LE GÂTEAU QUI VOLE AU VENT

*

Une famille, c’est comme un arbre.

Les jours passent, les saisons filent et, toujours, de nouveaux bourgeons voient le jour, de fragiles fleurs, de beaux fruits, de nouvelles branches.

Parfois pourtant, les branches s’affinent, les feuilles tremblent et le pollen s’égrène au vent.

De fraîches pousses naissent alors, un peu plus loin, et un nouvel arbre surgit. Le pollen a volé, volé avec la brise. Il a volé un peu trop loin.

Moi, j’aimerais souvent que ma famille soit cet arbre solide, ces fleurs resserrées, des branches infinies. Je n’aimerais pas que le vent emmène un peu trop les miens, un peu trop loin de moi. Je nous aime entrelacés, nouveaux bourgeons comme vieille écorce, fruits ridés et frêles pousses. Entrelacés et toujours un.

Aujourd’hui, c’est un jour spécial. C’est l’anniversaire de mon frère.

Je ne sais plus au juste quand, pour la dernière fois, nous avons célébré l’un de nos anniversaires ensemble. Il y a de cela longtemps je crois, trop longtemps. Aujourd’hui ne déroge pas à la règle. Nous sommes loin les uns des autres, semés de par le monde, certains au soleil, d’autres sous les pluies. Nous pensons les uns aux autres, nous avons de petites attentions, nous nous serrons la main virtuellement, nous nous sourions par des images.

Aujourd’hui, mon frère a pris la route de la soie. Il est dans un pays lointain, un pays des mille et une nuits, un pays aux dômes turquoise et au soleil qui flamboie. Je ne serai pas avec lui pour célébrer ce jour si précieux, mais je pense fort à lui, à cette feuille, née avec moi, d’une même racine. Aujourd’hui, j’aimerais le serrer dans mes bras, mais à défaut, je lui souhaiterai son anniversaire comme je le peux…

… par un gâteau.

*

*

Mon frère est un gourmand et quand je pense à lui, me revoilà enfant. Ce gâteau naît donc d’une envie de gourmandise assez régressive, celle de chocolat blanc.

Attention, qui dit chocolat blanc ne veut pas dire pour autant tablettes Galak et barres sucrées pour enfants. Un bon chocolat blanc exige du savoir-faire et ce n’est pas le sucre qui doit y prédominer, mais bien le cacao. Et oui, à tous ceux qui croient que le chocolat blanc, c’est avant tout du lait de vache concentré, détrompez-vous : une bonne tablette doit avant tout faire la part belle à la saveur du beurre de cacao dont il est la base.

Voici un gâteau cru alliant trois parfums : le chocolat blanc, le cassis et l’açaï.

Jeux de textures, alliance de saveurs… le chocolat blanc se décline ici en une crème à la fois riche et douce, et en une croûte qui, contrairement à bon nombre de croûtes crues, est terriblement croustillante, et ce, sans déshydration ni cuisson. Je vous l’avoue, je crois que j’ai trouvé mon fond de gâteau préféré… 😉 La suavité de la crème est contrebalancée par les notes acidulées du cassis, présent sous forme entière ainsi que sous forme de crème légère, presque une mousse. Enfin, l’açaï, en toute petite touche ici, rappelle, par sa saveur d’entre-deux, à la fois la richesse du cacao et la finesse du fruit sauvage. Vous pouvez toutefois vous en passer.

Comme il s’agit d’un jour un peu spécial, j’ai choisi d’utiliser ici mon sucrant préféré, un peu rare, un peu précieux – très gourmand en tout cas : le nectar de coco. Contrairement à son complice, le sucre de coco, séché sur feu de bois, le nectar de coco est obtenu par évaporation et condensation de la ‘sève’ issue de la fleur de coco. Il reste donc entièrement cru et préserve ainsi sa richesse en minéraux et en nutriments essentiels. Avis aux diabétiques et à toute personne attentive à sa santé, cet édulcorant est fait pour vous puisqu’il affiche un index glycémique très modéré.

Son goût est celui d’un caramel léger et sa texture rappelle celle d’un sirop de riz particulièrement épais. Si vous n’avez d’ailleurs pas de nectar de coco à votre disposition, choisissez peut-être plutôt ce dernier plutôt que du sirop d’agave, qui serait peut-être trop fluide pour la croûte. Mais si vous vous sentez l’âme aventureuse et partez en quête de cette merveille, je vous le recommande, vous ne le regretterez pas.

Allez, je vous montre comment réaliser cela ?

*

 * 

Cœur de chocolat blanc

cassis sauvage et açaï au vent

*

Pour 1 gâteau individuel – à partager à 2… ou pas !

 *

Ingrédients :

Pour le fond de gâteau

  • 30 g. [1/4 cup] de noix de cajou moulues finement *
  • 10 g. [2 tsp] de beurre de cacao fondu **
  • 15 ml. [1 Tbsp] de nectar de coco (ou sirop de riz, érable…)
  • 30 g. [1/4 cup] de sarrasin
  • 1/4 c. à café de vanille en poudre
  • 1 petite pincée de sel

Pour la crème au chocolat blanc 

  • 40 g. [1/3 cup] de noix de cajou moulues finement *
  • 10 g. [2 tsp] de beurre de cacao fondu **
  • 1/2 petite courgette – environ 50 g.
  • 20 g. [2 Tbsp] de poudre de lait d’amande (ou poudre d’amande)
  • 20 ml. [1 Tsbp + 1 tsp] de nectar de coco (ou sirop de riz, d’érable…)
  • 1/4 c. à café de vanille en poudre
  • 1 petite pincée de sel
  • 1 petite poignée de cassis frais

Pour la mousse de cassis 

  • 1/2 banane congelée et coupée en rondelle – environ 50 g.
  • 50 g. [1/2 cup] de cassis congelés
  • 1/2 de c. à café de psyllium en poudre ou 1 càc de graines de chia

*

* Vous pouvez moudre vos noix de cajou au moulin à café ou dans le bol à farine de votre blender. A défaut, vous pouvez utiliser de la poudre d’amande.

** Faites chauffer de l’eau dans une petite casserole. Avant que celle-ci ne soit à ébullition, retirez-la du feu et faites fondre votre beurre de cacao au bain-marie en remuant très fréquemment. Faites bien attention à ne pas le laisser brûler ! Vous pouvez bien sûr remplacer le beurre de cacao par de l’huile de coco : le goût sera différent, mais néanmoins très bon !

*

*

Préparation :

Pour le fond de gâteau

  1. Mélangez intimement l’ensemble des ingrédients dans un bol : 
  2. A l’aide d’un emporte-pièce, façonnez la croûte en pressant fortement de sorte à ce qu’elle soit bien tassée. Placez-la ensuite au congélateur pendant 10-15 minutes.

