – en plus de donner un délicieux goût à vos noisettes !

✿ Pour caler nos appétits et nous permettre de tenir jusqu’au dîner, j’ai ajouté des flocons d’avoine (germés dans mon cas), des germes de blé, et quantité de bonnes fibres avec de la farine de coco et des graines de lin (moulues, pour assimiler leurs oméga 3 !).

❀ Pour tenir le tout, j’utilise une petite quantité de beurre de cacao, qui a la propriété de rester solide jusqu’à 35°C (pratique quand on part au soleil !), mais vous pouvez également utiliser de l’huile de coco (25°C) si vous ne prévoyez pas de laisser vos barres en plein soleil sur la banquette arrière de la voiture.

✿ Et puis, comme je trouvais ça sympa, mais que j’avais besoin d’assouvir mes pulsions chocolatées, j’ai surtout nappé le tout de beaucoup, beaucoup de chocolat.

 

SONY DSC

 

 

The [incredible] Choconut Brownie Bars

 

 

Pour 16 carrés (moule de 20×20)

 

Ingrédients  

  • 30 dattes Deglet Nour (ou une petite vingtaine de Medjools)
  • 200 g. [1 + 1/2 cup] de noisettes (ou moins…)
  • 30 g. [1/4 cup] de graines de lin moulues
  • 20 g. [1/4 cup] de cacao en poudre (plus, si huile de coco ou cacao peu fort)
  • 50 g. [1/2 cup] de flocons d’avoine*
  • 30 g. [1/4 cup] de germes de blé ou de riz* 
  • 35 g. [1/4 cup] de farine de coco* 
  • 45 g. de beurre de cacao
  • une belle pincée de sel
  • 1/2 càc de vanille
  • 100 g. de chocolat noir (cru ou non)

* Sentez-vous libre d’adapter cette recette aux ingrédients de votre placard ou pour en faire une version totalement sans gluten : flocons d’avoine sans gluten, flocons de sarrasin, quinoa ou millet… son d’avoine ou de riz… poudre de noisettes ou d’amande... make yourself at home !

 

Préparation : 

  1. 2 à 4 h. avant, faites tremper les dattes dans un peu d’eau (de façon à les recouvrir).
  2. Essorez-les et mettez-les dans le bol d’un robot : mixez pour obtenir une crème homogène. Au besoin, rajoutez un peu d’eau si vous sentez que le mélange est trop sec.
  3. Versez la crème de datte obtenue dans un saladier, ajoutez les noisettes entières (ou concassées si vous préférez), les graines de lin, le cacao en poudre, les flocons d’avoine, les germes de blé, la farine de coco, le sel et la vanille.
  4. Pendant ce temps, faites fondre le beurre de cacao au bain-marie. Ajoutez-le au saladier et mélangez intimement le tout (il va falloir y mettre les doigts, mes petits chéris !)
  5. Tapissez votre moule de papier cuisson (inutile si vous utilisez du silicone) et déposez-y la pâte obtenue. Pressez-la au maximum pour qu’elle soit bien tassée et laissez reposer au frais pendant 1/4 d’h.
  6. Pendant ce temps, faites fondre votre chocolat au bain-marie. Une fois fondu, répandez-le sur la pâte et placez le tout au frais pendant au moins 2h.
  7. Une fois l’ensemble complètement refroidi, découpez des carrés ou des barres, croquez dans l’une et pâmez-vous.

Les barres se conservent au frais dans un récipient hermétique pendant 4 à 6 jours.

 

 

Et vous, quelle est votre addiction ?

  

LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <