TOMATO-BURGERS A LA MEXICAINE

*

J’ai souvent un wagon de retard en ce qui concerne les saisons.

A savoir qu’en plein automne, je suis toujours à la recherche des fruits et légumes d’été sur les étals des marchés, et j’ai toujours un petit sursaut d’effroi quand mon marchand m’annonce que, non, décidément, ce n’est plus la saison… et qu’il faudra attendre de longs mois avant de retrouver les saveurs estivales (note à moi-même : je dois certainement avoir un gros blocage mental avec l’arrivée des frimas – tous les automnes, c’est la même chose, je redoute terriblement l’hiver… il faut que je me décide à partir habiter quelque part au niveau de l’équateur).

Ce n’est pas que je n’aime pas le changement de saison, non, au contraire, j’adore découvrir les produits frais et locaux qui font leur apparition. J’ai bondi de joie en voyant les premiers choux de Bruxelles (oui, on se réjouit comme on peut, et je sais que ces augustes crucifères ne sont pas du goût de tous… je suis de ceux qui en raffolent – bien apprêtés, cela va sans dire), j’ai célébré la folie cucurbitacéenne qui s’est emparée de mon marché et… j’avoue, j’ai fait une petite danse du ventre façon bénédicité revisité quand j’ai eu en main ma première botte de kale – mon grand chouchou 😉

Ah, ce cher chou, ma triste nostalgie durant les saisons chaudes… j’ai harcelé mon marchand quand il a sous-entendu au printemps qu’il fallait dire adieu à mon cher et tendre, et, longtemps encore, les yeux perdus dans le vide, je l’ai cherché sur les étals esseulés… j’écrivais son nom, encore et encore, sur la fameuse petite liste de courses que je confiais à mon amoureux, en lui répétant toujours : ‘Regarde bien, sait-on jamais, il est peut-être caché’. Oui, jusqu’en août où j’ai fini par abdiquer.

Que voulez-vous, un seul kale vous manque et tout est dépeuplé !

Je suis donc une impardonnable nostalgique et je cours toujours après les derniers fruits et légumes sur leur fin… Comme ces tomates par exemple : à peine les avais-je vues et avais-je entendu marmonner qu’il « s’agissait très certainement des dernières… » que, zouuu, elles finissaient dans mon panier ! Et étant donné qu’il y a quelques jours à peine, la Forêt Noire était toute entière recouverte d’un épais manteau de neige, il n’en fallait pas plus pour me convaincre de célébrer, une bonne fois pour toute cette année, la fin de l’été.

Et ce fut…

*

*

Des Tomato-Burgers à la Mexicaine !

Ou, plus modestement, des tomates farcies version cacao cru et maïs doux… mais dépêchez-vous, il y a peu de temps à perdre !

Je vous promets prochainement un post décidément plus convenable par ce climat, mais demandez-vous auparavant si, avant de vous gorger des voluptueuses courbes des courges orangées ou des petits seins pointus des châtaignes forestières, vous avez fait vos adieux aux saveurs qui ont attisé le feu de vos folles journées d’été…

Non ?

Sont-ce là des manières ? Filer par la petite porte, vite, en espérant que les belles ne vous aient point vu ? Partir vous cacher derrière un buisson aux feuilles tombantes, saisir au vol les prémisses d’une aube nouvelle, fourrer le nez dans ses fanes douces et humer, pleinement, son parfum enivrant ?

Et vous comptiez ensuite rentrer, le regard torve et la mine basse, revêtu d’un voile trop léger qui dissimule mal votre trépignement intime, et prétendre, encore une fois, que rien ne s’est passé ? Que vous n’avez pas connu les joies des effluves neuves et des pelures suaves ? Briser, par vos faux-semblants, le coeur de votre dulcinée de l’été, déjà empli de pépins d’amertume à trop avoir souffert de vos infidélités ?

Vil que vous êtes !

Allez, dites au revoir à celle que vous aimiez. Caressez sa robe pourpre et son corps velouté, embrassez sa tête pubescente et sa feuille douce, et, une dernière fois, plongez dans sa chair lascive, abandonnez-vous à sa fragrance puissante et jouissez de sa pulpe juteuse jusqu’à ce que, de cet ultime plaisir, il ne reste rien. Rien que le parfum d’une belle qu’on a aimée.

*

* * *

Tomato-Burgers à la Mexicaine

* * *

*

Pour 2 à 4 personnes en entrée

*

Ingrédients :

  • 2 à 4 tomates anciennes
  • 1 épi de maïs frais
  • 1/2 avocat
  • 1 petite gousse d’ail
  • 1/2 càc de sirop d’agave
  • 1/2 càc de cumin en poudre
  • 1/2 càc de paprika
  • 1/2 càc de cacao (cru ou non) en poudre
  • 1/4 de càc de poudre d’oignon
  • 1 pincée de piment
  • 1 pincée de sel
  • le jus d’1/4 de citron
  • 1 CàS de sauce soja
  • 1 CàS d’huile d’olive
  • 3 CàS d’eau
  • 1/2 oignon rouge
  • Décoration : 2-4 fèves de cacao (cru ou non)
*

Préparation :

  1. Coupez les tomates aux 2/3 en conservant leur chapeau, évidez-les de moitié et réservez-les.
  2. Déshabillez votre épi de maïs et, à l’aide d’un couteau, récoltez les grains.
  3. Dans le bol d’un mixeur, placez les grains et l’ensemble des ingrédients, hormis l’oignon et les fèves de cacao. Mixez jusqu’à obtenir une crème épaisse.
  4. Ajoutez ensuite le ½ oignon haché en petits dés et mélangez bien.
  5. Répartissez la crème de maïs dans chacune des tomates, parsemez de fèves de cacao hachées grossièrement et d’une pincée de poudre de cacao. Placez les chapeaux et servez.
*

*

Ces tomates farcies sont une version remaniée d’une petite salade qui a fait mon bonheur en cette fin d’été.

Si votre mixeur est en panne, sachez donc que vous pouvez faire le choix de laisser intact votre épi de maïs, et de l’apprêter, accompagné de l’avocat et de la tomates coupés en dés, avec les ingrédients susmentionnés en guise de sauce. Ajoutez des poivrons selon ce que votre potager voudra bien vous donner, et, à défaut de fruits et légumes de fin d’été, sachez que je reviens très bientôt saluer la nouvelle saison !

*

>LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <

Advertisements

82 réflexions sur “TOMATO-BURGERS A LA MEXICAINE

    • Ah, les bottes, je les ai ressorties avec joie, mais il faut dire que j’adore le trio jupe/collant/bottes !
      En revanche, les pulls et les mitaines… grrr !
      Je déteste, chaque année, me transformer en bonhomme Michelin… 😦

  1. Ici on est en pleine saison des fraises, tomates, c’est le retour des mangues et bientôt des letchis… Alors, l’hémisphère sud, c’est tentant, non ?

  2. Ah ! Ah ! Justement, ma mere me disait hier qu’elle n’avait plus de mixeur a cause d’une certaine fille qui l’aurait a present en sa possession (en lui parlant de la puree de patate douce…). J’avoue ! C’est de ma faute si elle n’en a plus ! Mais comme je le lui ai dis, ce n’est pas ce qui coute le plus cher !

    Tu n’es pas la seule nostalgique, je te rassure ! J’aimerais vivre en Floride ou en Californie pour avoir du beau temps toute l’annee. Des qu’il fait moins de 20 degres, je ne suis pas contente. Et je deteste sortir mes affaires d’hiver ! En gros, j’aime regarder la neige ou la pluie lorsque je suis bien au chaud a l’interieur. J’attends avec impatience le soir de me coucher, car j’aurais chauffe mon lit quelques minutes auparavant. J’aime prendre des bains tres chaud ! J’aime le chauffage au sol… Bref…

    Pour en revenir a ta recette, je la trouve tout simplement incroyable ! Et la ou les vegan americains se contenteraient d’un simple burger vegan, ta version est tout simplement geniale avec la tomate (pas trop fan du pain sans gluten ou tout autre graine sans gluten) !

    Et par rapport au kale, je demande toute l’annee : « T’as vu des kakis ? T’as vu des kakis ?  » Et alors que j’attends cela avec impatience depuis plusieurs mois, voila que je me retrouve dans le seul etat des USA ou il n’y en a pas !!!! Damn it !!!

    • Oh ouiiii, la Floride ou la Californiiiiie !!!
      Mon rêve, mis à part les crocodiles et les requins… (je suis une froussarde, j’avoue, et j’ai peur de me faire croquer toute crue !)
      Je suis exactement pareil : les gros flocons de neige, la pluie qui martèle le sol, le grand froid… oui, mais dehors ! Si je suis toute au chaud emmitouflée devant la cheminée avec un bon choco bouillant, ça me va très bien ! En revanche, pour moi qui adore être au grand air, j’appréhende terriblement l’hiver et je subis véritablement le froid. Chaque année, c’est pire, et là, je crois qu’une décision s’impose : partir vivre là où le soleil est haut et l’air est chaud ! Ou du moins, printanier : oui, un printemps éternel, voilà qui me conviendrait parfaitement ! 😉

      Merci beaucoup pour ma petite recette ! Et, oh oui, j’ai fini par trouver mes premiers kakis… j’attends sagement qu’ils mûrissent pour les déguster à la petite cuillère, car pour moi, c’est comme de la confiture ! Mais je ne vais pas te faire saliver trop longtemps… à moins que tu te décides à un petit tour des US histoire de voir du pays… et des kakis ! 😉

      • Tu es trop cruelle ! 😥 Je plaisante ! 😉 Les kakis, j’en ai trouve au magasin coreen, mais ce ne sont pas ceux que je prefere. Non ! Tout comme toi ! J’aime ceux que je deguste a la petite cuillere ou que je savoure en m’en mettant plein les doigts (sans oublier de me lecher les doigts apres… Comme ca… Pas de perte !)

        Je suis egalement en train de reconsiderer ou je pourrais vivre pour ne plus jamais avoir froid car le chauffage, c’est une perte d’energie et c’est ni bon pour le corps humain ni bon pour notre bonne vieille Terre !

        En ce qui concerne les crocos et les requins, tu n’es sans doute pas la seule a les craindre ! Nous le sommes sans doute tous ! Ce sont tous de meme des predateurs ! Vegan oui mais inconscient… Pas encore !

        • Si tu veux fonder le club de ceux qui pensent avant tout à la survie de la planète en militant pour l’abolition du chauffage et la vie au soleil, je te suis ! 😉

          Et je sais bien que l’homme massacre mille fois plus de crocos et de requins que ces derniers ne boulottent d’humains… mais il n’empêche : seule face à leurs dents acérées, je ne fais pas le poids !

          • D’accord pour fonder le club… Mais promets-moi qu’on trouvera un endroit au chaud pour ne pas attraper froid (je suis une vraie frileuse de nature avec une tres mauvaise circulation du sang !).

            Face aux predateurs, toi et moi ne faisons absolument pas le poids, alors on va essayer de trouver un endroit ensoleille tres loin d’eux, ca te dit ? 😉

            • Ah mais bien sûr ! Le club ne peut être domicilié qu’au sein d’un endroit où la température ne passe pas en-dessous de la barre des 20°C ! Et les animaux seront tous herbivores, ou des carni reconvertis 😉

  3. Oh que tout cela est joliment narré ! Quelle déclaration !! Plus d’une aimerait être a la place de cette tomate … euh … si tant est que tu sois un homme et que la déclaration se fasse en ce sens. Pourquoi d’ailleurs notre inconscient veut systématiquement entendre ces mots de l’être masculin et non pas l’inverse ? C’est j’imagine tout aussi agréable des lèvres d’une femme envers l’être cher ( ou chère d’ailleurs ) … J’avoue plus facilement me réfugier derrière l’écrit que la parole mais c’est un autre sujet.

    Celui qui nous intéresse ici principalement c’est ta recette, hein ??! Et bien, je ne connais pas le cacao cru :/ et je crois bien que c’est le seul ingrédient qui m’aurait fait gouter ton burger de tomate pourtant … j’aime pas les saveurs mexicaines … en général ! Le mais, j’ai du mal … L’avocat aussi … Mais … il y a toutes ces epices dont je raffole !!! Alors si je resume : le cacao cru, les tomates et les epices … ben, je veux bien gouter !! Mais ta prepa. Seulement ta prepa parce que je me dis que vu la tete qu’a ce burger, impossible qu’il ne soit pas graoumiam, hein ?

    Pour les saisons, j’avoue être si heureuse d’être en automne ( enfin il parait sur le calendrier car chez moi c’est l’hiver depuis qq semaines ! ) que je n’ai pas la nostalgie ni de l’ete ni des tomates dont j’ai follement et goulument abuse tout l’ete en France ! Par contre … je reviens te voir d’ici qq semaines … j’aurais peut-être change d’avis et serai à déprimer en attendant impatiemment derrière ma fenêtre toute noir à 3h de l’AM les si belles nuits blanches de SPb ! En attendant … je ne sais tjs pas quoi faire de mes kakis, tiens ^^

    Des bises gourmandes Ophélie ! A bientôt. ( Demain, je reprends ton article sur l’okara sur le blog, juste que tu saches que je parle a nouveau de toi, car bon sang, que ton blog est riche d’infos nutritionnelles et bon sang que ça m’aide moi qui n’y connais trop rien ou si peu sur le sujet ).

    • Oh, merci beaucoup Laurence !

      Oui oui, je suis bien d’accord, pas d’inconscient sexiste ici, et l’avantage avec les fruits et les légumes, c’est que leur genre ne sera déterminé que par notre propre anthropomorphisme : si je veux faire de ma tomate un petit mec au sourire ravageur, et de mon épi de maïs une douce aux yeux de biche, pourquoi pas ? Et moi aussi, tu l’as peut-être deviné, la plume est ma mie, et la parole… euh… timide vous avez dit ? 😉

      J’adore le cacao cru, mais peut-être un cacao conventionnel et des fèves torréfiées pourraient ici se glisser dans la recette ? Je n’ai pas essayé, j’avoue, mais je devrais faire une comparaison ! C’est amusant, moi je n’étais pas du tout avocat jusqu’à cet été en mode crudivore, et mon amoureux n’était pas du tout maïs en temps normal (sous leur forme cuite habituelle) et notre expérience a beaucoup modifié nos goûts ! J’aime maintenant savourer de bons morceaux d’avocats et lui raffole du maïs cru… mais je dois dire ici que l’avocat donne surtout du crémeux et le maïs une fraîcheur un brin sucré… les épices font le tout !

      Et oui, sinon, peut-être dans quelques mois appelleras-tu le printemps et l’été à grands cris… face au long hiver russe et aux petites journées de clarté. Je suis très admirative, je me demande comment tu fais ! Et pour les kakis, pourquoi ne pas les dévorer tels quels ? J’avoue, c’est ma manière préférée d’en profiter !

      Aucun souci pour l’okara, au contraire, ça me fait très plaisir… et c’est amusant, mon prochain article sera justement lacté et végétal… avec une touche d’okara lui aussi ! 😉

      • Pour te répondre sur le climat et ce qu’il engendre, je t’avoue que je ne peux pas nier, surtout en entendant le grésil tomber sur mes vélux (…), que passer en l’espace de qq semaines de la Californie, où j’ai passé un printemps à 25°/30° quotidiens qui plus est un printemps précoce, à un hiver en Russie amorcé dès le début du mois d’octobre et de la neige depuis déjà quelques jours ( bien que la ville ne soit pas blanche du tout ), que cela soit assez … déroutant ! Et je suis nostalgique de ma vie américaine ( mais chut, je le garde pour moi pour l’instant ! ) … mais c’est aussi ma vie d’expatriée et en tant que jeune mariée ( pas si jeune mais mariée depuis peu ! ), je me dois de suivre mon mari et la Russie est belle et j’ai hate de la découvrir aux beaux jours et en famille. En attendant, je découvrirai Helsinki à la fin du mois et … j’attends cette expédition avec impatience crois-moi … car tout de meme, j’adore ces climats !! Nous n’avons pas atterri à SPb au hasard non plus ^^
        A bientôt ma Belle et … mon article est en ligne, juste pour info.

        • Ouuuh, le vilain grésil… j’aurais vraiment du mal ! J’aime profondément la Russie, je pourrais y passer des mois entiers, mais c’est vrai que chez moi, c’est viscéral, le froid, ça ne passe pas !
          Tu as peut-être raison tout de même : ne vaut-il mieux pas un vrai beau froid, une ville couverte de neige (bientôt, bientôt… ;-)) et des gros flocons doux comme du coton, plutôt que la vilaine petite pluie froide, la grisaille morose et les trottoirs boueux de Paris ?
          En tout cas, prends patience, car le printemps et l’été valent la peine d’être vécus là-bas, et j’espère que, nostalgie de la côté Ouest ou non, tu te feras bientôt à la poésie des lieux…
          J’ai vu ton article, oui ! Magnifique ! ✿

  4. Trop bon, j’en suis sûre ! Moi, je ne choisis pas, je me repais de courges mais continue à acheter les tomates du marché car chaque semaine, « ce sont les dernières, Mad’moiselle ». Tant qu’elles sont bonnes… je te suis !

    Décidément, le cacao en salé est à la mode, j’en ai vu chez Green Kitchen Stories il y a quelques temps, cela m’intrigue au plus haut point !

    Jamais goûté le kale, mais une amie en a vu à Paris, on court s’approvisionner samedi !!!! J’ai hâte !!!! (et un peu peur à la fois…)

    • Hi hi, moi aussi, j’avoue, je suis une grande fan des transitions saisonnières… et je ne me sens pas trop infidèle, tant que le coeur – et les papilles – y sont ! 😉

      Je ne connais pas la version de Green Kitchen Stories, mais j’ai toujours eu un petit grand faible pour le cacao en salé… cru ou cuit, c’est une épice dont j’adore parsemer mes plats. D’ailleurs, quand Clea avait sorti sa recettes de légumes rôtis au cacao, je m’étais dit, dépitée : ‘Meuh… Ma recette fétiche a été dévoilée!’ D’ailleurs, je confectionne souvent un mélange d’épices pimenté à base de cacao dont je raffole littéralement (recette à venir ?) mais il ne faut pas se méprendre : un lait chocolaté avec ça ? Keuf ! Jamais en sucré ! 🙂

      Bon, attention pour le kale, c’est comme pour chaque chose : lorsqu’on en fait tout un foin, on risque d’être déçu… alors, je te préviens, c’est mauvais, très mauvais ! 😉

      • Alors va voir ça : http://www.greenkitchenstories.com/bean-chili-with-walnuts-chocolate/ ça semble alléchant… malgré tout la tomate farcicrue ici présente me plait encore plus !

        En smoothie ça doit vraiment être moche le kale (blasphème), mais j’ai goûté des chips de kale home-made (le kale était aussi home-grown 🙂 chez une amie américaine et ça m’a vraiment plu. Alors une version au four, pourquoi pas, sinon une soupe et on n’en parle plus (sacrilèèège, qu’on la pende !!!). Je te dirai ce que j’en aurai pensé…

        Ho, et oui, publie ta recette de cacao épicé, cela m’a l’air fabuleux !

        • Oh oui, ça a l’air trooop bon ! Je ne regarde presque jamais ce blog, mais je devrais, les photos sont sublimes, et leur mole a l’air à la fois puissant et crémeux, mmm… et avec les noix, ce doit être extrêmement réconfortant !

          Alors, pour les façons d’apprêter le kale… je t’avoue que je suis une puriste : les chips sont à tomber (ou plutôt à croquer), mais le reste du temps, c’est cru en salade et un brin massé que je savoure mon chou adoré ! Je n’ai jamais essayé de le cuire, ni même de le broyer… bien trop précieux pour cela ! Et puis, j’ai toujours peur que ce soit le dernier ! 😉

  5. Ah oui, bravo, c’est un délicieux au revoir… moi mes dernières tomates c’était il y a deux ? trois semaines ? La crème de mais cru j’en ai fait mon grand régale tout cet été, et c’est si bon(comme le dit la jolie chanson). Douce soirée !**

    • Délicieux, en effet, surtout avec un brin d’avocat pour un effet encore plus crémeux et avec quelques épices par-ci par-là… allez, on profite des derniers avant de remettre ça à l’an prochain ! 😉

  6. j’ai un moyen infaillible de savoir en quelle saison on est, chats dedans = hiver, chats dehors = été ….Donc là, c’est courges/ navets/ poireaux/ topinambours/ rutabagas/ mâche…..Il n’y a que le choux fleur que je ne sais toujours pas ou placer, mon maraicher m’en sort n’importe quand..( mais du Kale jamais….je vais devoir en semer moi même?)

    • Oh, moi non plus, je n’ai jamais su quelle était la vraie saison du chou-fleur ! Je me dis qu’à l’automne, il ne saurait être un intrus parmi les autres crucifères, et pourtant, son petit nom fleuri fait qu’il ne dépareille pas au printemps ! Dilemme…

      Et petit conseil gourmand : oh, oui, sème du kale !!! 😉

  7. Ay Caraaaaammmmba ! Voilà une bien belle recette !
    Ohlala, oui, elles sont super tentantes ces tomatoes burgers’…Et quelle magnifique photo ! Je n’ai encore jamais tenté l’association tomates / cacao, c’est une idée bien intéressante 🙂 J’ajouterai que tu as eu raison de te ruer sur ces dernières tomates car elles sont vraiment jolies…

  8. Un fabuleux burger. Du cacao cru en salé… Miam, miam…
    Ca peut paraitre étrange, surtout quand on ne l’a jamais goûté, mais j’ai eu la chance d’y goûter pour la 1e fois il y a quelques mois, et j’en suis dingue ♥

    Tu as une sacré plume dis moi…
    Que de pulpeux mots ❀

    • Merci beaucoup Mély !

      Je me suis effectivement amusée un peu dans cet article… mais il faut dire qu’on ne prend pas souvent à leur juste valeur les fruits et légumes qui font notre joie !
      Et avec un brin de cacao – n’est-ce pas un excitant ? – et une pincée de piment, comment éviter à un dîner follement endiablé ? 😉

    • Ha ha, chanceuse !
      Alors, effectivement, cela doit te faire bizarre de lire la mille et unième recette à base de courge et de chou de la blogosphère française !.. Bon, j’espère que tu trouveras des tomates alors, ainsi que du maïs – ce doit être bientôt la saison pour toi, non ? Mais pour l’avocat, j’ai un doute… à moins qu’il n’en reste encore de la saison froide ?
      Bon appétit en tout cas ! 😉

      • Franchement viens vivre en Australie Ophélie : il y fait bon toute l’année et on a en ce moment des avocats (toute l’année pour eux), du mais, des tomates… et des courges ! Mais le meilleur de la saison, ce sont les mangues (on en a acheté un cageot, je vais me faire des tonnes de glace !).
        Lorsque je vivais en France je faisais partie de ces gens qui dépriment dès qu’il fait mauvais temps. J’avais besoin de soleil et de lumière. Les matins à se lever dans la nuit… l’horreur. Je vous comprends, c’est trop long l’hiver en Europe ! 😦
        Allez viens me voir, tu verras ça ira mieux 😉

        • Ecoute, ce n’est pas que je n’y ai pas déjà pensé… au contraire !!!
          Mon frère n’habite pas bien loin, dans un pays où les mangues sont à tomber, et, surtout, qui ne manque pas de soleil toute l’année (bon, sauf quand il y a des typhons…). Donc, l’Australie, oh oui… un rêve au même titre que celui de la Californie… mais là encore, il y a un hic : j’ai peur des requins…
          Et je suis une surfeuse, je l’avoue, ce qui explique peut-être pourquoi je n’ai pas envie de me faire croquer par un grand blanc… 😉

          • Meuh non ils sont gentils comme tout les requins !! 🙂
            En fait il y a des règles à respecter que les locaux connaissent bien : ne pas surfer à la tombée de la nuit (l’heure du dej pour eux) ou lorsqu’il y a eu de fortes pluies (= eau trouble et riche en nutriments). Si tu respectes les règles, tu ne risques rien. Ceux qui ont eu des problèmes sont des surfeurs un peu trop je-m’en-foutistes. Et en Australie on bosse beaucoup moins qu’en Californie 😉 (non je ne touche pas de commission sur les tickets d’avion vendus).

            • Oui, mais là, tu vois, si tu m’avais dit : ‘Meuh non, t’inquiète pas, il y a des filets de sécurité partout !’, j’aurais trouvé une petite excuse façon ‘oui, mais il peut y avoir des trous dans les filets…’ mais bon, ç’aurait un pas de plus vers une persuasion effective… Mais là, même si je connais toutes les règles de sécurité, franchement… j’ai déjà peur en combi de me frotter à des méduses dans l’Atlantique, alors à un grand blanc qui trouve que mes gambettes ressemblent à une jolie queue d’otarie, je crois que je ne dépasserais pas la zone où l’eau monte au-dessus des genoux ! 😉
              Euh, et il n’y a pas non plus des mygales et des croco ?
              (je suis une fidèle de Crocodile Dundee, moi… ;-))

  9. Ta creme semble succulente 🙂 Moi aussi j’ai du mal à couper le cordon avec les végétaux de la saison passée….

    Il y a peu, j’ai gouté des choux de Bruxelles, et j’ai réussi à les manger ! Chose que je ne pouvais pas il y a de ca 15 ans quand je les ai goutés pour la dernière fois. Alors, j’attends une recette avec impatience pour qu’à mon tour je puisse les apprécier vraiment !

    Bonne nuit Ophelie 🙂

    • Bravo ! Les choux de Bruxelles, on reste trop souvent sur une mauvaise impression d’affreux petits trucs verdâtres et au goût prononcé qui ont bouilli et surbouilli mille fois dans les récipients géants de la cantine scolaire… Mais une fois qu’on se met à les faire soi-même, on ne peut bientôt plus s’en passer ! Pour moi, la meilleure façon de les accommoder reste de les faire caraméliser au four avec une marinade sucrée-salée… un régal !

      Merci beaucoup Rose et bonne journée à toi !

  10. Perso, je suis un cœur d’artichaut pour les légumes. J’aime les tomates et les courgettes l’été, mais dès que les fruits et légumes d’automne arrivent, hop, je les oublie 🙂 et ne les regrette pas (jusqu’au printemps où l’envie revient). Même en hiver je n’y repense pas et profite des betteraves, carottes, poireaux et pommes de terre.
    Quant à ce fameux kale, j’aimerai bien le goûter depuis le temps que je le vois sur la blogosphère healthy! Pas encore eu l’occasion de le trouver 😦

    • Ha, une infidèle qui se dénonce ! Bon, ce qu’il faut se dire, c’est que ce n’est peut-être pas si grave d’aller voir ailleurs aux changements de saison, sachant que nos chers et tendres nous attendront patiemment dès que le temps sera plus clément ! 😉
      Et puis, je t’avoue, en fait, je passe souvent une saison à me demander comment je ferais une fois qu’il n’y aura plus, par exemple, de nectarines, de fraises ou de courgettes… mais je suis si heureuse de re-découvrir les courges, choux et poires ensuite que le remplacement est tout trouvé ! Et quelle joie à nouveau de se précipiter sur les asperges au printemps ! En fait, j’adore les saisons ! 🙂
      Ah, si tu habites Paris, sinon, pour le kale, j’en achetais au Biocoop Le Retour à la Terre, seul endroit où je pouvais en trouver !

        • J’espère que tu en trouveras ! Normalement, l’hiver approchant, ils devraient bientôt en avoir (et maintenant que je n’habite plus Paris, tu n’as plus à craindre une concurrente qui vide intégralement le panier de kale… 😉 )

  11. Je suis comme toi pour les changements de saisons… a chaque fois beaucoup de mal à m’y faire…
    Ta recette me fait du coup très envie, d’autant plus que je n’ai jamais testé le maïs cru, et que ça m’intrigue BEAUCOUP!!! (mais, c’est très dur, non ?!)

    • Oh non, c’est tout doux le maïs cru ! Vraiment, ça a été ma plus belle surprise quand j’en ai mangé pour la première fois : c’est très tendre et juteux, avec une irrésistible touche sucrée !

  12. Comme toi, je vois l’automne arriver avec nostalgie et me console par une consommation outrancière de courges en tous genres. 🙂
    Les tomates me manquent, je repense à ces tomates ananas du mois d’août, tellement… miam. J’appréhende l’arrivée de l’hiver, les jours qui raccourcissent et je commence à attendre le printemps dès le 21 septembre, en général. 🙂

    Cette recette me rend d’autant plus impatiente de trouver à nouveau de bonnes tomates ! J’adore les saveurs mexicaines, ça doit être surprenant avec le cacao dedans, je n’arrive absolument pas à imaginer, en fait. Il faut que je range ta recette dans mon Evernote pour ne pas l’oublier d’ici là ! 🙂

    PS : rien à voir, mais ça s’arrange tes problèmes de peau, finalement ?

    • Dès le 21 septembre ? oh, moi c’est dès le 1er jour de septembre ! 😉
      Alors, sois sûre de ranger cette recette soigneusement, sauf si tu pars d’ici là habiter en Floride et que les tomates d’hiver poussent en liberté et sans serre !

      euh, et sinon, pour les problèmes de peau… disons que je n’avais rien tenté de nouveau depuis un certain temps, mis à part un savon doux et un crème hydratante spéciale de chez Lush, ce qui améliore un peu les choses (ma folle de dermato m’avait interdit les crèmes hydratantes – avec Epiduo, ça a été une belle bêtise !). Mais j’ai commencé récemment un nouveau traitement à base de plantes qui est censé réguler les hormones… à voir !

  13. Comme une drogue : allez une dernière tomate avant l’hiver hahaha ! Merci pour cette très jolie recette.

    Demande : Tu m’emmèneras près de l’équateur quand un jour peut-être tu t’y installeras, hein, moi c’est l’astre solaire lui-même qui me manque déjà… Je doute que le kale s’y plaise (je n’en trouve pas chez moi de toute façon), mais je sais qu’on trouvera de quoi se consoler sur place.

    • Merci beaucoup, Mlle Pigut !

      Oh oui, viens dans ma valise et on part vite, vite au soleil avant que les frimas ne nous tombent trop vite dessus ! (et puis, je prendrai des chips de kale, c’est déjà ça !) 😉

  14. sorry, j’ai toujours des paquets de courriels à lire, je découvre tout en retard.
    Juste un mot pour te dire: j’aime beaucoup ta façon de présenter les choses avec tant d’humour. Je te souhaite de le garder toujours. Merci, merci. Gros bisou.

  15. Mmmmh!! Une recette qui a l’air délicieuse!! J’apprécie vraiment d’être abonnée à ta lettre, qui traite tantôt de sujets graves et importants (comme ton avant dernier article sur l’exploitation de la laine) et aussi beaucoup de recettes vegan toutes très originales et goûteuses, avec des infos sur la nutrition et des techniques de réalisation. Et puis tu es là pour toutes nos questions et pour apporter un maximum de précision, c’est super!!
    Je fais une petite digression pour te faire remarquer que c’est marrant, je voulais laisser un commentaire sous ton article « glace aux figues heureuses » et en fait je suis ramenée aux commentaires sur ton article du tomato-burger…
    Sinon, il y a quelques mois, on avait pas mal échangé sur les mixeurs car je souhaitais en acquérir un qui me permette de réaliser des purées d’oléagineux… je ne sais pas si tu te rappelles… Finalement je me suis fait offrir (pour Noël;)) un omniblender. Je t’avouerais que j’ai été un peu déçue (tant pis je ne fais pas trop de pub pour lui) car au bout de deux mois (j’avais eu mon cadeau en avance) il a eu un défaut d’étanchéité… Ils me l’ont échangé sans problème mais par contre j’ai dû m’armer de patience!!!!!! Bref, j’ai reçu le nouveau début janvier, même si je l’utilise pas mal je n’en suis donc encore que dans la phase d’appropriation de l’engin et d’initiation… Une chose que je fais beaucoup (peut-être parce que c’est facile!!) c’est du beurre de noix de coco… Ca ça marche toujours très bien… Par contre je n’ai pas encore osé me risquer à faire d’autres beurres car pour pratiquement toutes les préparations c’est quand même un peu laborieux (et c’est aussi là où je suis un peu déçue): je dois sans arrêt ouvrir le blender pour ramener le contenu au centre, sur les lames… C’est vrai que je n’utilise pas le « poussoir » fourni avec, je pensais que la puissance des lames suffirait à donner aux produits la consistance désirée sans manipulation extérieure… Toi avec ton vitamix, tu utilises le poussoir? Systématiquement ou seulement pour certaines préparations?
    Autre chose, j’ai lu dans un commentaire que tu préparais une thèse de sciences humaines. Tu étais avant dans une fac à Paris?? Etait-ce Paris 1 (l’Institut de géo)? Car j’ai des amis qui préparent une thèse (à Paris par contre eux, mais tu pourrais les connaître) de sciences humaines à Paris 1… et je suis moi-même passée par Paris 1 car j’ai eu durant mon cursus des cours de géographies physique et humaine puis me suis spécialisée en master environnement. Bref, bref, je m’étale un peu je vois…
    Puisque je suis lancée cependant je continue deux trois petites choses: tu vis en Allemagne et a l’air de t’y plaire, et c’est vrai que ça doit être sympa et il doit faire bon vivre dans certains coins… Pour ma part je ne connais que Bohrum où j’étais allée rendre visite à mon frère qui y a fait une partie de ses études (il est prof d’allemand maintenant!;)), et puis les incontournables Cologne et Munich,
    Dans quelques temps je passerai quelques jours à Berlin, est-ce que tu connais un peu? Aurais-tu des adresses sympas « d’incontournables » à me recommander? A voir, à découvrir, ou pour manger?? Et j’ai entendu qu’il y avait un supermarché vegan? Je vais me renseigner pour trouver l’adresse! Et prévoir un sac pour ramener quelques produits intéressants que je ne trouve pas dans mon coin (pourtant pas très loin de Paris) comme les graines de chia. Est-ce que d’ailleurs tu penses à certains trucs intéressants que tu ne trouvais pas en France mais que tu as le plaisir de trouver en Allemagne?
    Je m’arrête là, je constate un peu horrifiée que la longueur de mon commentaire pourrait peut-être te décourager d’avance… Bonne soirée en tout cas, bisous!!

    • Merci Lucile !

      Oh oui, c’est étrange, ce commentaire qui s’est déplacé vers un autre article… c’est la deuxième fois que cela arrive ! Où as-tu cliqué lorsque tu as voulu laisser un commentaire ? Je vais essayer de régler le problème… Très mystérieux en tout cas ! 😉

      Ah, finalement, c’est l’omniblend qui l’a emporté ! Je ne l’ai jamais testé moi-même alors ton avis est très intéressant. Si le beurre de coco marche bien, c’est qu’il ne doit pas être si mauvais que cela ! Avec le Vitmaix, j’utilise en effet le poussoir pour certaines préparations (notamment le beurre de coco ou les beurres de noix) donc c’est tout à fait normal de devoir le faire pour un autre blender, mais l’avantage, c’est qu’on ne doit pas l’ouvrir sans cesse : on glisse juste le poussoir à la place d’une pièce du couvercle et on continue à mixer en ‘touillant’ un peu… c’est assez facile. Bon, j’espère que tu t’y feras et que, bientôt, l’omniblend n’aura plus de secrets pour toi ! 😉

      Et oui, sinon… tu as vu juste 😉
      Je fais une thèse en géographie humaine, et je suis inscrite parallèlement à Londres et à Paris 1. J’ai fréquenté les bancs de l’IG pour mon M1… et puis pour tout un tas d’autres trucs d’ailleurs ! J’ai commencé ma thèse en 2008 et je m’apprête (je croise les doigts) à la rendre trrrrès bientôt ! Tu as fait environnement de ton côté ? C’est chouette… je me dis souvent que c’est ce que j’aurais dû faire… je regrette un peu maintenant, mais à l’époque, la problématique environnementale ne m’intéressait pas autant que maintenant !

      J’habite maintenant en Allemagne, mais je ne sais pas encore combien de temps j’y resterai : nous finissons bientôt chacun nos thèses, et je ne sais pas encore trop ce que l’avenir nous réserve ! 😉

      Pour Berlin, je t’avoue que je n’y suis allée qu’une seule fois… et même si mon copain est (franco-)allemand et qu’il y a vécu plusieurs années, je ne sais pas s’il connaît les restos vg comme sa poche (c’est notre prochaine excursion au programme !). En revanche, tu peux contacter Sophie du blog Enfantvg puisqu’elle y habite depuis 1 an 1/2 – 2 ans environ et qu’elle connaît la ville comme sa poche maintenant (et notamment le supermarché vg, elle habite tout près !) Sinon, oui, de mon côté, ici, je trouve facilement des graines de chia et de chanvre, ainsi que des aronias séchées et des souchets entiers notamment… prévois un grand sac ! 😉

      Bonne soirée à toi !

      • Bonjour Ophélie!

        Pour laisser ce commentaire, j’ai juste cliqué sous ton article sur la crème glacée dans le mail que j’ai reçu, sur « Laisser un commentaire » et j’ai automatiquement été redirigée à la suite des commentaires sous « tomato-burger ».

        C’est vraiment marrant, ça, on s’est donc assises aux mêmes endroits à l’IG;))?? Hervé Brédif, Pierre Pech, Etienne Cossart (entre autres) tu connais alors?;) Et actuellement tu fais une thèse sur quoi exactement? Tu souhaites continuer vers la recherche? l’enseignement?

        Merci pour le lien vers le blog de Sophie!
        Puis-je te demander ce que tu fais avec les aronias séchés (qui se présentent comme des baies séchées si j’ai bien compris) et les souchets entiers? Et avec les graines de chanvre, je sais qu’on peut en faire du lait, mais toi qu’est-ce que tu en fais d’autre?
        En France, en dehors de Paris, on est quand même moins familiarisés avec certains produits!… Au magasin bio que je fréquente, j’ai eu l’audace de leur demander une fois s’ils avaient des graines de chia… mais c’était peine perdue!! Ils ont surtout un super rayon fromages et charcuteries bio ;)…..
        Mais du coup c’est génial de voir qu’il y a encore tellement à explorer!
        Pour le grand sac en tout cas, c’est prévu;)!!!

        Bonne journée Ophélie!

        • Aaaaah, mais ça explique donc tout !
          En fait, souvent, je me sers d’un article déjà publié comme ‘base’ de mon prochain article : même mise en page, il n’y a plus grand chose à changer… Et ce n’est qu’après avoir publié l’article que je peux revenir dessus et mettre à jour le lien ‘Laisser un commentaire’. Ca fonctionne très bien quand on va directement sur le blog (la version défectueuse n’est là que qqs secondes) mais, grâce à ton commentaire, je me rends compte que les gens qui reçoivent les nouveautés par mail n’ont pas alors cette version ‘updatée’… Mais comment je vais régler ça, moi ?… 😉

          Oulala, moi je n’ai pas eu tous ces profs ! Il faut dire que mon M1, je l’ai fait en spécialité Pays en voie de Dvpt, donc je connais mal les chercheurs en environnement… Mais j’étais à Ulm en même temps, donc je connais aussi pas mal les profs qui faisaient la navette entre les deux institutions, et puis, j’ai des tas d’amis géographes qui sont passé par l’IG (et qui y sont encore d’ailleurs !). Tu as fait ton Master en quelle année ?
          Je fais une thèse sur les Balkans, en géo humaine / urbaine / politique… et j’ai hâte d’avoir fini, je n’en peux plus ! Ce ne sont plus trop les thématiques qui m’intéressent et j’ai envie d’aller voir ailleurs ! Je ne sais pas vraiment ce que je vais faire après, mais pour le moment, je n’ai pas envie de me tourner vers l’universitaire ni l’académique, à dire vrai… En ce moment, je rêvasse plutôt greepeace, journalisme, peta, thinktanks… et plages au soleil ! 😉

          Et toi, que fais-tu maintenant ?

          Les aronias, on les trouve ici sous différentes formes : séchées et ça se mange comme un petit fruit sec (enfin, moi, j’en fais souvent une poudre dont je parsème mes préparations) ; enrobées de chocolat (miam !) ; en jus ou nectar (jamais goûté)… Et les souchets, je les mange comme des noix ! Je trouve ça délicieux, c’est comme une petite noisette un peu plus tendre et sucrée, j’adore ! J’en fais du lait aussi, parfois… Et pour le chanvre, oh la la, j’en utilise tout le temps ! Lait, beurre, ou entières (décortiquées) pour parsemer un plat, ou encore dans des petites truffes crues… il y a l’embarras du choix !

          Bonne soirée à toi !

          • Bonsoir Ophélie!

            Tout d’abord, excuse moi de te répondre si tard, je n’ai pas vu passer ces derniers jours…

            Pour répondre à ta question justement (sur ce que je fais en ce moment), j’ai notamment dernièrement passé des entretiens car j’ai terminé mon dernier emploi à la fin de l’année dernière, avec les fêtes de fin d’année (bouhh)…

            Et en fait, jusqu’alors, je n’ai jamais réussi à allier mes convictions environnementales à mon expérience professionnelle… Depuis 2010 j’ai trouvé du boulot dans l’insertion professionnelle et j’ai travaillé dans plusieurs structures privées ou publics (dans ce secteur, les CDI sont rares, l’insertion a une des seules conventions collectives qui autorise les « CDD d’usage », renouvelables « à l’infini » en fonction des obtentions de marchés…

            C’est après ma première expérience dans l’insertion que j’ai voulu reprendre mes études dans l’environnement, donc j’ai été à l’institut de géo en master environnement durant l’année universitaire dernière, en 2011-2012. Les questions environnementales m’intéressent énormément, et cela aurait été mon rêve d’allier cet intérêt à mon boulot, mais je crains que ça ne se produise jamais, le marché de l’emploi étant ce qu’il est aujourd’hui en France (et mon expérience dans ces domaines, ma mobilité étant eux-aussi ce qu’ils sont)… Et puis pour tout te dire, j’ai effectué au 2ème semestre de mon année de master un stage certes très intéressant (une étude sur l’agriculture bio en région) mais qui ne correspond pas du tout à ce que je souhaite faire professionnellement. Je m’explique: je travaillais du matin au soir sur un ordi, sur des études déjà réalisées, à créer des outils pour traiter des données, et j’ai besoin dans mon boulot de tout sauf d’être coincée seule devant mon ordinateur… (et ce n’est pas comme ça que j’envisageais de « travailler dans l’environnement » !!!)

            J’envisage aussi de passer un concours de l’enseignement en juin prochain, comme le gouvernement français a ouvert une « session exceptionnelle » de concours. Donc révisions, révisions… 😉

            Ton master a dû être très intéressant sinon, d’ailleurs c’est marrant je suis presque persuadée qu’une amie de fac a suivi le même, et il me semble que ce serait la même année que toi…. Joanne, ça te dit quelque chose??

            Sinon merci pour tes infos sur ces aliments que… hum…. je ne connais pas vraiment très bien d’ailleurs…. les souchets et le chanvre notamment, ça a l’air super bon, j’ai envie de goûter!!!!! puis de les apprivoiser pour les inclure dans notre alimentation! En allemand, ça a le même nom? (car je n’ai pas fait allemand à l’école;) et je doute que mon copain sache dire « souchet » ou « chanvre » en allemand, tiens je demande d’ailleurs; et bien non il ne sait pas le dire;))!!!
            Quelque chose de pas mal aussi si ça n’a pas changé, c’est que les produits bio (comme les autres produits alimentaires d’ailleurs) sont moins chers en Allemagne, tu me confirmes? J’aimerais bien trouver des graines de chia pour essayer, je n’ai jamais goûté, et également des mûres blanches, il paraît que c’est super bon, tu en trouves en Allemagne?

            Bonne soirée!! Bisous

            • Oups désolé Lucile, à mon tour d’avoir biiiiien tardé pour te répondre !

              Je vois le type de stage que tu as dû faire en master, et j’avoue que c’est typiquement ce que je n’aimais pas dans ce genre de trucs – ma bête noire : les SIGs ! (bon, et à l’époque, la télédétection non plus ne me branchait guère… mais il faut dire que j’étais dans ma période tout feu tout flamme, et vive la géopolitique !)

              Ah, je ne savais pas qu’il y avait une session exceptionnelle pour les concours d’enseignement (capes ou agreg ?). En tout cas, n’hésite pas si tu as besoin d’aide pour tes révisions ou autre, j’ai des milliards d’amis qui ont passé l’agreg en géog (ou histoire) : envoie-moi un message privé et je te mets en relation sans plus tarder ! 😉

              Alors, j’avoue que je connaissais très peu mes condisciples lors de mon master (à ma décharge, je n’avais que 5h de cours alors, et étalés sur le 1er semestre uniquement…) mais le prénom Joanne rings a bell… pas assez hélas pour que je m’avance. Pour recouper les infos, j’ai fait mon M1 en 2005-06.

              Sinon, pour le souchet, on dit Erdmandel en allemand (‘noix de terre’) et les graines de chanvre, c’est Hanfsamen (Samen = graines / Hanf = chanvre). Et oui, le bio, c’est moins cher en Allemagne ! A chaque fois que je rentre en France, mon porte-monnaie souffre ! Les graines de chia, tu ne devrais pas avoir de mal à en trouver ici, de même que les mûres blanches où, là, ça vaut vraiment le coup car elles sont nettement moins chères en Allemagne qu’en France ! Moi qui n’avais jamais osé y goûter avant, c’est devenu l’un de mes fruits secs préférés ! 😀

  16. Merci pour ta réponse et tes précisions concernant les termes allemands. Pour l’aide relative au concours, merci aussi, c’est très gentil de ta part. Pour l’instant j’ai tout pour réviser, je dois juste me consacrer plus intensément à ça et être efficace (ce n’est pas encore gagné!). La petite pause berlinoise en sera d’ailleurs d’autant plus agréable ;)….!
    A bientôt!

  17. Je me rappelle que tu avais fait un article sur la germination des graines, aussi j’aurai une question à ce sujet, et je me permets de te la poser à la suite de ce billet. Ca fait deux fois que je rencontre un petit problème: je souhaite faire du pain Essène (j’ai déjà réussi, ça avait très bien marché, mais après deux « échecs » je me demande si je réussirais à nouveau un jour), et donc je mets des graines à tremper puis à germer, cette fois du seigle et des amandes. La dernière fois, toutes les graines avaient très bien germées, c’est moi qui ai attendu un peu longtemps pour m’en occuper et les transformer en pain Essène, car quand je les ai rincées une dernière fois afin de les mixer, le tout s’est transformé en une bouillie fumante et blanche, ça n’avait pas du tout l’aspect de grains broyés qui se tiennent en une pâte. Ca avait une odeur un peu chaude et alcoolisée, et je me rappelle avoir jeté le tout (vraiment à regret car j’ai horreur de gâcher de la nourriture!!!!) sans vraiment comprendre ce qui était arrivé à ces graines, ni savoir si le mélange était mangeable ou aurait pu être « rattrapé » dans une quelconque préparation.
    Cette fois-ci, j’ai mis à tremper ensemble le seigle et les amandes, puis j’ai mis le tout à germer. Je les ai arrosé à peu près deux fois par jour mais presque aucune graine n’a germé. C’est vrai qu’il fait un peu froid dans l’appart, je suppose que ça doit être lié. Tout à l’heure, j’ai tout rincé (graines non germées, avec quelques unes germées quand même. Certaines graines avaient d’ailleurs un aspect bleu-vert assez étrange) puis j’ai tout mixé avec quelques dattes comme dans la recette du pain Essène. Et ça me fait quelque chose d’un peu étrange, je n’ai toujours pas l’aspect de « pâte » que j’avais auparavant réussi à obtenir et qui m’avait permis de faire un véritable pain Essène (en tout cas ça en avait l’aspect et le goût), là ça fait plutôt bouillie voire crème, et je ne sais pas si le passage au four th 65°C va y changer quelque chose, mais l’odeur n’est pas super!! (odeur chaude, un peu alcoolisée comme l’autre jour…). Tu aurais une idée de ce qu’il se passe? D’après toi, est-ce mangeable? J’ai quand même mis le tout dans un moule et c’est au four très bas pour plusieurs heures je pense. Juste pour voir ce que ça donne…..
    Ahlalala!!! J’ai vraiment parfois l’impression d’être une apprentie sorcière!! Et dans mon entourage, personne à qui demander conseil!! 😉 C’est pour ça que des billets comme les tiens sont souvent très précieux!!
    Merci d’avance de ton avis sur la question Ophélie.

    • Alors, si j’étais toi, en toute honnêteté, je ne mangerai pas ce pain… 😉

      Pour faire du pain essène, comme pour faire d’ailleurs du réjuvélac, les graines doivent très peu germer : 1 1/2 jour (2 max quand il fait très froid), quand leur germe pointe à peine le bout de son nez, c’est prêt ! Au-delà, c’est déjà trop tard, les céréales deviennent amères et ne sont plus mangeables.

      J’ai eu les mêmes expériences que toi : des pains gris-blanc, affreusement amers et avec une drôle d’odeur… et bien, je m’en suis vite débarrassée ! Et pourtant, je n’en étais pas arrivée à la ‘fumée’… 😉

      Les seuls ‘bons’ pains essènes que j’ai fait, c’est vraiment en faisant germer les graines le moins de temps possible… et là, c’était même délicieux !

  18. une précision peut-être importante que je n’ai pas pensé à donner dans mon précédent message: les graines sont restées dans le germoir au moins une semaine et demie…

  19. Coucou, ce blog me fait très plaisir, tout d’abord parce que je trouve que tu as une sacrée plume, beaucoup d’humour, et pour finir, parce que c’est vachement cool de trouver des personnes végétaliennes qui donnent de l’espoir !
    Un grand merci également pour ces fabuleuses recettes !
    love ❤

  20. c’est très tentant ! Malheureusement je n’ai pas le droit aux céréales mutées. Par contre si je remplace le maïs par du riz ça doit pas être mal non plus !

  21. Ping : CRUMBLE POIRE ET CHOCOLAT {végane & sans gluten} | Antigone XXI

  22. Ping : Top huit des burgers véganes gastronomiques les plus insolites – vegetalpower

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s