*

Pour la crème au chocolat blanc 

  1. Mettez l’ensemble des ingrédients, hormis les cassis frais, dans le bol d’un blender et mixez jusqu’à obtenir une crème parfaitement homogène : 
  2. Avant de procéder au montage de la première couche du gâteau, démoulez votre fond (celui-ci ayant légèrement attaché aux parois de l’emporte-pièce, il faut appuyer légèrement. Pas drôle à faire quand on a déjà réparti une couche de crème – plus fragile – par dessus) :
  3. Repositionnez ensuite l’emporte-pièce sur la croûte, sans trop l’enfoncer toutefois :  
  4. Disposez des cassis frais, puis la crème. Lissez bien et déposez le tout au congélateur pour 10-15 minutes environ.

*

Pour la mousse de cassis 

  1. Mixez l’ensemble des ingrédients :
  2. A l’aide d’un second emporte-pièce, versez la crème (pour prévenir d’un certain affaissement, j’ai utilisé un emporte-pièce plus petit) et placez le tout au réfrigérateur.
  3. Laissez reposer au frais et sortez le gâteau 15 à 20 minutes avant de le déguster. A l’aide d’un tamis, recouvrez d’açaï en poudre. Bon appétit !
 *

Et Joyeux Anniversaire Frédéric ! 

 *

>LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <

Advertisements

98 réflexions sur “LE GÂTEAU QUI VOLE AU VENT

  1. Quelle magnifique déclaration si j’ose dire.
    Ces saveurs doivent se marier à la perfection, un grand bravo !

    Et j’ai tout de suite reconnu miss courgette 😀

    • J’imagine que de l’huile ou du beurre de coco remplaceront aisément le beurre de cacao ici, pour un goût sensiblement différent.
      Mais tu devrais peut-être essayer… car cela n’a vraiment rien à voir avec le chocolat blanc que tu connais ! 😉

  2. J’ai reçu par mail une photo de la dernière création de Pierre Hermé, chocolat blanc, cassis et acaï, ça avait l’air dément. Il paraît qu’il a refilé les rênes de sa boutique à une certaine Ophélie (alias Antigone). Tu l’as vue, cette merveille (la création / Ophélie / Antigone) ?

    Bravo !!! 🙂

    Je suis un peu désorientée par cette explosion de goûts alléchants et d’ingrédients fétiches : sarrasin, cacao cru, amande, coco, fruits rouges, courgette (:-D trop craquante, la dédicace, je fonds, tu es adorable !). Pour remettre mes pendules à l’heure, il va falloir passer aux fourneaux. Pour le prochain anniversaire de mon australopithèque bien-aimé, cela me semble tout indiqué !!!

    C’est touchant, ton ode à la famille. J’habite à quelques centaines de mètres de mon frère (la Seine nous sépare, tout de même) mais pourtant nous nous voyons peu, entre mon boulot aux horaires déments et ses gardes de nuit à l’hôpital 😦

    {PS : juste pour toi : dans les ingrédients du fond de gâteau, tu parles de sarrasin germé réhydraté, tu veux dire déshydraté ?}

    • Hi hi, tu m’as fait rire, comme je n’étais pas encore très réveillée, j’ai pensé à tes premiers mots: ‘Ah bon ?! Quelle coïncidence ! ‘ 😉

      Merci beaucoup beaucoup ✿

      Si ton homme des cavernes aime les douceurs et veut se réconcilier avec le véganisme/crudivorisme, alors c’est peut-être une idée ! (d’ailleurs, j’ai hâte de savoir si ton passage obligé en cuisine cet été a permis de le persuader !) Et puis, l’avantage ici, c’est que les fourneaux peuvent rester éteints 😉

      Pour la dédicace, il le fallait bien, tu ES la superhéroïne des cucurbitacées – un problème ? Oh, attendez, j’ai la réponse : une courgette ! 😉

      Et oui, moi aussi, même quand nous habitions la même ville avec mon frère, nous ne nous voyions quasiment pas, et maintenant que nous sommes loin, c’est pire encore… Sans compter l’autre qui habite au bout du monde… Mais bon, cela fait toujours de chouettes perspectives de vacances en vue ! 😉

      Et merci aussi pour la coquille, je viens juste de la corriger – ouf !

      • Aha, non, mon homme reste attaché à sa viande et à ses yaourts au lait de vache. Demi-succès dans la mesure où, chez mes parents, il peut difficilement refuser les plats qu’on lui offre… donc il goûte nécessairement à ma cuisine et il est bien obligé d’admettre que c’est bon. De là à convenir que la viande ou le poisson sont superflus, il y a un univers… En tout cas, il est sevré de lait puisqu’il n’y en a plus chez mes parents.

        Pour mon frère, même topo, mais avec plus d’attaques : les endocrinologues réprouvent sévèrement les « régimes » végétaliens, cela crée des carences, cela n’est pas naturel puisqu’on est obligés de prendre au moins de la B12, les protéines de la viande sont plus assimilables que celles des plantes, idem pour les vitamines et minéraux (mais il n’est pas en mesure de le prouver, toutefois). J’ai beau répondre que les grands singes ne mangent pas d’animaux, que si nous mangions des légumes non lavés, nous aurions de la B12, que le lait de vache n’est pas adapté à notre organisme, preuves à l’appui, rien n’y fait. J’abandonne pour que nous ne nous fâchions pas, c’est délicat les relations entre frère et soeur. Ceci dit, en 3 semaines sans yaourts ni lait, ses boutons ont disparu… (mais il prétend que c’est le grand air).

        Le grand progrès est du côté de mes parents. Ils ont définitivement (je l’espère) écarté les produits laitiers, à l’exception d’un peu de fromage de temps en temps. Yaourt et laits sont bannis. Ils ont pris goût à un petit dej roboratif de flocons, graines, fruits secs et séchés (type overnight oats) et remarquent qu’ils n’ont plus faim jusqu’au déjeuner et que c’est, en plus, délicieux. Ma mère a décidé de ne plus leur acheter de viande que deux ou trois fois par semaine car, elle en convient, la « bonne » viande est rare et qu’au fond, elle l’aime de moins en moins. Mes deux parents ont remarqué que leur digestion s’était largement améliorée et en sont ravis, bref, ils adhèrent autant que possible. Je les vois assez évoluer vers un semi-végétarisme à moyen terme :-D. J’ai même osé leur montrer mon blog, ce que je n’avais pas fait jusqu’à cet été…

        Le plus significatif : en un mois, pas une seule incursion à la pâtisserie. Out les cannelés, flans, tourtes feuilletées et autres meringues et bombes glacées… 😀 bon pour mon papa, ça ! (et sans frustration !)

        • Woaw, je suis épatée pour tes parents, quel beau succès ! Tu es parvenue à leur faire lâcher quasiment tous les produits laitiers en à peine 1 mois : imagine si tu restais davantage de temps !

          Je ne peux vraiment pas en dire autant des miens… Je n’ai quasiment pas eu les manettes en cuisine durant ces petites vacances, et tous les soirs, mon père était affairé à préparer tantôt du filet-mignon de porc, tantôt des tranches de bavette… Et le midi, c’était jambon party !

          Cela m’attriste beaucoup, d’autant que mon père a eu une grave maladie l’an dernier, qui l’a conduit à un régime sans sucre ni sel. On pourrait penser que cela a du bon, mais le voilà qui mange désormais 4 à 5 fromages blancs de vache par jour (0% voyons !), toujours autant de viande et de pain blanc – jamais d’aliments entiers. Étrangement, le vin n’a jamais été considéré comme du sucre… 😦

          Bref, je pourrais disserter là-dessus pendant des heures, mais tout cela pour dire que les préjugés restent profondément ancrés : contre l’idée des grands singes et le rapport Campbell, le voilà qui exhibe, sans même vérifier ses sources ni les critiquer, des textes à charge écrits par des adeptes de la… paleo-diet (tu sais, les tarés qui mangent de la viande crue, sous prétexte que les hommes des cavernes faisaient de même… en oubliant que leur steak tartare n’est pas issu d’un boeuf tué à coup d’ongles et de petites incisives…) Et on nous accuse ensuite de glaner des petites infos douteuses sur le net ! 😦

          Heureusement, dans ces cas-là, que j’ai Tistou avec moi, mais même lui est découragé…
          A propos de ton grand singe un brin trop carnivore d’ailleurs, je ne te conseillerais pas d’essayer de le convertir, mais bien de dire tout haut ce que tu lis et penses à longueur de journée. Partage tes informations, laisse traîner des livres, engage-toi davantage ouvertement… petit à petit, sans doute, les choses seront entendues. Aie confiance, ne te décourage pas et… continue de préparer de bons petits plats ! 😉

  3. Waww! super beau ce gâteau!! il n’a rien à envier au gâteau vendue dans les meilleures pâtisserie!!! J’aimerais bien le tester, merci pour le partage

  4. Le choix est toujours difficile entre profiter de sa vie pour aller au bout de ses envies, et prendre soin des siens, partager leur quotidien. Jolie declaration au frerot. Et pour le gateau, dieu qu’il a l’air bon ! J’en suis pour l’instant aux yaourts au lait d’amande (recette que tu avais linkee dans un precedent article) et ca marche po. Mais apres, je m’attaque a ce truc qui a l’air a tomber !

    • N’est-ce pas ? Je me sens toujours tiraillée moi aussi… :-/
      J’espère que tu auras plus de succès pour le yaourt au lait d’amande, peut-être devrais-tu mettre davantage de graines de chia ? Ou tenter un autre épaississant ?
      Merci à toi et n’hésite pas à me dire si tu tentes !

      • C’est pas l’epaississant le probleme : apres 8 h dans la yaourtiere j’ai une sorte d’eau jaune avec un bouchon qui flotte. Le bouchon contient les amandes, les graines de chia et les probiotics. Gout immonde, meme pas pu en faire autre chose. Mais je vais retenter !

        • Aïe aïe ! C’est vrai que, dit comme cela, ça n’a pas l’air top… 😦

          Il peut y avoir une certaine séparation entre le liquide et la masse solide, mais à ce point, c’est comme si le yaourt était mis beaucoup trop longtemps à fermenter… Le problème vient peut-être aussi de ton lait : utilises-tu un lait d’amande maison ou du commerce ? S’il vient du commerce, cela peut être dû aux ingrédients utilisés dans le lait : le mieux est d’avoir seulement amande/eau ; s’il y a ajout de calcium, etc. souvent, ça ne marche pas bien du tout…

          Pour le moment, à défaut de probiotiques, j’ensemence mes yaourts d’oléagineux avec un yaourt de soja. Tout à la fin seulement, s’il y a eu séparation, je donne un coup de mixer pour que le mélange soit homogène. Ce qui est sûr avec les yaourts, c’est qu’il ne faut pas se décourager au début ! 😉

  5. C’est tout simplement sublime! Grace à toi je redécouvre le sarrasin ( après quelques mauvaises aventures avec le kasha je l’avais lâchement abandonné! ) et je suis conquise (en porridge cru au petit dej avec des fruits frais, miam!) 😀 Pas de cassis ici, mais j’ai toujours des myrtilles au congel et même des fraîches en ce moment donc je pourrai tester ça bientôt ^^. Bravo pour toutes ces recettes crues ♥

    • Merci beaucoup Marie !
      Des myrtilles feront très bien l’affaire, j’ai moi-même utilisé une variété de cassis qui ne se trouve qu’ici, à mi-chemin entre un cassis normal et une groseille à maquereau… donc j’imagine très bien qu’un autre fruit des bois conviendra !
      Et moi aussi, je t’avoue, j’aimais déjà le sarrasin, mais maintenant que je suis passée au cru, je ne pourrais plus m’en passer ! 😉

  6. Miss courgette ? Ohlalala mais si ma courgette voit ça elle va être jalouse 😉
    C’est le surnom d’une copine… huhuhuh

    Fantastique cette recette. Je suis un peu triste de ne pas pouvoir la faire…à cause du sarrasin germés. Je n’ai plus de germoir et là en ce moment j’ai un début d’invasion de moucherons (merci les fruits et légumes), du coup j’essaye de ne pas trop les attirer et les graines germées c’est leur dada !
    Sauf si je peux juste laisser les graines tremper longtemps et mixer grossièrement ensuite ?
    C’est très appétissant, et bien pensé ! T’as toujours de bonnes idées, bravo !

    • Ah bon ? hi hi, la pauvre… et toi c’est Miss Rouleaux de Printemps ou Miss Cupcakes ? 😉

      Oui, effectivement, les petits moucherons aiment vraiment bien les graines germées, je lutte aussi si ça peut te rassurer ! 😉 Mais le sarrasin germe si vite… Tu peux soit lui faire subir un pré-trempage limité avant de le déshydrater, ou bien, tout simplement, ne pas le faire tremper du tout et l’insérer cru – je n’ai jamais eu de problème à le manger ainsi (d’ailleurs, je fais mes flocons de sarrasin avec des graines crues et pas de souci). C’est peut-être mieux que d’utiliser des graines ‘mouillées’, car il faut absolument qu’elles soient sèches pour la pâte. Sinon, il faut songer à passer la pâte au déshydrateur… Ou pas crunchy 😦

      Merci beaucoup en tout cas ! J’avais déjà écrit cet article hier matin, alors ça m’a fait sourire de voir tes tablettines… aux noix de cajou aussi ! Si j’avais pu, j’aurais mis un lien, histoire que tout le monde profite des vertus du choco blanc maison ! 😉

      • C’est de sa faute aussi, je l’ai connue grâce à des courgettes, c’était une lectrice de VG-Zone et elle voulait nous rapporter des courgettes du jardin de sa mère. Ne sachant pas son nom quand on parlait d’elle, on dirait « courgette » et c’est resté 🙂
        Je préfère Miss Cupcakes, l’autre est quand même moins mignon huhuhuh (question de point de vue), mais bon, les rouleaux et moi c’est…love ♥

        Je tenterai alors en laissant réhydrater et germer mais au frais alors 🙂

        Oh t’es adorable pour le lien. J’avais fais ces chocolat mercredi. C’est rarissime qu’on publie directement 🙂

        Je me pencherai sur les n’ingrédients fin de semaine, mon frigo est tellement blindé que je ne pourrai rien ajouter…

        • Ha ha ha, la pauvre ! ‘La Courgette’, c’est un peu dur ! 😉
          J’espère en tout cas que les courgettes de son jardin valaient le coup !

