CRRRAWZY TEX-MEX !

*

Je ne sais pas pour vous, mais ici, l’été semble s’être achevé beaucoup plus tôt que prévu. Nuages gris, petit vent, vilaine pluie… et pourquoi pas des grêlons ?

[ndlr : avez-vous remarqué que je commence très souvent mes posts par une allusion à la météo ? Il faudrait que je réfléchisse à ce que mon inconscient essaie de me suggérer : ai-je besoin d'aller vivre sur une île au soleil ?]

Bref, toujours est-il qu’à première vue, se nourrir de salades et d’eau fraîche semble aller de soi quand le soleil cogne et que l’idée de manger chaud paraît incongrue. Pourtant, cette joie saladienne devient presque saugrenue quand les premiers frimas pointent le bout de leur nez et qu’on se surprend, emmitouflé dans la couette que l’on refuse de quitter, à rêver soupes épaisses et vin chaud…

Que m’arrive-t-il ? Y a-t-il un remède docteur ?

Oui, il y a une solution à votre mal. J’ai nommé : la raw comfort-food.

De la nourriture crue et… réconfortante… en théorie, je veux bien, mais, concrètement, en dehors de vos salades magiques et craquelins tout fins, cela donne quoi ?

Cela donne ça :

*

*

Tistou est un peu sensible à la météo lui aussi et la rentrée n’est pas facile. C’est peut-être la raison pour laquelle hier soir, il me confiait avoir des envies de ratatouille, de pasta, de plats tous simples, tous chauds, et si réconfortants. J’ai réfléchi un peu à ce que je pourrais préparer qui lui plaise et qui satisfasse mes papilles également, mes petites papilles qui se sentent bien loin encore d’avoir fait le tour de l’alimentation vivante…

Et puis, je me suis souvenue de ces magnifiques épis de maïs, vous rappelez-vous ? Je vous ai parlé récemment de ma grande découverte de l’été : le maïs cru ! Il faut en profiter : nous sommes pile dans la saison, et elle est courte ! Je vous avais promis des recettes qui bientôt suivraient. Alors pourquoi ne pas réconcilier ces épis dorés et notre envie de nourriture chaleureuse et réconfortante ? Et puis, peut-être aussi le rêve d’un ailleurs, où le soleil brûle autant que les épices des plats qu’on y savoure… L’idée du tex-mex cru était née.

Voici donc, pour ceux qui croient encore que manger cru se limite à des carottes râpées et des laitues détrempées, je vous ai préparé un chili sin carne avec des tortillas de maïs maison.

Mais chut ! Ne dites rien à Tistou, c’est une surprise…

*

*

La préparation de la recette du jour peut paraître longue, mais elle est en réalité très facile et je vous conseille de la préparer le matin pour le soir, ou, tout au moins, en début d’après-midi, histoire d’avoir les mains libres pour accueillir les invités si vous la proposez en dîner de fête. C’est un plat complet décomposé en 3 recettes, mais rien ne vous empêche de ne choisir que l’une de ces préparations seulement. J’utilise ici un déshydrateur, mais vous pouvez avoir recours à un four traditionnel – on sort alors du cru, mais ce tex-mex n’en est pas moins savoureux !

*

*

*   *   *

Raw Tex-Mex : Tortillas & Chili sin Carne

*   *   *

*

Pour 2 à 4 personnes (selon les appétits et les accompagnements)

*

Ingrédients :

Pour 12 tortillas de maïs :

  • 4 épis de maïs (650 g. de grains)
  • 75 g. de graines de lin blond
  • 150 ml. d’eau
  • 1 petit oignon rouge
  • 15 ml. [1 Tbsp] de purée de noix de cajou
  • 1 gousse d’ail
  • 1 belle pincée de sel

Préparation :

