O COMME OKARA (1)

*

Vous connaissez le principe de Lavoisier ?

Mais si, vous savez, la règle qui énonce : ‘Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme’.

Et bien je peux vous affirmer sans trop me tromper qu’en 1777, lorsque ce cher Antoine Lavoisier a formulé cette loi, il venait de réaliser son premier lait de noisette et qu’il se demandait que faire avec la pulpe ainsi obtenue.

Je me suis rendue compte que je vous avais laissés un peu en plan après ma recette de lait de noisette. Genre : ‘Ne jetez pas l’okara, c’est super méga utile ! Allez, à plus !’

Pour réparer ma négligence, aujourd’hui, nous allons nous pencher d’un peu plus près sur cette petite masse fibreuse que vous avez peut-être très sagement entreposée au réfrigérateur, en attendant d’y voir plus clair. Et comme je n’ai décidément pas l’esprit logique aujourd’hui, nous allons même commencer par le sucré – avis aux impatients, le salé, ce sera pour un second billet !

*

Alors, l’okara, qu’est-ce que c’est ?

Qu’est-ce qu’on en fait ?

*

*

L’okara réfère normalement au résidu des graines obtenu à l’issue de la fabrication d’un lait de soja. Par extension, ce terme peut désigner la pulpe restante après la réalisation d’autres laits végétaux, comme celui de noisette que nous avons vu ensemble. Je vous avais dit de ne pas la jeter et si vous m’avez écoutée, vous avez bien fait car sachez qu’en Asie, on vend même cet okara dans les magasins d’alimentation : c’est en effet un ingrédient majeur de la cuisine japonaise, chinoise ou coréenne. En Europe, on se contente plutôt de le donner à manger aux animaux d’élevage…

*

✿ Pourquoi l’utiliser en cuisine ? ✿

*

D’abord, parce que c’est un ingrédient très intéressant sur le plan nutritionnel. Pauvre en gras, cette pulpe est principalement composée de fibres, mais pas seulement : l’okara de soja est ainsi riche en protéines, calcium et fer, tandis que celui de noisette contient énormément de manganèse, et beaucoup de cuivre, de vitamine E et de magnésium. Que du bénéf sur le plan nutritionnel donc, d’autant plus que l’okara vient souvent remplacer en cuisine et pâtisserie des corps gras ou à plus faible teneur en fibres.

*

✿ Comment l’utiliser ? ✿

*

L’okara est aussi intéressant sur le plan nutritionnel que culinaire. Autrement dit, il y a mille et une manières de l’apprêter. Parce que c’est un ingrédient au goût relativement neutre, il peut se glisser partout – dans des préparations salées autant que sucrées.

En gros, l’okara donne du liant et du corps à vos préparations. Il peut ainsi épaissir une soupe ou une sauce trop liquide ; il remplace les oeufs dans des cakes ou des muffins ; il donne de la texture à vos galettes de céréales et vos burgers végétaux ; il peut se substituer à des pommes de terre ou de la fécule dans des croquettes ; enfin, il donne surtout, beaucoup, beaucoup de moelleux et de fondant en pâtisserie et c’est peut-être ainsi que je préfère l’utiliser !

Sitôt votre lait maison réalisé, vous avez le choix : soit vous l’utilisez tel quel, encore humide, soit vous le faites sécher au four ou au déshydrateur. Je préfère l’utiliser humide et, si je ne m’en sers pas tout de suite, je le congèle dans un petit sachet hermétique pour l’utiliser plus tard. Toutefois, il peut être pratique de le faire sécher pour pouvoir le conserver longtemps.

*

1. L’ okara séché :*

Pour le sécher, rien de plus simple : étalez-le sur une plaque au four et faites-le sécher à basse température jusqu’à ce qu’il soit sec et qu’il ait une odeur de bon pain chaud (addictive!) ou, pour préserver ces qualités nutritionnelles, faites-le sécher au déshydrateur pendant plusieurs heures. Une fois sec, utilisez-le comme une farine ou, pour le soja, comme une poudre de protéine. Pour une idée de recette, voyez celle de Flo Makanai à l’okara torréfié.