          Oh, moi j’aimais bien Miss Rouleaux de Printemps… mieux vaut ça que Miss Canard Laqué, tu sais 😉

          Alors, vide-moi vite ce frigo, que tu puisses tester ma pâte à crounch, ou sinon, j’émets des ondes pour que, de ta cuisine, les petits moucherons fassent table rase ! (tu m’envoies aussi des ondes ici ? Chez moi, ils surkiffent les pois chiches germés… 😦 )

  7. bonjour j’adore venir piquer des petites idée de recettes d’ailleurs je voulais te demander si ca te dérange pas si tu avais une idée de creme dessert pour tous les jours pas trop lourde pour une fin de repas je ne sais jamais quoi prendre d’autant que je ne mange pas de lait de vache
    toi par exemple que mange tu
    merci beaucoup
    marine

    • Bonjour Marine, merci de ton message !
      Difficile de te conseiller, car il y a vraiment l’embarras du choix, tout dépend ce que tu aimes et si tu préfères que tes crèmes soient crues ou non…

      Pour ma part, je raffole des crèmes ou glaces à la banane, d’autant qu’elles sont très simples à faire : si tu as un bon mixer, congèle quelques bananes coupées en rondelles et mixe-les avec un petit peu de lait végétal et 2-3 glaçons. Tu obtiendras ainsi une base de glace délicieuse, à la saveur de banane très subtile et qui fait plutôt penser à une glace à l’italienne, très crémeuse et fondante. Ensuite, je la customise à l’infini : poudre de cacao, caroube, fruits rouges, cannelle et raisins secs… la gamme est large ! Tu peux encore substituer les bananes par des mangues, pour une glace nettement plus fruitée.
      Ces glaces sont très légères, pour plus de gourmandise, tu peux y ajouter une petite poignée de noix de cajou trempées, qui donneront du corps et encore plus de douceur à ta glace.

      Si tu préfères une préparation à température ambiante, tu peux aussi opter pour du très léger : du lait végétal, 1 ou 2 glaçons, un sucrant (sirop d’agave, érable, etc.) et un épaississant (comme la gomme de guar, qui fonctionne à froid, on la trouve dans le rayon ‘sans gluten’ de ton magasin bio – il suffit juste de mettre le tout dans le bol d’un mixer et de mixer / tu peux aussi utiliser de l’agar-agar, mais il faudra chauffer celui-ci dans un peu d’eau/lait avant de l’incorporer à la préparation puis de le laisser refroidir, tu auras plutôt une crème façon ‘flan’). Libre à toi d’ajouter les parfums de ton choix : ma combinaison favorite étant purée de noisette et cacao, une merveille !

      Enfin, tu peux également préparer une sorte de ‘fromage blanc’, comme le propose Hélène ici : http://green-me-up.blogspot.fr/2012/07/fauxmage-blanc-cru-courgette-et-coco.html A toi de jouer sur les proportions pour obtenir une préparation qui te convienne. En tout cas, c’est très simple et très bon !

      N’hésite pas, si ces suggestions ne te satisfont pas, j’en ai encore plein la tête ! 😉

  8. Ton image n’est pas mal du tout. Dans ma famille, je me suis détachée de l’arbre qui pourrissait lentement de l’intérieur, je suis moi même devenu arbre très loin. Aujourd’hui, je laisse pousser mes propres ramifications. Au début, c’est pénible, mais aux premiers bourgeons de soi, ça devient vraiment beau !
    C’est une très belle façon de vivre l’anniversaire de ton frère et il est gâté, c’est vraiment le genre de gâteau dont on n’aurait même pas oser rêver enfant tant il est beau ! Bon anniversaire et bons voyages à lui !
    Bravo à toi pour cette oeuvre d’art, c’est vraiment bien trouvé, j’ai très envie de ce gâteau qui vole au vent ! J’ai encore envie de dire bravo bravo !

    • Parfois, effectivement, on ne peut pas faire autrement que de se détacher de l’arbre mère, il en va du salut de l’espèce… J’espère en tout cas que tes bourgeons donneront de magnifiques fleurs et, qui sait, de beaux fruits et de nouvelles branches… 😉
      Merci beaucoup en tout cas pour ton petit mot, c’est très gentil à toi !
      Je crains pour le moment que mon frère ne puisse trop réaliser ce genre de gâteau là où il est, mais quand il reviendra, il aura le droit à un gâteau encore plus beau ! 😉

  9. Merci encore Ophélie j’ai hâte de le manger pour de vrai! Et merci encore pour le très gentil message! Gros bisous ouzbeks!

    • Merci à toi grand frère ✿
      Il faut maintenant que je t’avoue, je l’ai déjà mangé… mais, promis, quand tu reviens, je t’en fais en énooooorme et encore plus mieux ! 😉
      Plein de bisous à toi et bon périple !
      (et très chouette adresse email… 😉 )

  10. Huhu, dommage que tu l’aies déjà mangé, je me serai bien proposée de venir jusqu’à toi pour le goûter à la place de ton frère 🙂

    J’adore découvrir tes créations crues : une vraie artiste en cuisine crue !
    Oui, parce que tu fais bien plus qu’inventer des recettes crues (et gourmandes) : c’est de l’art que tu nous fais 🙂

    • Tu es la bienvenue ici quand tu veux Mély !
      (d’ailleurs, tu devrais bientôt recevoir un avant-goût de ma région dans ta boîte aux lettres… 😉 )

      En tout cas, merci beaucoup pour ton petit mot, c’est très, très gentil à toi.
      Je ne me lasse pas de la pâtisserie crue, alors, ne t’inquiète pas, il y a de fortes chances que je prépare de nouveaux gâteaux – que, peut-être, tu finiras par goûter 😉

  11. Joyeux anniversaire à ton frère! C’est rigolo, aujourd’hui, c’est mon anniversaire! Et j’ai préparé également un gâteau cru: une tarte à la myrtille et au chocolat blanc avec du beurre de cacao(j’adore son goût), la base est constituée de noix d’amazonie, de dattes , de vanille et de sel, la crème au chocolat blanc de beurre de cacao, de noix de cajou, d’agave, de vanille, d’huile de coco, et de nibs de cacao cru, j’ai parsemé de myrtilles fraîches.Délicieux!!!Je la publie ce WE, là, je ne peux pas, à cause de problèmes familiaux(décès de mon beau-père), il a beaucoup de choses dont il faut s’occuper et les enfants sont très affectés, ils ont besoin d’être très entourés, d’être rassurés
    En tout cas, ton gâteau me plaît énormément, en plus j’adore le cassis. Il faut que j’essaie d’incorporer de la courgette à la crème de cajou, ça m’intrigue de plus à en plus cette histoire .J’ai déjà essayé avec du poivron rouge pour faire une sorte de sauce fromagère aux noix de cajou et c’est très bon.
    Pour ceux qui n’aime pas le chocolat blanc, le beurre de cacao n’a rien à voir, je déteste le chocolat blanc par contre le beurre de cacao , c’est franchement délicieux, le goût est très différent.Il faut essayer!