  1. La veille ou deux heures avant, faites tremper les graines de lin dans l’eau.
  2. Commencez par retirer les feuilles des épis de maïs et ôter la barbe :
  3. A l’aide d’un couteau, ‘plumez’ vos épis de leurs grains et récoltez ceux-ci :
  4. Mettez ensuite l’ensemble des ingrédients (graines de lin avec leur eau comprises) dans le bol d’un mixeur et mixez afin d’obtenir un mélange homogène. Plus vous mixerez, plus vous obtiendrez des tortillas ‘lisses’ : de mon côté, j’aime bien conserver un aspect légèrement rustique en mixant un peu moins longtemps.
  5. Répartissez ensuite la pâte obtenue en 12 cercles sur 3 feuilles de paraflexx (papier cuisson ou plaque huilée pour la version au four) :
  6. A l’aide d’une spatule, étalez la pâte uniformément en couches de 2 à 3 mm d’épaisseur :
  7. Enfournez ensuite au déshydrateur à 45°C pendant 3h-3h30 environ. Pour la version four : réglez votre four à basse température et enfournez pour 1h30-2h.
  8. Retournez ensuite vos 3 feuilles de paraflexx sur 3 plateaux ‘nus’ du déshydrateur et soulevez ensuite très délicatement les feuilles. Si vous avez des difficultés à décoller vos tortillas, c’est que celles-ci ne sont pas assez sèches et nécessitent encore 1h de déshydratation. Réenfournez ensuite pour 2h. Pour la version four : retournez délicatement vos tortillas sur l’autre face et enfournez pour 1h. Les tortillas doivent pouvoir se plier facilement et ne doivent pas être cassantes.
Pour la farce :
  • 50 g. [1/3 cup] de noix de cajou
  • 1 courgette moyenne râpée
  • 1 petit oignon rouge en dés
  • 4 champignons de Paris émincés finement
  • 1 gousse d’ail
  • 1 càc bombée de miso noir
  • 1 CàS bombée de levure maltée

Préparation :

  1. La veille ou 2 heures avant, mettez à tremper vos noix de cajou. Rincez-les bien, essorez-les puis hachez-les grossièrement :
  2. Mettez tous les ingrédients dans un bol et mélangez intimement :
Pour la sauce chili :
  • 4 tomates de taille moyenne
  • 4 à 5 tomates séchées hachées grossièrement
  • 1/2 poivron rouge en lamelles
  • 1 petit oignon rouge
  • 1 gousse d’ail
  • 1 datte en dés
  • 1/2 càc de cumin moulu
  • 1/2 càc de paprika
  • 1/4 càc de piment (ou plus, selon les goûts)
  • 1 belle pincée de sel
  • 1 càc de psyllium en poudre (optionnel, si trop liquide)
  • 1 portion de farce (cf. recette précédente)

Préparation :

  1. Mettez l’ensemble des ingrédients dans le bol, excepté la farce.
  2. Mixez brièvement pour obtenir un mélange non-homogène :
  3. Mélangez ensuite la farce à ce coulis et étalez le tout sur une feuille de paraflexx :
  4. Mettez ensuite à déshydrater 3h à 45°C. Pour la version four : étalez sur une plaque huilée et enfournez pour 1h. Vous pouvez aussi le faire mijoter à la poêle à feu très doux. Le mélange ne doit surtout pas être trop sec après déshydratation ou cuisson.

*

Ça a l’air long, mais en fait, il s’agit juste d’une série d’étapes à suivre ! Comptez 30 min. max. pour les tortillas et 20 min. pour le chili. Tortillas et chili se conservent 3 jours environ dans un contenant hermétique au réfrigérateur.

Vous avez la flemme de faire l’une ou l’autre des recettes ? Vous ne trouvez pas de maïs ? A défaut de tortillas, utilisez des grandes feuilles de salade en guise de wraps, c’est un peu plus frais et tout aussi bon ! Vous pouvez aussi choisir de ne préparer que le chili, sans la farce : vous aurez une délicieuse salsa !

Servez les tortillas d’un côté et le chili de l’autre, avec pour accompagnement de l’avocat ou du guacamole, des feuilles de coriandre, de la salade et des graines germées. Et surtout… régalez-vous !

*

*

Et vous, quel est votre plat Tex-Mex favori ?

*

>LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <

67 réflexions sur “CRRRAWZY TEX-MEX !

  1. Haha, je vois que tu commences à oser mettre des écritures sur tes photos !
    C’est assez ouf, on croirait vraiment du pas cru, notamment pour la garniture non-carnée – et j’imagine que les pruneaux feraient l’affaire à la place des dattes.
    Ouais là je suis scotchée quand même !

    • Ouiiii, j’ai craqué, c’est grâce à Laura qui m’a indiqué ce fabuleux site avec tout plein d’écritures à gogo… je n’avais plus qu’à chercher ‘Mexican’ et j’en avais plus d’une vingtaine au choix, je suis addict ! ;-)

      Oh, tu peux même omettre la petite datte, c’est juste pour balancer un peu l’acidité des tomates et donner un peu de rondeur. J’ajoute que le pruneau irait peut-être même encore mieux ici, je lui trouve un petit côté ‘viande’ qui se glisserait merveilleusement bien dans la recette – merci pour la suggestion !

  2. Tu viens de m’achever là ! Bordel mais parfait quoi !
    Sans lire le descriptif tu ne vois même pas que c’est cru tellement c’est maîtrisé !
    Forcément je vais le faire, sauf que dénicher du maïs bio entier cru, je vais m’mauser… Hors de question de l’acheter non bio.
    Je ne dis pas ça pour te flatter hein, je suis sincère, nan mais franchement, tu assures ! J’ose espérer que tu participeras au concours Saveurs Durables hein ?
    Ohlalalalalala je ne pense pas que tu te rende compte en fait, tu dis que moi je fais des trucs bien, mais tu t’es pas regardée hein ;)
    C’est un plat déshydraté assez rapide à faire au final, même la déshydratation n’est pas longue !

    (ok, je veux du maïs !!!! Je le veux, je l’aurai, j’irai voir le maraîcher bio demain tiens, qui sait…)

    En tout cas, un grand bravo ! C’est officiel, tu gères !

    (j’pourrai viendre à ta maison si je passe dans le coin ? Steupléééé, j’serai super sage, je te ferai les ongles si tu veux, allez dis ouiiiiiiiii)

    (oui bah ok j’me calme, j’suis enthousiaste je sais, mais que veux tu, avec des photos comme ça, dur de rester normale…)

    • Whouhouuu, Laura, tu ne me vois pas là, mais j’ai les oreilles rouges rouges… et brûlantes !

      Un grand, grand merci à toi, c’est adorable ! J’espère vraiment que tu trouveras du maïs bio, le mien est produit localement (j’ai vraiment beaucoup de chances) et j’ai réussi à ne pas craquer et ne pas le manger à même l’épi – grosse tentation, c’est tellement bon ! J’espère que ça te plaira si tu essaies…

      Et oui, tu l’as vu, en fait, c’est assez rapide à préparer, le grand avantage de faire des tortillas soft et non pas des tacos : tu peux commencer en début d’après-m pour le dîner, à condition d’avoir mis à tremper le matin les graines, c’est plus spontané que pas mal de préparations crues !

      Euh… pour le concours, a priori, je ne pensais pas participer… je suis un brin timide et les concours, ça me stresse un peu, la compétition et tout ça… mais je soutiens à fond le principe des Saveurs Durables !

      Merci beaucoup encore ✿

  3. Nan mais THE recette qui donnera envie de bouffer cru à n’importe qui de même pas vegan! Et moi ça me fait encore plus envie d’acheter un nouveau déshydrateur (le mien a des plateaux ronds avec un gros trou au milieu où passe l’air, bref toit sauf pratique…et impossible de faire des wraps ou du cuir de fruits, trop les boules!) Je suis super fan de l’idée de la "viande" de cajou-courgettes-tomates, ça a l’air vraiment top, j’ai trop hâte de pouvoir me remettre a expérimenter plein de choses dans un mois et tester tes recettes crues qui ont l’air au top :D

    • Merci beaucoup Marie ✿
      Ah ça c’est dommage effectivement d’avoir un déshydrateur avec lequel tu ne puisses pas préparer des wraps, des cuirs ou des crackers, je carbure à ça en ce moment ! ;-)
      J’avoue que j’ai beaucoup aimé le chili : la déshydratation lui apporte vraiment un côté ‘plat mijoté’, c’est assez bluffant… la prochaine fois, j’en fais deux fois plus, ça part trop vite !
      Et vivement le mois prochain alors ;-)

  4. Ophélie, c’est superbe !!! (j’étais partagée entre l’envie de t’envoyer un mail et de commenter, je commente d’abord :-)

    Justement, samedi au marché, j’ai acheté un épi de maïs pour la première fois de ma vie, car je me souvenais bien de t’avoir lue en parler. Il est là, enveloppé de ses feuilles avec un toupet qui dépasse. J’aurais dû en prendre plus :-( mais comme je n’ai plus de cuisine je n’ai pas osé…

    Mon plus vif souvenir tex-mex reste le chili con carne de la cantine en prépa (ma prépa était et est toujours célèbre pour sa cuisine répugnante…). Un truc innommable, avec des bouts de carne surcuite flottant à la surface d’un ragoût rougeâtre. Comme le tex-mex reste associé dans mon esprit aux vilains tacos industriels, je ne me suis jamais beaucoup intéressée à cette cuisine. J’aime le guacamole et le cacao, c’est mex, non ?

    Et le maïs, j’aime beaucoup. La classique polenta, cuite looonnngtemps, bien crémeuse… Oui, je te vois grincer des dents ^^. Maintenant tu me donnes envie de le goûter cru, cet épi, je vais voir comment lui faire un sort sans déshydrateur !

    Bravo, c’est fun, c’est beau, ça doit être fameux, ça donnera du pep’s à ton Tistou stressé, c’est certain. J’espère qu’il ira bientôt mieux, ton sombre héros :-).

    • Oh merci beaucoup Hélène !

      Alors, déshydrateur ou pas, tu as vraiment bien fait de l’acheter cet épi ! C’est amusant, avant, j’achetais des épis sur des coups de tête et puis je ne savais jamais trop quoi en faire, je me galérais à essayer de les cuire dans une casserole trop petite et ça finissait toujours par de la déception… et puis en fait, il y a eu cette évidence : le maïs cru, c’est teeeeeellement bon !
      Je ne dis pas ça pour faire l’apologie du cru, car il y a des aliments que, j’avoue, je préfère cuit (les lentilles corail par exemple…), mais mordre dans un bel épi de maïs à pleines dents, c’est vraiment quelque chose ! C’est si sucré, si rafraîchissant, bref, c’est trop bon ! Ne te tracasse pas plus longtemps : mords dedans et tu m’en diras des nouvelles !

      Ah, j’avoue, la nourriture de prépa ne m’a pas laissée des souvenirs flamboyants moi non plus. Chez nous, ce n’était pas le chili, mais la fameuse ratatouille… jamais goûtée, mais qui ne m’a jamais tentée non plus ! Je finissais souvent en me gavant de pain blanc et de salade – puis de bonbons, une fois dans ma chambre… les douces joies de l’internat ;-)

      Ne me parle pas de polenta, j’essaie de ne pas y penser… ma version préférée, c’est sucré, au petit-déjeuner, tout chaud et tout crémeux, mmmm… ;-)

      Oh, je crois que ça a redonné un peu de baume au coeur à Tistou, c’est sûr ! En tout cas, il a fait honneur au plat ! ;-)

      Merci encore ✿

  5. Ohhh miammm!!! Ton plat à la mexicaine me fait vraiment envie. Ta version de tortilla crue semble vraiment appétissante…du moins au look et selon les ingrédients :) J’ai déjà fait des tortillas crues par le passé, mais j’avoue avoir été un peu déçue. Le goût des graines de lin était beaucoup trop puissant. Tu me donnes envie d’essayer à nouveau. J’vais toutefois attendre de m’avoir du bon maïs frais. Le maïs de notre coin de pays cette année est plus ou moins intéressant. Presque pas de goût. Ahhh oui, c’est-y pas bon du bon maïs cru, hein ?! J’ai découvert le maïs cru 2-3 années passées et j’ai adoré.

    Merci de ton beau partage Antigone. Tu as vraiment du génie côté "cruisine" et pleine de bonne idée :)

    • Merci beaucoup Jessica !
      J’espère que tu arriveras à dégoter de beaux épis de maïs, ça vaut le coup !
      Je ne trouve pas qu’on sente trop les graines de lin ici, honnêtement : il faut dire qu’elles représentent juste 1/10è de la recette !
      Si tu essaies, n’hésite pas à me dire ce que tu en penses… ;-)

  6. Ouh là là, que cette recette est tentante et tes photos sont extras ! Je suis un peu comme Laura;……pour l’instant, je n’ai pas encore trouvé de mais bio donc, je vais attendre un peu …j’espère pas trop longtemps pour pouvoir suivre pas à pas cette recette et regaler ainsi toute la famille !
    Pour firnir, un seul mot : BRAVO

  7. Oh là là ! J’en reste sans voix ! J’adore !
    J’ai dû récolter mes épis de maïs avant de partir en vacances : les perce-oreilles adorent ça… autant que moi ! J’en ai emporté quelques uns dans mes valises pour en faire profiter mes parents (l’occasion aussi de refaire mes wraps végétaux) et les autres je les ai mis au congélateur. Pas sûr que je puisse les manger crus maintenant… Sinon je demanderai à mon maraîcher préféré.
    La question de la météo revient aussi souvent sur mon blog. J’attribue cela à mes origines : en Bretagne, au lieu de dire "Bonjour, tu vas bien ?", il est fréquent de dire "Bonjour, il fait beau, hein ?".
    Et c’est aussi une question que je me pose par rapport à l’alimentation vivante. Quand il fait froid (genre -15°C), j’ai besoin de manger chaud. Quand il fait chaud (genre +35°C… Mais pourquoi est-ce que je suis venue habiter ici, moi ?!?), j’aime manger froid. Il y a toujours moyen de tiédir les plats et boissons à 40°C, mais serait-ce suffisant ?

    • Merci beaucoup !
      C’est amusant, quand je t’ai vu publier ton article autour des tortillas, je n’avais pas encore mis au point ma recette, mais je l’avais en tête, alors j’ai bien souri de te voir autour des mêmes thèmes ;-)

      Oh, tu récoltes tes propres épis de maïs ? Je t’envie… les nôtres ne viennent pas de très loin (une presqu’île à 5-6km) et nous les ramenons glorieusement le week-end sur nos petits vélos. D’ailleurs, je pense que, même s’ils ont été congelés, ils conviendraient très bien dans ces tortillas : crus dans une salade, j’aurais eu des réserves, mais là, c’est un peu comme un smoothie de maïs déshydraté, alors congelé ou non, ça doit marcher ! ;-)

      C’est une question qu’on me pose souvent… et même si j’ai tendance à répondre : pas de souci, tiède c’est parfait, manger chaud exige de l’énergie qui refroidit le corps, on peut faire des soupes au vitamix, jouer sur le côté ‘réchauffant’ de certains aliments (épices, gingembre, etc.), et puis, je ne me prive pas de thés et d’infusions… et bien, je continue de me poser la question.
      Je sais bien que, dès qu’il fait beau, j’ai envie de manger cru – ce n’est d’ailleurs pas pour rien que j’ai entrepris le 100% cru en été – mais quand les premiers frimas surviendront… je suis frileuse… vais-je vouloir me ruer sur une soupe épaisse et chaude, ou bien la ‘chaleur’ des préparations crues me suffira-t-elle ? Suspense… ;-)

      • Bonjour, super recette testée et approuvée mais en version four à 100° pour les galettes par manque de temps (ou d’organisation plutôt) ! Par rapport à ce commentaire, je pensais que manger chaud/tiède demande justement moins d’énergie, la digestion se déroulant à une température de l’ordre de 38°, il est inutile de fournir l’énergie nécessaire à réchauffer le bol alimentaire. Après il y a des aliments de nature différente, froide, neutre, tiède ou chaude. Le piment par exemple est bien évidemment de nature chaude et stimule le métabolisme.

        • Merci beaucoup Laurent ! Je suis ravie que la recette ait plu !

          Pour ce qui est de la température d’ingestion des aliments, manger trop chaud comme trop froid demande de l’énergie au corps : l’idéal, bien sûr, est de manger dans un créneau entre température ambiante et température du corps… mais a-t-on toujours envie de cela ? ;-)

  8. Ophélie, ou la reine du cru étonnant !
    C’est hallucinant tout ce que tu fais :-)

    Lorsque j’ai vu les photos (et lu les 3 premières lignes), je me suis dit : "Tiens, une recette non crue".
    Ben tiens !
    Je me suis bien trompée…

    Au final, tu as bien raison : elle est ultra simple, et absolument géniale.

    Bravo :-)
    Continueeee (on en veut encore !)

    • Merci beaucoup Mély ✺

      …et oui, on reste dans le cru ! ;-)

      C’est vraiment pas très difficile à faire et les tortillas peuvent s’enrouler autour de tout un tas d’autres ingrédients gourmands… du coup, moi qui n’avais jamais été une grande fan, plus jeune, des galettes de maïs style Old el Paso, j’ai découvert ce qu’étaient des vraies galettes de maïs… et c’est un autre monde !

  9. C’est magnifique! Je sens que je vais tenter ça la semaine prochaine (mais en version flemmarde, en achetant des tortillas toutes faites: pas de deshydrateur à la maison, et une flemme monstrueuse ces temps-ci).

  10. Wouah, c’est étonnant, j’aurais juré qu’il y avait des haricots rouges dedans. (J’étais prête à te prendre en faute : ha mais les haricots sont pas cru : raté ! Tant pis pour mon mauvais esprit et bravo à toi !) :-D

  11. Premier commentaire sur ce blog que je suis avec beaucoup de plaisir. Je commence donc par vous remercier, c’est très inspirant. Bravo, et merci!

    J’écris aussi en réponse à plusieurs commentaires qui cherchent des épis de maïs bio. J’en trouve sur Paris, à la biocoop bd Sépastopol et j’en trouvais aussi au marché bio du Bd Raspail quand j’y allais.

  12. Haha, c’est magnifique cette tortilla ! Bravo pour cette création !
    En tant que végétalienne, je ne ressent pas vraiment le besoin de consommer des produits qui imitent les produits animaux (mais je le fais quand même parfois par défi culinaire) Mais avec le cru, pour l’instant en tout cas, j’ai envie de retrouver des plats que je connais de temps en temps. Même si je n’ai en fait que rarement mangé des tortillas mexicaines, ça me fait très envie !
    Pour ce qui est du maïs cru, je l’ai découvert cet été, c’est délicieux. Mon amoureux est carrément tombé… amoureux, il a poussé de grands cris de joie en mangeant son premier épis ! J’espère en trouver encore demain au marché bio…

    • Merci beaucoup !
      Pour ce qui est des produits animaux, je t’avoue, moi non plus… je ne suis pas du tout simili-carnés et je ne regrette pas du tout le goût de la viande, c’est le moins qu’on puisse dire ! D’ailleurs, si ça peut te rassurer, la farce ici n’a rien à voir en goût avec la viande de boeuf traditionnellement utilisée ! Je me demande pourquoi j’ai utilisé ce mot de ‘viande’… bon, je change, ce sera ‘farce’ maintenant ! ;-)

  13. Je me pose la question des feuilles de Teflex, qui contiennent du téflon que l’on veut éviter en cuisine cuite… Quid de l’innocuité de cette matière ?