*

2. L’okara humide :

☛ L’okara peut servir de substitut dans des recettes traditionnelles.*

Pour ‘okariser’ une recette, on peut procéder de la façon suivante :

  •  1 oeuf = 1 C. à soupe d’okara + 2 C. à soupe d’eau
  •  100 g. de farine / poudre d’amande ou noisette = 100 g. d’okara

L’okara étant riche en eau, attention à diminuer la proportion de liquide de la recette en conséquence. Vous verrez, au fur à et mesure, vous prendrez l’habitude d’utiliser l’okara dans des recettes qui en sont initialement dépourvues, et agirez au jugé.

Tout ceci reste un peu théorique ?

Prenons l’exemple d’une recette initialement sans okara et que j’ai légèrement transformée : les Muffins à la Löu.

*

*

Löu a récemment réalisé une recette qui me semblait tellement alléchante que je ne pouvais pas ne pas la faire ! Initialement prévue sans okara et sous forme de gâteau, son Butter(hazel)nuts est pourtant typiquement le genre de recette où l’okara a sa place.

J’ai donc fait plusieurs modifications à la recette : d’abord, des muffins plutôt qu’un gâteau, car j’aime bien les petites bouchées ; ensuite, une version sans gluten, car celle-ci était tout à fait possible ici sans risque que la pâte ne se tienne plus ; j’ai fait passer les petites noix hachées au-dessus plutôt qu’en-dessous, car c’était plus pratique pour des muffins, et je les ai caramélisées ; enfin, bien sûr, j’ai remplacé une partie de la farine et de la poudre d’amande par de l’okara.

75 g. de farine de blé + 30 g. de poudre d’amande

= 50 g. de farine de riz complet + 80 g. d’okara d’amande

*

* * *

Muffins à la Löu

* * *

*

 

Ingrédients :

  • 165 g. [6 once] de courge ou potimarron rôti (ou vapeur)
  • 50 g. [1/3 cup] de farine de riz complet
  • 80 g. [1/3 cup] d’okara d’amande
  • 30 g. [2 Tbsp] de poudre de noisette
  • 30 g. [2 Tbsp] de sucre complet
  • 15 g. [1 Tbsp] de sirop d’érable
  • 15 ml. [1 Tbsp] de purée de noisette
  • 100ml. [1/3 cup + 1 Tbsp] de lait d’amande
  • 5 g. [1 tsp] de poudre à lever
  • 5 g. [1 tsp] de bicarbonate de soude
  • 5 ml. [1 tsp] de vinaigre de pomme
  • 30 g. de noisettes hachées
  • 30 g. d’amandes hachées
  • 1 poignée de raisins secs
  • 1 pincée de chaque : muscade & cardamome
  • 2 belles pincées de cannelle

*

Notes & Variantes :

  • J’ai caramélisé au préalable les noisettes & amandes en les faisant revenir dans 15 g. [1 Tbsp] et 30 ml. [2 Tbsp] d’eau.

*

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 180°C.
  2. Mixer la courge avec le lait d’amande et la purée de noisette à l’aide d’un blender.
  3. Verser la purée obtenue dans un récipient, ajouter la farine, la poudre d’amande, la poudre de noisettes, le sucre de canne blond, la poudre à lever et le bicarbonate de soude.
  4. Commencer à mélanger, puis ajouter progressivement l’okara puis le mélange à la courge.
  5. Ajouter les épices, le sirop d’érable, les raisins secs et le vinaigre de pomme puis mélanger de nouveau jusqu’à ce que le mélange soit lisse et souple.
  6. Remplir chaque caissette de muffin aux 2/3. Parsemez de noisettes et amandes hachées, puis enfournez pour 15-20 min (selon la taille de vos caissettes).
  7. Laissez ensuite refroidir un peu dans les moules avant de démouler… et de déguster !
*
*
*

☛  L’okara peut également servir dans des recettes propres.

*

Les idées de recettes à base d’okara ne manquent pas ! Avant de vous proposer une petite recette personnelle, voici un petit tour des mille et une façons d’utiliser son okara dans des recettes sucrées :

♠ L’okara en tartinade : mélangez votre okara à un peu de poudre de cacao, de sirop d’agave et de purée de noisette, et vous voilà avec un super Nutella en moins de 2 minutes !

Vous pouvez aussi le mélanger à du sirop d’érable, de la purée d’amande et y ajouter quelques dés de figues séchées, et vous aurez une pâte à tartiner un peu plus originale et non moins gourmande. N’hésitez pas à varier les combinaisons : amande/caroube, cacahuète/cacao, tahin/agave… Profitez de la saveur de votre okara initial pour la sublimer. Plus d’idées ? Testez la recette de ‘Fluff’ protéiné de Gena !

♤ L’okara en macarons : l’okara peut parfaitement se substituer, en tout ou en partie, à de la poudre d’amande ou à de la noix de coco râpée dans des recettes de rochers ou de macarons, comme dans la recette de Löu de macarons d’amande et celle de Gena de macarons de coco, ou version double chocolat ici.

♠ L’okara en granola : j’avoue, j’aime beaucoup ajouter de l’okara à mon granola maison, je trouve que cela fait des petits rochers délicieux ! Vous pouvez trouver l’inspiration dans cette recette (en remplaçant le miel par du sirop d’agave) ou cette variation tropicale.

♤ L’okara dans une pâte à tarte : c’est Virginie qui a le mieux exploité l’idée, version sucrée ou salée ! Pour une version en anglais, c’est ici.

♠ L’okara dans des cakes et gâteaux : c’est peut-être la meilleure manière d’utiliser son okara, car c’est sûrement là qu’on est le plus friand de son moelleux ! Pour un cake aux bananes, essayez la recette d’Apiring Vegan ou bien celle de Végécarib. Envie de changement ? Alors voyez la recette de cake au citron de Chez Nunuch.

Vous avez plutôt les papilles chocolatées ? Alors essayez la recette de brownie de Végécarib. Ou bien, si pour vous, c’est banane ET chocolat, alors regardez cette recette de mini-cakes banane coeur de chocolat. Et si c’était plutôt chocolat-cerise ? Ou même chocolat-cacahuète ?

Pour des recettes de gâteaux originales, je vous renvoie au fabuleux gâteau aux myrtilles de Virginie, à cette alléchante recette de gâteau de pain perdu aux cerises, ce brownie façon cheesecake, ou encore ces barres de cookies aux pépites de chocolat

♤ L’okara dans des muffins : ici aussi, l’okara fait des malheurs ! Encore banane-chocolat, on ne s’en lasse pas… Pour changer : des muffins façon carrot-cake, des muffins aux myrtilles, aux framboises, ou encore à la courge pour concurrencer la recette de Löu.

♠ L’okara dans des biscuits / cookies : amateurs de croustillant, allez voir ailleurs ! Les biscuits à l’okara seront irrémédiablement moelleux, mais c’est pour cela qu’on les aime, non ? Craquez Fondez pour des biscuits aux amandes, aux noix, à la coco et vanille, au muesli, ou à la confiture

Toujours pas satisfaits ? Alors tentez des gaufres ! Ou même des gaufres au chocolat ! Pensez également aux pancakes, aux scones ou à de décadentes barres à la cacahuète

*

Et si cela ne vous plaît toujours pas…

… peut-être aimerez-vous mes petits Soofties ?

*

*

* * *

Soofties Choco-Coco

* * *

*

Pour 36 biscuits

*

Ingrédients :

Secs :

  • l’okara d’une tournée de lait [2/3 cup]
  • 50 g. [1/2 cup] de noix de coco râpée
  • 75 g. [1/2 cup] de farine de riz complet
  • 75 g. [1/2 cup] de farine de blé T80
  • 75 g. [1/2 cup] de sucre complet
  • 20 g. [1/4 cup] de cacao en poudre
  • 75 g. [1/2 cup] de pépites de chocolat noir
  • 5 g. [1 tsp] de poudre à lever
  • 3 g. [1/2 tsp] de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de vanille
Liquides :
  • 80 ml. [1/3 cup] de sirop d’agave
  • 30 ml. [2 Tbsp] d’huile de coco
  • 80 ml. [1/3 cup] de lait végétal (maison!)
  • 5 ml. [1 tsp] de vinaigre balsamique

Décoration : noix de coco râpée

*

Préparation :

  1. Préchauffez votre four à 180°C. Mélangez les ingrédients secs dans le bol d’un saladier, en ne mettant l’okara qu’à la fin.
  2. Versez ensuite les ingrédients liquides en remuant au fur et à mesure pour bien mélanger.
  3. Façonnez des petites boules. Aplatissez-les dans la noix de coco râpée disposée dans une assiette, puis déposez-les au four, face cocotée vers le ciel.
  4. Enfournez pour 15 min. environ. Une fois les ‘soofties’ prêts, laissez-les refroidir sur une grille.

Ces ‘soft cookies’ se conservent dans une boîte en fer hermétique. Comme beaucoup de biscuits à l’okara, ils deviennent de plus en plus moelleux avec le temps – mais, pour moi, le meilleur, c’est le jour même !

*

*

Pour l’okara version salée, c’est par ici !

*

>LAISSEZ UN COMMENTAIRE ! <

50 réflexions sur “O COMME OKARA (1)

  1. Ouaouh! Merci pour toutes ces pistes et recettes, je ne sais jamais quoi faire de mon okara… Je vais étudier de plus près les liens que tu cites

  2. Mais quel article génial ! J’ai TROP hâte d’avoir mon Vitamix chéri pour pouvoir tester tout ça. J’adore ton blog, tout est toujours super intéressant ♥
    D’ailleurs, je vais tenter ta recette de déo maison, parce que même si ça marche super avec juste du bicarbonate et de l’eau, j’ai trop envie d’essayer et de sentir la noix de coco.

    • Oh merci ! Vivement que ton anniversaire arrive alors !
      C’est à moi de te remercier pour le lien des twitterkeys… j’en abuse un peu beaucoup maintenant ☻
      J’espère que tu aimeras le déo, moi j’avoue que je raffole de son parfum – vraiment, malgré le bitume, c’est le farniente sous les cocotiers ! ;-)

  3. Merci pour toutes ces idées! En attendant ton article j’avais déjà inventé des idées pour utiliser une partie de mon okara: saupoudré sur une pâte à tartiner vegan, intégré dans des galettes de flocons d’avoine salées, et pas mal du tout, sur une pizza (même pas eu besoin de mettre lentilles corail, béchamel ou fromage vegan par-dessus la sauce tomate comme je fais d’habitude, c’était très bon!)

    • Merci de faire partager tes idées ! Effectivement, si le tien comportait des morceaux relativement gros, ça doit être délicieux avec une pâte à tartiner! Je vois que de ton côté, tu as eu les papilles plutôt salées… dans les galettes, c’est effectivement très pratique, je fais ça très souvent. En revanche, je n’avais jamais eu l’idée d’en mettre sur la pizza, mais ce doit être génial ! Et je me dis alors que sur un gratin, ça doit être pas mal aussi ;-)
      Je vais essayer de prendre tes suggestions en compte pour le volet salé :-)

  4. j’avoue, je ne fais pas mon lait de soja…..pour le moment…..j’attends que les agriculteurs d’ici récoltent leu soja bio pour leur en acheter en direct……donc à l’automne je saurais qu’ici il y a un super article sur l’okara à exploiter pleinement…

    • Oh, mais tu n’es pas obligée que ça soit de l’okara de soja !
      J’appelle okara tout résidu de lait végétal, quel qu’il soit…
      D’ailleurs, sur la photo, c’est celui-ci d’un lait de noisette ;-)
      Et sinon, vivement l’automne !

  5. C’est un article fabuleux ! Merci beaucoup, on cherche toujours de nouvelles idées avec l’okara. Merci pour le lien vers mon blog (je n’y vois aucun problème, au contraire)
    Bizzz

    • Oh merci beaucoup ! Je n’avais pas trouvé ton contact sur ton blog, et Facebook me semblait plus simple pour te renvoyer vers l’article. Et je te remercie encore de faire partager toutes tes recettes d’okara : Végécarib est une mine d’or !
      Si cela ne t’embête pas, je risque de faire encore quelques liens avec la version salée cette fois !
      A bientôt :-)

  6. Merci pour ce billet vraiment intéressant!

    Il est certain que je me laisserai tenter par les Soofties Choco-Coco… Et j’essaierai d’intégrer l’okara à mes tartinades, ou encore à mes muffins, et à ma pâte à tarte… Sans oublier mes gâteaux! Finalement, je vais devoir produire beaucoup de lait pour arriver à faire toutes les recettes qui me font envie!

    • C’est ça le problème quand on se penche un peu trop sur les recettes avec l’okara… on a envie de toutes les faire ! (surtout quand on sait que le moelleux sera au rendez-vous!) ;-)
      Mais c’est pour ça, à défaut d’okara, on peut quand même se laisser tenter ! :)

  7. Ping : BIS REPETITA | Antigone XXI

  8. Ahhh j’adore les réutilisations de l’okara ! Merci pour ce super article. De mon côté, j’ai souvent de l’okara d’oléagineux, ils sont parfait en sucré, mais ils font également de délicieux "fauxmages" avec des épices, du jus de citron, de l’huile, etc.

    • Ah, ça sera pour le tome 2 du grand livre de l’okara ! ;-)
      Merci à toi de partager tes idées de recettes. D’ailleurs, je me demande, tes faux-mages à base d’okara, tu les fais fermenter ou non ? Ca me donne de nouvelles idées… :-)

  9. Ping : O COMME OKARA (2) | Antigone XXI

  10. Miam les soofties! Mon fils s’est régalé et nous aussi :) Ils sont partis très vite, d’autant plus que je les ai fait plus gros que prévu car il n’y en avait que 16!

    • Seulement 16 ? Je dois alors avoir l’habitude de faire de tous petits gâteaux, car je trouvais que ceux-là étaient déjà de bonne taille pour 36 spécimens !.. ;-)
      Soofties coco ou les ceux au caroube et choco au lait d’ailleurs ?
      Merci en tout cas pour ce retour – ravie que ça plaise à toute la famille ! :-)

      • J’ai fait les soofties coco. Ils étaient particulièrement grands, quasi de la taille de cookies américains…
        Concernant le fluff protéiné de Gena de http://www.choosingraw.com, je l’ai testé et je me suis vite rendu compte que l’okara de Gena est plus humide que le mien. Il a fallu que je rajoute du lait végétal pour obtenir à peu près la même texture.

        • Ah oui, ok, j’ai l’habitude de plus petits cookies de mon côté, donc je comprends pourquoi il y en avait moins à la fin ;-)
          Effectivement, j’ai regardé à nouveau le fluff protéiné de Gena et il a l’air particulièrement humide, surtout si l’on pense que 3 Tbsp de poudre y sont mélangées. Du lait, oui, ou un peu de sirop d’agave, font bien l’affaire. Elle doit le presser moins fortement que toi ou moi-même – à prendre en compte pour ses autres recettes !

          • En fait, si on fait son lait de soja avec une machine, l’okara est juste "égoutté" et non pressé, donc vraiment plus humide. Personellement je l’essore à la main après mais la plupart des recettes des personnes équipées demachines auront un okara beaucoup plus humide. C’est pourquoi j’étais un peu étonnée par tes "100 g. de farine / poudre d’amande ou noisette = 100 g. d’okara". au début j’ai essayé d’utiliser l’okara comme substitut de farine et c’était un échec : finalement l’okara me sert de substitut au liquide de la recette ! hé oui ! Je développe un peu ici : http://vegecarib.over-blog.com/article-okara-et-ma-machine-a-lait-de-soja-44447730.html

            • Je comprends ce que tu dis, et je me souviens avoir lu cet article sur ton blog. En fait, quand je substitue une partie de la farine ou de la poudre d’oléagineux par de l’okara, je diminue aussi pas mal la quantité de liquide de la recette (ce que j’ai donné comme indications ici). A en voir tes photos, je me demande si, de mon côté, je ne presse pas vraiment très fort la pulpe obtenue, de sorte qu’elle est vraiment assez sèche à la fin (surtout quand je fais appel à Monsieur Gros Bras, qui se charge d’ôter à mon okara la moindre goutte qui pourrait y rester!).
              D’autre part, je ne substitue jamais toute la farine par de l’okara, mais je dirais plutôt 1/3, voire un peu plus, mais jamais au-delà de la moitié. Souvent en fait, je peux rajouter l’okara à la recette de base, en augmentant seulement un peu l’édulcorant par exemple, mais sans ajouter le liquide que j’aurais ajouté si cela avait été un ajout de farine par exemple. Je trouve que l’okara se substitue bien en fait à la poudre d’oléagineux qui, par son gras, est moins sèche que la farine et vient ‘humidifier’ la pâte à la cuisson.
              Après, je me demande qq chose : cela fait longtemps que je n’ai pas fait de lait de soja, mais plutôt des laits d’oléagineux à cru – est-ce que cela ne changerait pas le résultat final ?
              Merci en tout cas de ton retour ! Je trouve ça passionnant comme discussion, et c’est fou tout ce que l’on peut faire avec de l’okara – longue vie à la pulpe sacrée ! ;-)

  11. Je ne sais pas si je dois te remercier ou pas :)
    Disons que oui et non commençons par le non :
    tu vas peut-être réussir à me faire dire : Löu, une machine à laits végétaux ça peut être vraiment bien; mais aussi, Löu un déshydrateur ça serait vraiment bien là; ou encore, Löu, un jour il te faudra aussi un Vitamix.
    Bref, j’ai trop d’électroménager cher pas à ma portée.

    Maintenant les remerciements :
    Déjà de m’avoir inclue à plusieurs reprises dans cet article et tout ce que j’ai appris du coup !
    J’ai trouvé vraiment très intéressant de voir comment une de mes recettes pouvait être transformées surtout avec un ingrédient que je ne connais pas vraiment – la seule fois où j’en ai fait, c’est justement pour mes macarons aux amandes, comme j’avais fait un lait maison, mais à l’époque je ne savais pas vraiment que ça se nommait de l’okara cette chose. Et une autre fois j’ai fait des fromages végétaux à base de dépôt d’amandes justement.
    Je me demandais, niveau montée (avec la levure) ça dit quoi l’okara ? Ca monte, ou bien bicarbonate et vinaigre sont indispensables ?

    • C’est moi qui ne sais pas si je dois te remercier à mon tour…
      D’abord, merci de m’avoir si vilainement tentée avec cette recette incluant tous mes ingrédients préférés et qui a réussi à convaincre mon homme qu’un gâteau sans chocolat, ça peut être très bon.
      Et moins merci pour ceci justement que les proportions de ta recette n’étaient pas assez élevées pour son enthousiasme inattendu et que je dois faire face maintenant à des demandes quasi quotidiennes et terriblement insistantes pour refaire une tournée de ‘Löuffineries’… ;-)
      En fait, j’aurais beaucoup aimé tester ta recette telle quelle, mais ce n’est pas de ma faute, j’ai beau essayer, je n’y arrive pas, je n’ai jamais réussi à suivre une recette à la lettre… c’est d’ailleurs pourquoi, tout compte fait, la tienne aurait mérité un article à part, car elle n’est pas représentative de la seule ‘transfokaration’. Je ne sais donc pas comment ton gâteau était à la base (à part super alléchant), la version muffins à l’okara était en tout cas incroyablement moelleuse mais, à mon avis, moins aérée et crumbly que la tienne. Disons que, en général, un gâteau ou des cookies à l’okara peuvent vraiment bien monter, mais à condition de faire 1/2 okara 1/2 farine – par crainte, je mets toujours bicarb/vinaigre et là, je n’ai aucun souci. Par contre, effectivement, oublie le croustillant ! :-)
      Et sinon, les machines, ah oui… on a envie de toutes les avoir ! De mon côté, je dirais que le plus utile dans tout ça reste un Vitamix, car si tu vas lire du côté des commentaires à mon lait de noisette, tu verras qu’apparemment, il existe un truc nommé Soupmaker qui remplace très bien la machine à laits végétaux en juste 3 fois moins cher… cherchez l’erreur. J’avoue qu’en ce moment, comme je bois très peu de lait de soja, je me suis mise à faire mes laits au Vitamix et j’en suis très satisfaite. Tout dépend combien de lait tu consommes au quotidien je dirais… Après, j’ai inventé beaucoup de recettes alors que je bougeais à l’étranger et que je n’avais quasiment aucun matériel avec moi- ça force à l’inspiration ! ;-)

      • Woh c’est honorable, peu importe finalement que ça ne soit pas exactement la même chose, je suis déjà ravie que ça puisse inspirer et donne envie de cuisiner.
        J’occulte la partie de ration quotidienne haha, ça va que tu as de l’okara régulièrement en gros :)
        Niveau texture, sur la photo il parait très moelleux et aéré, ce qu’il est. Mais quand on mâche ça fait presque chewy, un peu financier comme tu disais dans un autre commentaire.
        Soupmaker, je vais checker ça de ce pas ! Et oui finalement mon lait d’amande je l’avais fait au blender ultra pas puissant (enfin tout petit quoi) et ça l’avait fait – à part que je ne suis pas fan du lait d’amande, mais c’est une autre question ça haha. Donc avec juste un blender on y arrive au lait végétal, je te rejoins sur ce point là :D

        • Et pourquoi tu n’essaierais pas d’autres laits qui pourraient davantage te plaire ? Noisette ? Cajou (neutre) ? Noix de coco (facile à faire) ? Ou des mélanges avec de l’avoine ou du riz ? ce qui permettrait d’obtenir un goût plus neutre… Il y a tellement de variations à faire ! (de quoi okariser toutes tes recettes ! ;-) )

          • Je n’ai jamais pensé en fait, c’est bête mais avant de lire ton article je ne pensais pas du tout que l’on pouvait utiliser n’importe quel fruit sec ou oléagineux pour en faire du lait.
            En fait, je trouve que ces aliments sont moins neutres que le soja, et l’écoeurement pointe le bout de son nez. Je le sais pour la coco et la noisette, une gorgée et pas plus. J’imagine que la cajou je pourrais avoir cette impression aussi – mais je ne peux pas dire sans avoir essayé.
            Pour le riz ça ne passe pas non plus, en revanche, en Espagne j’ai bu du lait d’avoine (Yosoy) qui était très bon alors que celui de chez Leclerc m’avait laissé plus que dubitative.
            En DIY comme tu le soulignes on peut aussi faire des mélanges remarque ! (Oh en parlant de mélange le riz/quinoa en biocoop est juste baaaah – quinoa & moi on s’aime pas trop je crois, car les céréales chokinoa à base de riz et quinoa, ça ne passe pas trop non plus)

            • Ah c’est amusant ce que tu dis, car le lait de soja maison est justement loin d’être neutre en goût ! Je dirais même qu’il peut avoir un goût très marqué…
              Après, avec les laits maisons, on peut avoir de mauvaises surprises… j’ai essayé plusieurs fois mais avec des résultats vraiment bof (voire même pas bon) le sésame et les cacahuètes, alors que j’adore ça en temps normal.
              Bon, un jour, de retour en France, je ferai un atelier ‘laits maisons – spécialöu’ et je trouverai une combo qui te plaise, promis ! ;-)

  12. Merci pour toutes ces pistes !!
    J’ai testé ce soir-même l’okara dans la pâte à tarte (version de Virginie). C’était succulent ! :) :)

  13. Bonjour ! je faits mes laits végétaux depuis quelques temps ( d’ailleurs vos articles sur les laits végétaux et okara sont très utiles :) ) et j’aimerais savoir si TOUS les okara sont utilisables… par exemble si on fait du lait d’avoine, de riz… c’est pas vraiment réutilisable ça non ? lesquels peut-on utiliser ?

    • Alors, honnêtement, pour moi, oui, tous les okaras sont utilisables…
      Petite exception peut-être pour l’okara de graines de chanvre entières, qui est vraiment très fibreux (je ne l’utilise que si mon lait était 50/50 chanvre-autre), et sinon, non, vraiment, rien ne se perd chez moi ! :-)

  14. Bonsoir !

    J’ai testé la recette des muffins selon Löu ce soir et mon gâteau est vraiment très moelleux, genre mi cuit, mais du coup aussi pâteux… Mais n’empêche très parfumé et goûteux, ça se mange bien à même le plat et accompagné de crufiture, miam !!!
    Je ne sais pas vraiment si c’est parce que j’ai mis toute la pâte (j’avais fait double quantité) dans un moule à manqué car je n’avais pas de moule à muffins. De plus, j’avais de l’okara séché, environ 70g et j’ai complété avec de l’okara humide, mais je me doute que le compte n’est pas juste, car on ne peut pas compléter par du sec le poids nécessaire en version humide et inversement. Est-ce qu’il est possible de savoir à quel poids d’okara humide correspond un certain poids d’okara sec ?

    Merci !

    • Si tu l’as fait dans un moule à gâteau, il faut le faire cuire plus longtemps (entre 35 et 45 minutes, ou plus, selon la taille de ton moule).
      La texture ne doit pas être celle d’un mi-cuit, mais plutôt d’un cake (un peu dense)…
      Après, pour les proportions d’okara, j’ai du mal à me rendre compte de ce que tu as utilisé en définitive… C’est peut-être cela qui a joué car l’okara ne lève pas, contrairement à la farine.
      Pour l’équivalence, je ne sais pas… Disons que j’essaierai de faire le calcul ! ;-)

      • En fait, je pense que j’ai un peu fait n’importe quoi avec l’okara… peut être qu’en doublant les quantités j’avais dû à un moment ou un autre ajouter l’âge du capitaine, je ne sais plus bien ! ;)
        J’avais aussi sans doute mis un peu trop d’eau pour mixer la courge ce qui, combiné avec la cuisson en moule à manqué a concouru à donner ce résultat. Mais je l’ai remis à cuire en carrés ce matin et ils sont devenus un peu croustillants sur le dessus et correctement cuits à l’intérieur, mes parents m’ont tout mangé ! Pauvre de moi ! ;)

        • Ah, déjà je ne mets pas d’eau pour mixer la courge ! Je la mixe directement dans le lait d’amande, donc tu as peut-être eu un excès de liquide, oui !
          Ha ha, tes parents qui ont tout dévoré !.. Il ne te reste plus qu’à en refaire ! ;-)

          • Ouiiii !!! Et alors c’est moi qui dévorerai tout, na !
            D’accord, je rattraperai l’erreur la prochaine fois ! Merci !

  15. Ping : Faire son lait d’amande | EclectiK Girl

  16. Il n’y a que toi pour faire des articles aussi complets sur ce genre du sujets ♥ Merci beaucoup, je suis ravie de ne pas gaspiller quoi que ce soit en faisant mon lait de soja et mon tofu!

  17. Ping : Mon petit déjeuner fait maison zéro déchet | Échos verts

  18. Ouaah la découverte ! J’ai fait du lait d’amande hier pour la première fois, et sur la recette c’était écrit de filtrer et que la pâte qui restait s’appelait l’okara… et ce nom sonnait familier dans ma tête ! Mais oui, l’article d’Ophélie !

    Et hop me voilà avec mes softies à l’okara, troooop bons ! Je les avais déjà fait une fois mais sans okara et c’était quand même vachement moins bon… Je sens que ça va devenir ma nouvelle addiction ! Merci ;)

    Bon dimanche

  19. Je découvre en ce moment les multiples utilisations de l’okara et c’est un vrai plaisir de l’utiliser ! Tellement simple, rapide et délicieux ! Merci pour toutes ces magnifiques idées et recherches variées !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s