    • Merci beaucoup Ingrid,
      Je te souhaite beaucoup de courage pour affronter cette situation et je comprends, bien sûr, que le moment soit loin d’être idéal pour publier une recette si alléchante.
      Même si ce n’est peut-être pas très opportun, je te souhaite un très bon anniversaire ✿
      D’après ce que tu décris en tout cas, ta recette m’a l’air absolument succulente et j’ai hâte de la découvrir ! J’ai tenté également le mélange chocolat blanc – myrtille, c’est à tomber ! N’aie pas peur pour la courgette, tu verras, on ne la sent pas du tout, elle donne juste un peu plus de moelleux et de légèreté.

      Et tu as bien raison d’insister : le beurre de cacao des préparations crues et le chocolat blanc, cela n’a rien à voir ! Le choco blanc du commerce n’a qu’un goût de sucre et, au mieux, d’un peu de vanille… tandis qu’ici, on sent vraiment l’arôme brut du beurre ! Les fans de Galak risquent même d’être déçus… 😉

  12. C’est un bien joli gâteau d’anniversaire que celui-ci ! Apparemment ton frère ne t’en veut pas trop de lui faire envie comme ça. Moi, je trouve ça un peu dur en tant que lectrice 😉
    D’autant que les desserts crus me font de l’oeil ces derniers temps. Mais je l’avoue, la liste des ingrédients, souvent longue à n’en plus finir, a tendance à me faire peur. En plus, il me manque toujours l’un ou l’autre des ingrédients que je n’ose pas forcément substituer. Donc à part les brawnies, je ne me suis pas encore lancée.
    Le sarrasin, j’en ai toujours été fan (racines obligent). En ce moment, c’est en porridge que je le mange. Il y a quelques mois, c’était dans sa version croquante, germée-déshydratée, sur les salades vertes. Alors ta base croquante me fait très envie…

    • Merci beaucoup Belleblé,
      Pas de frustration : à toi de jouer ! 😉

      C’est vrai, les pâtisseries crues te rebutent ? Je les trouve si simple à faire ! Pas de mauvaise surprise à la cuisson : un gâteau qui ne lève pas, un dessus qui brûle, un dessous qui attache… Au moins, s’il y a un souci, on peut rectifier tout de suite et immédiatement, et puis, c’est un peu comme des mathématiques : trop mou ? une cuillère d’huile de coco ou de beurre de cacao en plus. Trop peu sucré ? Allez, une cuillère de sirop en rab, etc. C’est de la logique (version école primaire, tout de même 😉 )
      L’avantage, également, avec ce genre de préparation, c’est que tu peux tout faire séparément et obtenir autant de desserts que de strates ! Et puis, quand tu regardes la liste des ingrédients de la sorte, chaque couche appelle à un tout petit nombre d’ingrédients. Tiens, par exemple, ici, la base du gâteau peut tenir en 4 ingrédients, 3 minutes à tout malaxer, et puis, tu n’as plus qu’à ajouter des fruits frais ! 😉
      Enfin, quand tu y prêtes attention, tu te rends compte que c’est toujours un peu les mêmes ingrédients qui reviennent… C’est juste que les oeufs, le sucre, la farine et le beurre sont remplacés par des fruits secs, des noix et des purées ou beurres de noix, et voilà !

      Honnêtement, j’étais comme toi il y a encore quelques temps, et c’est tellement intuitif maintenant ! Pour moi, c’est beaucoup plus simple que la pâtisserie traditionnelle… et tout aussi gourmand !

      • Merci pour ta longue réponse.
        A moi de jouer, tu as raison !
        Je ne dirais pas que les pâtisseries crues me rebutent, c’est juste que je n’ose pas (par crainte que le résultat ne soit pas aussi bon que ce que j’espère, par crainte de gâcher des ingrédients somme toute assez chers). Tu ne prends pas de stagiaires-testeurs par hasard ?!? Et puis, j’ai toujours été un peu intimidée par les gâteaux ou entremets à étages, même en pâtisserie traditionnelle, alors…
        Bon, allez, je vais commencer par mettre du sarrasin à germer et par me procurer du beurre de cacao, parce que je n’ai pas envie de manger mes pâtisseries crues toute seul : mon Prince Gourmand n’aime pas la noix de coco, et les pâtisseries crues font souvent appel à l’huile de coco.

        • Merci à toi !
          Aucun souci pour les stages, tu es la bienvenue sur l’autre rive du Rhin quand ca te chante !
          C’est amusant, moi je suis obsédée par les couches : jeux de textures, parfums, couleurs… c’est peut-etre pour cela que j’aime autant les triffles au petit-déjeuner ! 😉
          Et pour l’huile de coco, je te comprends, sa saveur peut etre forte, c’est pourquoi j’aime bien utiliser le beurre de cacao qui change vraiment ! Sinon, as-tu déjà essayé le beurre de coco ? Avec lui, on peut changer d’avis du tout au tout sur la noix de coco ! 😉

          • Rhôoo… Cela me ferait drôlement plaisir…
            Alors, toi aussi, tu es convaincue par le beurre de coco !?! Mély m’avait déjà fait envie, au point que j’ai ressorti ma machine à laits végétaux (à défaut de super blender) pour essayer de m’en faire. Texture pas très lisse, goût de coco marqué : j’adore (surtout en sauce beurre de coco/cacao cru/sirop d’agave), mais je n’en ai même pas proposé au Prince Gourmand. Il va falloir que je farfouille sur le net pour en trouver du vrai maintenant, mais je ne crois pas qu’on en trouve en France.

            • Oh oui, le beurre de coco, je crois que je suis tombée dedans quand j’étais petite (enfin, il n’y a pas si longtemps que cela… 😉 )
              J’avais publié deux recettes qui lui font la part belle : les fleurs de coco et la pâte à tartiner chococo (qui ressemble un peu à la crème que tu prépares).
              D’ailleurs, si ton blender n’est pas assez puissant, tu peux trouver du beurre de coco en ligne (Keimling toujours !) et même au cacao… 😉

  13. merci beaucoup pour toutes ces belles idées la gomme de guar m’interresse mais je ne sais pas trop dans quelle proportions l’utiliser
    Si tu as d’autre idées je suis toute ouie pour des petits dessert léger et crémeux
    merci beaucoup
    marine

    • Tout dépend de la quantité de liquide que tu veux épaissir je dirais, et de combien tu souhaites l’épaissir. De petites quantités suffisent, par exemple, 1 c. à café rase pour une crème d’environ 250 ml. C’est une mesure approximative et peut-être tu voudras en ajouter/enlever. En tout cas, il ne faut pas céder à la tentation d’en ajouter trop tout de suite, si tu vois que la crème ne prend pas immédiatement. D’ordinaire, la prise est très rapide (d’où la nécessité de le faire au mixer/blender, ou à l’aide d’un shaker, faute de quoi, tu auras des grumeaux), mais la gomme continue d’agir quelques minutes encore et la préparation s’épaissit de plus en plus.