    • Alors, tu as bien fait de poser la question, ce qui m’a amené à une rectification sur l’article : ce ne sont pas des feuilles de Teflex (à base de teflon), mais des feuilles de paraflexx, à base de silicone.
      Je crois que, s’il n’y a pas de risque ici, c’est surtout parce qu’il n’y a pas de cuisson et, si je ne me trompe, le silicone non-chauffé est une matière inerte et sans danger. Bon, après, il faudrait vérifier de plus près, je t’écris ce qui me semble le plus logique a priori.
      On peut lui substituer des feuilles de papier cuisson, mais je me dis que c’est un tel gâchis de papier… :-(

      • Merci pour ta réponse qui m’éclaire. J’ai pensé aussi aux feuilles de cuisson mais même si elles sont réutilisables deux ou trois fois, on ne va pas bien plus loin, c’est donc comme tu le dis un beau gâchis. Il est vrai que le silicone serait sans danger à froid (40°C ça va encore je crois), à vérifier. Merci !

  14. Olala, c’est magnifique ☼ !!! J’adore vos article sur la cuisine. Je ne commente pas souvent, parce que je n’ai pas du tout le temps de préparer des bons petits plats (et donc pas grand chose à ajouter), mais je suis admirative. Et je garde les idées pour plus tard !

  15. Coucou,

    J’ai eu l’occasion de faire cette recette ce week end, même si je n’ai pas de déshydrateur (j’ai utilisé le four) et c’était très bon! Quelques aménagements, en fonction de mes placards et de mon frigo : graine de lin brunes, purée d’amande au lieu de cajou, pas de champignons mais du poivron. Mon homme a apprécié, même si "les tortillas qu’on achète sont meilleures". Avec de l’avocat et de graines germées (poireaux et brocolis, en promo… bah oui, pas eu le temps de faire germer celles ci, j’avais du quinoa en route pour une autre recette) c’était un délice.

    Merci pour ta recette!!

    • Merci beaucoup Anne !
      Ah, évidemment, les tortillas du commerce sont différentes… mais la plupart contiennent une si petite dose de maïs (voire même pas du tout) que je préfère la version maison, où la saveur du maïs domine davantage… En tout cas, je suis ravie que tu aies essayé et que la version ‘four’ ait fonctionné !
      Je découvre en même temps ton blog – waow, je suis impressionnée par tes doigts de fée en couture ! ;-)

  16. Coucou ! C’est encore moi ! :)
    Dis, tu crois qu’on peut faire de la soupe de maïs cru ?! Je ne trouve rien sur internet à ce sujet, toutes les soupes de mais sont des recettes à partir de mais en boîte, ou alors de mais en épi, mais cuit… En fait, j’avais envie de faire celle-ci http://mynewroots.blogspot.fr/2012/09/cashew-corn-chowder-with-cilantro-cream.html, mais en zappant la cuisson… Comme je n’ai pas envie de massacrer mon maïs et d’être déçue dès ma troisième recette Vitamix (la première était une délicieuse soupe tomates-champignons-cajou, toute crue, la seconde sera le parfait de sarrasin demain matin), je me suis dit que j’allais te demander, je suis sûre que tu es la plus à même de savoir ce genre de choses ! ;)

    • Alors, aucun souci pour la soupe de maïs cru au Vitamix ! Je me fais souvent des petites crèmes à base de maïs de la même manière et quand j’ai vu la recette de Sarah, je me suis tout de suite dit que j’allais la faire en version crue !
      Donc, tu peux à mon avis y aller les yeux fermés… ça doit être délicieux.
      Mmm… ta soupe de tomate devait être tout aussi délicieuse d’ailleurs ! ;-)