      En travaillant avec un lait capable de ‘monter’, comme le lait de soja ou de coco, et des glaçons, tu peux même obtenir une mousse ainsi, à condition de laisser la préparation reposer.

      Le tout est d’essayer ! A tâtons, tout marche ! 😉

      Je vais réfléchir à d’autres idées, mais en attendant, teste celles-ci et reviens vers moi pour me donner ton avis !

      • Re !
        J’aime bien lire les commentaires parce qu’on apprend plein de choses ! Notamment à propos de la gomme de guar ! J’ai testé aujourd’hui une petite crème chocolatée avec le reste de gomme de guar que j’avais achetée en… 2006 (pour essayer de faire du pain sans gluten) : 100 g de chocolat noir, 400 ml de lait d’amande, 2 (ou 3 ?) c. à s. de sirop d’agave et 2 c. à c. de gomme de guar – le tout aéré au fouet pendant 5 minutes. Le résultat était très chouette. La prochaine fois, j’essaie avec du cacao !
        Merci pour toutes les précieuses infos que tu nous donne à travers ton blog !

        • Oh, je suis ravie que tu aies essayé ! (et surtout, que le résultat ait été probant 😉 )
          Juste avant de passer au tout cru, j’utilisais très souvent la gomme de guar pour tout un tas de petits desserts. En combinaison avec de la gomme de xanthane, tu peux obtenir des mousses étonnantes car leur effet se renforce et donne un résultat très aéré.
          Tu as bien fait d’utiliser un fouet : à défaut de mixer (ou de shaker), ca marche très bien !
          Merci à toi !

          • De rien ! C’était avec plaisir 😉
            Du coup, j’ai racheté de la gomme de guar. Pas de gomme de xanthane dans mes placards, mais je prends note.

        • Je suis bien d’accord avec Bellble, les commentaires et les réponses attentives et précises d’Antigone prolongent toujours le plaisir de la lecture des articles. Merci Ophélie et bravo!

  14. Effectivement alléchante cette recette! Petites questions : qu’est ce que c’est que le psyllium en poudre ( ingrédient déjà vu dans les Biscrus) et est ce que le nectar de coco est du sucre de coco et si non, j’imagine que cela peut être remplacé par du sirop d’agave?

    • Merci Yasmine !

      Le psyllium (blond) est une plante dont on se sert traditionnellement pour ses vertus thérapeutiques et pour réguler la digestion car ses graines ont la propriété, entre autre, d’être riches en fibres et, de par son mucilage, d’absorber une part importante du liquide auquel il est mélangé. Ici, la poudre de psyllium est utilisée pour son action épaississante sur la crème, comme le feraient des graines de chia, mais plus efficacement.

      J’ai décrit plus amplement le nectar de coco dans l’article : sa différence avec le sucre de coco et par quoi il vaut mieux le remplacer ici (tout du moins dans le fond du gâteau / l’agave pouvant fonctionner dans la crème). J’espère que tu t’y retrouveras !

      • Oups! J’ai lu l’article rapidement et la recette plus en détail, du coup j’ai posé une question inutile, désolée! Je vais reprendre la lecture avec plus d’attention 🙂

  15. Joyeux anniversaire à ton frère! J’espère que tu pourras le serrer à nouveau dans tes bras bientôt 🙂

    Ton gâteau… WOW et WOW! Je n’ai pas d’autres mots. Il est sublime. Tu m’en envoies un par la poste? Hihihi ;P

    • Merci beaucoup !
      Je veux bien t’en envoyer un bout, mais… j’aurais peut-être un peu peur que tu ne reçoives surtout un ‘écrasé’ de chocolat blanc-cassis-açaï… non moins bon, j’imagine, mais le mieux est sûrement que tu viennes en déguster une pointe ici ! 😉

  16. Super chouette comme recette, même si a priori le chocolat blanc me rebuterait un peu (presque complètement en fait). Mais reste que l’idée générale, et les marches à suivre sont très intéressantes.
    Je ne connaissais pas du tout le psyllium, je vais allais en lire un peu plus sur la chose. Et pour l’agave/le nectar de coco, je m’en étais fait offrir par un mec qui bossait dans un Whole Foods Market à Chicago 😀 – Ca a un goût vraiment ultra fort je trouve !
    Petite question, comme la dernière partie du dessert à tendance à prendre un peu ses aises au démoulage, ça tient quand même assez bien, où c’est plutôt du genre, démoulage de dernière minute et service illico ?

    • Merci beaucoup Löu !
      Je t’avoue que le chocolat blanc, à la base, ce n’était pas tiptop mon truc, surtout que j’ai vraiment perdu l’habitude d’en manger en devenant vg (même si je me laisse tenter de temps à autre par un petit carré de Vantastic… ) mais là, honnêtement, ça n’a vraiment rien à voir avec le Galak de notre enfance. En fait, c’est peu sucré, et l’arôme dominant, c’est bien celui du beurre de cacao, très doux et subtil. Peut-être même bien que cela pourrait te réconcilier avec le choco blanc 😉
      Le psyllium, c’était l’une des premières fois que j’en utilisais, mais j’avoue que c’est vraiment génial comme truc. J’ai enfin trouvé ce qui permet d’épaissir à froid et en restant dans le cru (contrairement à la gomme de guar par ex). Des graines de chia moulues marcheraient aussi, mais cela prendrait plus de temps et il en faudrait une quantité plus importante.
      Pour la crème ici, j’ai à peine osé en mettre (moins que ce que j’indique dans ma recette), d’où un certain affaissement au départ (le temps de prendre la photo dans la douce chaleur d’août…), mais si tu respectes les doses, aucun souci au démoulage. De mon côté, j’ai démoulé un peu trop tôt également, mais ensuite, j’ai slurpiné les bords et après, pas de souci, je conservais au frigo et sortais à l’avance, aucun affaissement à signaler ! 😉

      • Bon, comme je disais sur VG Zone, j’ai un peu de beurre de cacao qui va bientôt arriver, si il m’en reste un peu pour chacune de vos recettes j’essayerai.
        J’ai lu un peu oui, en plus d’avoir des vertus culinaires, ça en a aussi pour l’organisme, ce qui est toujours bon 🙂

  17. Merci à toi, grande prêtresse de la pâtisserie crue, belle et saine ! Là tu as fait fort, c’est vraiment un chef d’œuvre.
    Et merci pour les conseils et astuces concernant les ingrédients nouveaux (psyllium notamment).
    Une question (pardon si elle a déjà été posée, j’ai lu tous les articles, mais pas tous les comm) : où trouves-tu la vanille en poudre ? Est-elle composée uniquement de vanille, ou y a-t-il du sucre dedans ?
    Merci à toi…

    • Alors, je ne te serai pas d’une grande aide pour la vanille en poudre, car j’achète la mienne en Allemagne, il s’agit de gousses de vanille bourbon pure réduites en poudre de la marque Biovegan.