      • Merci pour le conseil ! Je ne l’ai pas faite ce soir, parce qu’en plus de la question du maïs, j’ai eu un doute sur le fait d’utiliser des noix de cajou non préalablement trempées (petit problème de logistique, haha). Mais finalement, ma recette de soupe de tomates-champignons (trouvée ici : http://veganbio.typepad.com/veg_anbio/recettes_crues_soupes/) utilisait AUSSi des noix de cajou, sauf qu’elle précisait que le trempage était facultatif avec un blender puissant, donc je me suis lancée et ai ouvert de grands yeux en voyant le shitaké non réhydraté et les tomates entières devenir un velouté hyper lisse, délicieux et nutritif, en quelques secondes !
        Bon alors demain soir, soupe crue de maïs en rentrant de la gym ! Miam !
        (je crois que je ne vais plus utiliser mes dents pendant quelques temps, avec le nouveau bébé Vitamix, hihi)

        • Aucun souci pour les noix de cajou non trempées avec le Vitamix, ça passe ! Le trempage avec les noix de cajou sert seulement à les attendrir, puisqu’elles ne peuvent pas germer et ne sont pas, techniquement parlant, crues. Ca m’a l’air trop bon toutes ces soupes… je crois que je vais en tenter quelques unes… Merci du lien !

          A propos de dents, quand nous avons eu Titi à la maison, au même moment Tistou se faisait arracher une dent de sagesse : je peux dire l’arrivée du super blender est très bien tombée ! ;-)

          • Haha, tu m’étonnes, un super timing !
            (oui je suis tombée sur cette liste de soupes en cherchant "soupe crue" – par grosse flemme de faire cuire des trucs ce soir-là en particulier, même si j’essaie de m’intéresser au cru, que je crois que ça ferait trop pour mon organisme de passer au végétal ET au cru – et j’y ai découvert des petites pépites).
            J’ai envie de tex mex maintenant ! A la première lecture, la recette m’a fait un peu peur peur. Et à la seconde, je réalise que ça doit aller assez vite, en fait ! :)

            • Tu m’as fait envie avec tes soupes… il faisait un peu frisquet ce soir, j’avais envie d’un truc réconfortant, et soupe crue de potimarron au Vitamix ce fut ! C’est quand même vraiment bluffant cette machine… 2-3 minutes à mouliner, et j’avais une soupe toute chaude pour dîner ! Je pense déjà aux jours froids d’hiver, quand je n’aurais pas la patience d’attendre 1h que la soupe cuise… et hop, de la comfort food en 5 minutes chrono ! ;-)

  17. Je suis toujours en admiration devant tes créations ! :)
    Bon, cette recette-là, je ne vais pas la tenter maintenant, hein… Encore un peu dur pour moi. ;)
    Par contre, je me rends de plus en plus compte de l’utilité que peut avoir un déshydrateur. Crackers, granola, fruits séchés… Ca doit vraiment être génial. Je pense mettre de côté pour m’en payer un (parce que, bon, ce n’est pas donné quand même). Tu en aurais un à me conseiller ?

    • Alors, je dirais qu’un déshydrateur est certes bien utile, mais ce n’est peut-être pas le premier objet dans lequel j’investirais dans une transition vg. Il y a déjà tellement à découvrir et à maîtriser quand tu te lances là-dedans ! Si tu as un four qui peut descendre à très basse température, tu peux l’utiliser pour un certain nombre de recettes à la place du déshydrateur.

      L’idée en fait avec ce genre d’appareil est plus générale : manger davantage d’aliments frais et crus, et favoriser des modes de cuisson qui préservent au maximum leurs nutriments (vapeur, bain-marie, basse température, etc.). Je conçois mon déshydrateur comme faisant partie d’un tout : par exemple, je me fais des jus de fruits et légumes le matin, et je ne jette jamais la pulpe qui reste, mais celle-ci finit toujours dans des crackers et des gâteaux que je sèche au déshydrateur ensuite. Je fais de même avec l’okara de mes laits végétaux. Comme ça, rien ne se perd !

      Je crois qu’une fois qu’on est bien lancé dans une alimentation vg et maison, alors un déshydrateur est un vrai petit bijou et j’aurais maintenant du mal à me passer du mien, je l’avoue. C’est pour cela aussi que j’ai investi dans un appareil haut de gamme (Sedona) car je savais qu’il me serait vraiment utile et que je l’utiliserai beaucoup. Je ne me suis pas trompée pour le moment ! ;-)

      • Oui, après, je t’avoue que je me suis toujours intéressée de près à la cuisson des aliments, de façon à les dénaturer le moins possible… Je me dis que ce genre d’appareil doit servir pas mal, même si on n’est pas VG. Et puis, les chips de fruits, les crackers ou même ton fameux grawnola (que j’ai testé au four et qui, au final, n’était pas terrible)… Un déshydrateur peut faire tout ça. Le four que j’ai ici n’est pas terrible du tout. En plus, je risque de ne plus en avoir dans quelques temps. Alors, bon, je vais y réfléchir quand même…
        Après, pour commencer, j’aurais peut-être plus investi dans un stockli… Je suis étudiante alors pour commencer, ce serait peut-être mieux. Je ne sais pas… Mais je sais que j’en aurais l’utilité.