      Mes propres gousses de vanille entières attendent sagement dans la vodka d’avoir bien infusé avant que je ne m’en serve… 😉

      Si jamais tu as un déshydrateur ou qu’il fait très ensoleillé chez toi, peut-être tenteras-tu de faire sécher des gousses entières pour ensuite les réduire en poudre au moulin à café ou mixer, je t’avoue que je n’ai pas encore essayé…
      Quant à au psyllium, j’achète le mien sur le site allemand de Keimling, mais je pense qu’on peut en trouver en France. Attention cependant à bien le prendre blond, et non brun, et en poudre, et non entier. J’ai déjà essayé de moudre des graines entières : échec total ! 😉

      Merci beaucoup pour ton message Shambalah et à bientôt !

        • Oui, ça m’a l’air sensiblement équivalent à celle que je trouve (attention cependant à ne pas trop l’exposer à la lumière pour minimiser la perte de saveur).
          Aïe, effectivement, pour le psyllium, attention à ne pas tomber sur des pièges-à-couillons 😉
          J’avoue ne pas m’être penchée davantage sur les bénéfices prétendus de cette plante. J’en retiens juste qu’elle est très riche en fibres et qu’elle est très pratique en pâtisserie – mon ventre n’est pas énorme, je n’ai pas envie de m’en faire un coupe-faim ! 😉

  18. bonjour encore moi j’espère que je ne t’embête pas mais je voulais savoir si tu avais une idée d’une petite creme au sarrasin cru comme celle du petit déj mais en version dessert quelle quantité utilser merci beaucoup
    marine

    • Oh, tout dépend si le reste du repas est léger ou non, mais si c’est pour de petites crèmes, je dirais de prévoir environ 1/4 cup par personne, soit à peu près 40 g. de grains de sarrasin.
      Ensuite, il y a mille manières de les apprêter !
      – en version simple : sucre tes crèmes avec l’édulcorant de ton choix (dattes, fruits secs, sirop d’érable, agave, etc.) et ajoutes-y une cuillère à café bombée de purée d’amande ou de noisette, ce sera délicieux. Tu peux aussi opter pour du cacao, des épices (cannelle, vanille…), de la caroube, etc. Qqs bonnes combinaisons seraient par exemple : amande/sirop d’érable, cacao/noisette, figues/cannelle, etc.
      – un peu plus raffiné : ajoutes-y des fruits frais ou des petits morceaux de fruits séchés. Tu peux faire un cerise/chocolat, pomme/érable/cannelle, nectarine/amande, etc. Tu peux faire une version carrot cake, avec des épices à pain d’épice et de la carotte râpée… Un ‘exotique’ avec de la farine de coco et de la noix de coco râpée et des dés de mangue…
      – enfin, pourquoi ne pas rajouter un coulis gourmand ? Mixe une banane avec un peu de lait végétal et ajoute un parfum de ton choix (cacao, beurre de cacahuète, mélasse…). Le goût de la banane sera caché et tu auras un coulis sucré naturellement et dont le parfum donnera un je ne sais quoi de plus à ta crème !
      😉

  19. Ping : Le meilleur de l’été » Mixer Deshydrater Crudites

  20. Le gâteau a l’air délicieux, comme d’habitude, mais en fait, ce n’est pas de ça dont je voulais parler. J’y ai réfléchi l’autre jour : un vegan, ça ne mange pas de miel, je me trompe ? Sauf qu’il n’y a déjà plus assez d’abeilles dans le monde, alors si en plus on ne soutient pas les apiculteurs, on court droit à la catastrophe ! D’autant que les abeilles ne sont pas attachées, pucées, enfermées… On leur offre un toit, alors elles y restent (d’autant que leur reine y est). Mais si la reine veut partir, elle peut (non ?). Enfin je dis ça, mais en fait, je n’y connais absolument rien ^^

    • Les végétaliens ne partagent pas tous les mêmes positions sur la consommation de miel, mais, que l’on en mange ou non, on ne peut s’arrêter à l’idée d’une éternelle symbiose entre les hommes et les gentilles abeilles qui leur donnent bien volontiers leur miel…
      Beaucoup de choses pourraient être dites là-dessus, chacun est libre de forger sa propre opinion, mais plutôt que de me lancer dans une ébauche d’article ;-), je t’invite à aller lire le dossier ‘Miel’ publié dans ce magasine de la société végane, qui est particulièrement instructif :
      http://dl.dropbox.com/u/7998417/vegane_02.pdf

      • Le document ne s’affiche pas mais ce n’est pas grave.
        Je n’ai jamais prétendu (ni même pensé) que les abeilles donnent « bien volontiers » leur miel aux humains. Simplement, dans notre société, on voit une abeille, on la tue. On détruit des ruches entières sous prétexte que ça gêne, que c’est dangereux. Les apiculteurs font vivre les abeilles, ils les aiment et en prennent soin. Si l’on ne mange plus de miel, ils auront moins de travail, donc leur nombre diminuera, donc le nombre d’abeilles. Il me semble que c’est primordial de soutenir ce travail. Certes on exploite les abeilles, mais leur espèce ne s’éteint pas. C’est terrible mais je considère ça comme bien préférable.

  21. J’étais sûre d’avoir commenté mais non.
    C’est magnifique, quel beaux mariages !
    Je découvre aussi le psyllium, hyper intéressant.
    Bravo en tout cas, comme d’habitude ça fait TROP envie.

    • Merci beaucoup Déborah, c’est adorable !
      Peut-être un gâteau à faire pour célébrer (avec un peu de retard – mais mieux vaut tard que jamais !) ton véganiversaire, non ? 😉

  22. Bonjour Antigone,
    bravo et merci pour ton blog. J’espère ne pas poser des questions déjà traitées, j’ai bien utilisé « pomme + F » avant de me lancer !
    Tout d’abord, tu dis que le nectar de coco est le sucrant à l’IG le plus bas (35), mais celui du sirop d’agave est de 15, non ?
    Et ensuite, où peut-on trouver du nectar de coco ?

    Merci d’avance, et bonne continuation !

    • Merci de ton commentaire Maria !
      Alors, effectivement, tu as raison, le sirop d’agave présente un index plus faible que le sirop de nectar, mais… (car il y a toujours un mais) 😉

      Depuis quelques années, le sirop d’agave est de plus en plus questionné quant à ses prétendus ‘bienfaits’ pour la santé. Dans la grande majorité des cas, le sirop d’agave qu’on trouve dans le commerce n’est pas cru, mais il a été chauffé et hydrolysé à des températures extrêmement élevées, selon le même procédé que le sirop de glucose-fructose (maïs) ce qui fait qu’à la fin, on obtient un produit contenant plus de 90% de fructose – soit bien plus que le sirop de maïs utilisé en masse dans l’industrie agro-alimentaire. Le fructose obtenu n’est pas le même que celui des fruits, ou lévulose (un composé naturel assimilé par l’organisme en même temps que des fibres, des acides aminés, etc.), car il est dépourvu de ces éléments essentiels à sa digestion. Il est ainsi métabolisé par le foie et transformé en triglycérides et en tissu adipeux : du gras et, entre autre, un risque accru de maladies cardio-vasculaires.