        • Hmm, c’est sûr que depuis que j’ai investi dans un déshydrateur, je n’ai plus allumé mon four ! Peut-être avec l’hiver je vais m’y remettre, mais pour le moment, il dort tandis que le déshydrateur ronronne gaiement…

          Alors, si je peux te conseiller toutefois, c’est, même pour commencer, de prendre un déshydrateur de forme carrée (sans trou au milieu) où l’on peut déshydrater des aliments sur feuilles de paraflexx qui sont indispensables pour faire des crackers, des galettes, des crêpes, des petits pains, etc. Beaucoup de déshydrateurs n’ont que des plateaux à grille, ce qui limite beaucoup l’échelle de ce que l’on peut y sécher (fruits et légumes en général). Je n’ai pas en tête tous les modèles, mais je me demande s’il n’y a pas que le Sédona et l’Excalibur qui correspondent à cette description. L’Excalibur est un excellent appareil, mais il est assez bruyant, tandis que le Sédona est plus discret. Là encore, il y a plusieurs modèles : pour un budget plus bas et un petit foyer, pourquoi ne pas opter pour un 5 plateaux seulement ? On se sert tellement rarement des 9 plateaux en même temps…

          • D’un stockli à un sedona, on passe de 130 à 250 euros ! Glup ! Bon, et bien, je crois que je vais attendre un peu alors… ;)
            Par contre, je ne comprends pas pourquoi les déshydrateurs à plateaux ne peuvent déshydrater que des fruits et légumes. Qu’est-ce qui change vraiment, à part la forme ?
            (je deviens un peu HS, là… Je devrais peut-être carrément prendre rendez-vous avec toi ! Ah ! Ah ! :D )

            • Attention, tous les déshydrateurs sont à plateaux, mais ceux de l’Excalibur et du Sédona ont 2 types de plateaux différents, où tu peux en plus insérer des feuilles de paraflexx. Et bien, c’est simple pour les autres : imagine un cercle avec un trou au milieu… Pas facile d’y glisser une telle feuille / ou du papier cuisson pour y préparer des galettes (ok, elles auront une forme de doughnut…). Et essaie un peu de mettre une pâte assez liquide sur une grille… :-(

              Mais l’autre pb, c’est que le système de ventilation de ces autres déshydrateurs est installé en bas de l’appareil : étant donné que les feuilles sont étanches, l’air ne peut y passer et tu attendras longtemps avant que tes crackers ne sèchent ! Sur les deux premiers appareils, à l’inverse, la soufflerie est latérale : tes préparations sèchent par le côté d’abord, et non par le bas, ce qui fait que tes préparations assez liquides sèchent parfaitement.

              Non, je te promets, avec les dshydrateurs ronds, on ne peut vraiment déshydrater que des aliments simples – ce qui est déjà pas mal !

  18. Ping : Velouté froid de maïs cru et avocat | Green me up ! - Cuisine bio végétale, écologie du quotidien

  19. en fait, je m’explique, je suis homnivore, mais à tendance vegé,et de plus en plus attirée par ce mode de vie, seulement, j’ai besoin d’ une base et si vous pouvez ajouter des chtites recettes faciles pour tous les jours, je vous en serait vraiment très reconnaissante…

    • Bonjour Dominique,
      Comme je l’ai expliqué dans mon dernier article, vec ma nouvelle rubrique, Instafood, je poste désormais des recettes et idées de plats de tous les jours… Cela vous inspirera peut-être !
      Et je réfléchis à un article sur les ‘bases’ de mes placards… promis ! ;-)

  20. youpi,j’attend impatiemment, mais j’ai pris les devants,car j’ai bon appetit, donc pour ne pas me rabattre sur n’importe quoi,mis apart fruits et légumes,qques laits vegetaux,tofu,j’ai une question:la poudre de caroube vient d’ou???une autre plus importante,je suis de la generation mamie, donc pas super douée avec un ordinateur, donc je comprend pas bien ce que vous voulez dire par instagram,ou instafood?,,mille excuses d’abuser, passez un exellent weekend.

    • Le caroube, c’est originaire de Méditerranée… et c’est très bon !
      Instagram, c’est un endroit où l’on peut poster des photos et, dans mon cas, des photos de repas ! Vous en saurez plus en lisant mon article.
      Bon week-end à vous !

  21. j’ose encore une question, j’ai achetée haricots azukis, quelques bonnes idées???enfin, pas trouvée d’huile coco, je la remplace par quoi,svp,merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s