      Le nectar de coco, quant à lui, est composé de 0.5% de glucose, 1.5% de fructose, 16% de sucrose et 82% d’inuline. Il est donc recommandé dans le cadre d’une alimentation anti-diabète et, miracle, il est également riche en acides aminés, vitamines C et B, minéraux. Son pH est basique, donc pas de danger d’acidification non plus pour le corps.

      Voilà ! Mon avis n’est pas entièrement tranché pour le sirop d’agave, mais ce que je sais, c’est que je privilégie autant que possible le nectar de coco – dont le goût est également à tomber !

      Pour le trouver, j’ai donné des indications dans les commentaires de cet article.

  23. Aoutch, en effet, ça me refroidit sur le sirop d’agave (non cru), que j’utilise pour ainsi dire à toutes les sauces… Dommage que le cru soit significativement plus cher. Merci en tout cas pour ta réponse complète, et je m’en vais explorer les commentaires à la recherche de ce fameux nectar !

  24. Ping : Découvrez Ophélie et ses belles recettes gourmandes ! » Mixer Deshydrater Crudites

  25. Haaaaaan… S’il te plait, viens me faire la cuisiiiiine… Je te déroulerais un tapis en chanvre bio teint à la garance locale…

  26. Hello Ophélie,

    Tout d’abord j’en profite pour sortir de l’ombre : ça fait longtemps que je te lis mais j’essaie d’éviter de m’exprimer sur les internets :p
    J’adore ton blog, tes recettes et euh oserai-je le dire, ton joli minois !
    Quand j’ai vu ta recette de gâteau qui vole au vent, je me suis dit « waouh » du grand art, mais ça a l’air bien compliqué, peut-être un jour si vraiment j’ai beaucoup de temps et l’énergie, pour une occasion spéciale…
    Je gardais précieusement la page dans mes favoris et allais la voir régulièrement en me disant « ça a vraiment l’air d’être le meilleur truc du monde » *soupir*
    Et puis à Noël une amie m’a demandé de faire un dessert pour sa famille, et je me suis dit que c’était l’occasion !
    Donc j’ai osé, avec quelques modifs (de toute façon je suis in-ca-pable de suivre une recette, des fois c’en est même comique) : j’ai utilisé de l’huile de coco à la place du beurre de cacao, je n’ai pas mis d’açaï ni de psyllium et j’ai utilisé du sucre blond de canne (j’adooore le nectar de coco mais je n’en avais pas).

    Et en fait, c’était tout simple ! Donc si certains comme moi se disent « ouh la c’est trop compliqué », foncez 🙂

    Verdict : c’était absolument délicieux, très joli, fin, la grande classe quoi !
    Je le referai c’est certain, il est entré dans mon panthéon personnel, c’était il y a des mois mais j’y pense encore, donc je me suis dit qu’il fallait quand même que je te remercie et que je te fasse part de tout ça 🙂

    • Oh, merci Ash, c’est adorable !
      Et qu’est-ce que ça me fait plaisir de lire que tu as fait cette recette ! Moi qui me disais récemment que personne n’avait l’air de la faire… Je suis super heureuse ! 🙂
      D’ailleurs, grâce à toi, j’ai pu ajouter une précision : le psyllium se remplace très bien par des graines de chia (je ne sais pas pourquoi je n’y avais pas pensé avant !). Tu as très bien fait de faire toutes ces adaptations… à l’époque, j’aimais bien les recettes un peu ‘fancy’, disons ! 😉
      Merci à toi en tout cas, c’est trop gentil !

  27. Bonjour,

    Je suis vraiment une novice dans ce domaine. Mon mari est intolerent au gluten et au lactose, Merci pour ce blog!! C’etait une super experience pour une premiere fois, tres interessant!
    Mais je n’ai malheureusement pas obtenu de tecture creme lorsque j’ai mixe les ingredients pour faire la creme au chocolat blanc. Peut etre erreur de ma part, j’ai mis la courgette dans de l’eau avant ou bien je n’ai pas bien essore la poudre de lait d’amande?
    Auriez-vous un conseil pour le beurre de cacao, je n’aime pas beaucoup son gout…….

    Merci,
    A la prochaine

    • Quelle texture avez-vous obtenu ? D’une part, oui, il faut que la courgette soit sèche, pas détrempée, et d’autre part, le mixeur doit être un peu puissant ou bien il faut mixer longuement pour obtenir une crème (sans morceaux de courgette !). Je ne comprends pas sinon : vous avez utilisé de la poudre de lait d’amande ou de l’okara ? En tout cas, il faut un produit sec, et il ne faut surtout pas faire tremper la poudre !

      C’est un gâteau au chocolat… donc c’est normal qu’il y ait du beurre de cacao dedans ! Rassurez-vous cependant, normalement, son parfume est fort, mais son goût est très léger (enfin, cela dépend peut-être du beurre que vous avez acheté). Sinon, comme je le précise dans l’article, on peut le remplacer par de l’huile de coco, mais il faut aimer la coco car son goût est nettement plus prononcé.

      Sinon, il vaut peut-être mieux commencer par une recette plus facile… celle-là n’est pas la plus simple ! 😉

  28. Ping : 30 RECETTES VÉGANES POUR NOËL & LES FÊTES | Antigone XXI

  29. D’abord un bel anniversaire à ton frèrot , vous avez bien de la chance de « vous avoir » , que la Vie vous soit douce à lui et toute ta famille!
    Je vais bien sûr expérimenter cette merveille déjà en petit comité, fô bien une répétition générale hein? Puis en vrai, pour mon anniversaire aussi, dans quelques 10 jours.
    Allez, je vais te faire sourire…
    J’ai testé ta tarte crute au chocolat de ton joli livre, il y a quelques temps, mais je me suis trompée dans les proportions et me suis retrouvée avec trop de fond de tarte… Pour « ne pas gâcher » on en a mangé ….4 soirs de suite !!! Et comme ma tante nous rendait visite, elle qui n’est pas du tout végan, elle a dû s’adapter !!!! D’ Autant que je l’avais emménée dans un restaurant « tout cru » déjà ….elle a vraiment expérimenté la !!!
    Bonne soirée et merci à toi de ta disponibilité ! Un bidou

    • Merci à toi, Lilloo !
      Ha ha, je dois dire que ton message m’a fait bien rire ! 😀
      Quand tu as trop de fond de tarte, n’hésite pas à en mettre de côté pour faire des petites cruffes ou des cookies crus, c’est plus simple à manger !
      La meilleure façon de découvrir une alimentation, c’est en l’expérimentant… mais là, j’espère que ta tante n’en aura pas été trop dégoûtée ! 😉

  30. Franchement j’adore j’adore ton site ….
    Notamment les desserts , moi qui avait du mal à trouver des recettes saines et sans SUCRE. (ou à remplacer par le miel)! En plus dans cette recette on peut le faire pour soi ! (quand on vit seule hi hi ) j’espère avoir encore beaucoup de recettes (notamment dessert) comme cela, cuit ou cruit, mais sans sucre , et surtout très bon pour la santé !! Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s